Ebooks

Depuis la crise du modèle fordiste dans les années 1970, l’économie s’est profondément transformée, évoluant vers une économie du savoir qui repose essentiellement sur une main-d’œuvre plus spécialisée, qui doit collaborer et partager ses connaissances afin de viser l’innovation. Cet ouvrage porte sur les nombreux changements issus du passage à cette économie du savoir, principalement sur ceux touchant l’emploi et la gestion des ressources humaines. Après avoir décrit ce qu’est l’économie du savoir et qui sont les travailleurs du savoir, l’auteure se penche sur les caractéristiques des nouvelles carrières de cette économie. Elle s’intéresse ensuite aux concepts d’engagement et d’autonomie, valeurs prônées dans les environnements de travail, et à leurs effets, parfois négatifs. Elle expose aussi les conditions de mise en œuvre d’une culture de participation au travail, de même que les nouvelles modalités d’apprentissage et les récentes formes d’organisation du travail. Elle aborde également certains effets préoccupants du développement de l’économie du savoir, comme la précarisation de l’emploi, l’intensification du travail et le présentéisme. Elle élargit enfin sa réflexion aux enjeux de la conciliation entre le travail, la famille et la vie personnelle, pour conclure par une analyse de la gestion des âges et des parcours de vie au regard de l’économie du savoir. L’ensemble de ces thèmes permet de mieux comprendre les défis liés à l’emploi dans l’économie du savoir, mais aussi, pour les gestionnaires de ressources humaines, d’envisager des pratiques favorables à la santé, au mieux-être et à la motivation des travailleurs et d’agir pour une meilleure gestion des âges dans le contexte de l’économie du savoir.
Les sphères privée et professionnelle ne sont pas des domaines indépendants, mais bien interdépendants. Si un événement se produit à la maison, il aura inévitablement des répercussions au travail, et inversement. C'est pourquoi la recherche d'une meilleure articulation entre travail et famille occupe une place grandissante au quotidien et dans le domaine des sciences sociales et de gestion. Toutefois, si les difficultés générales de conciliation (longs quarts de travail, horaires peu flexibles) ont été relativement bien identifiées au fil des nombreuses recherches réalisées au Québec et ailleurs, les réalités propres à des milieux de travail donnés sont peu documentées. L'auteure a donc cherché à comprendre les spécificités de trois groupes professionnels?: les travailleuses sociales, les infirmières et les policiers. Cet ouvrage présente les résultats de sa recherche, fondée sur des analyses statistiques réalisées à partir de questionnaires remplis par quelque 800 personnes et d'entretiens menés auprès d'une centaine de personnes. Il montre comment ces travailleurs parviennent à articuler quotidiennement emploi et famille en dégageant ce qui différencie chacune de ces professions. Le débordement négatif de l'emploi sur la famille est une situation fréquemment observée, alors qu'une bonne conciliation entre emploi et famille peut apporter des éléments positifs, tant pour l'individu que pour les organisations. Le travail de Diane-Gabrielle Tremblay contribue certainement à mieux comprendre les défis de la conciliation emploi-famille pour tenter d'améliorer la qualité de vie au travail et hors travail, ainsi que la performance des organisations.
Que sont les recherches partenariales et collaboratives ? Différant du mode majoritaire de recherche académique ou universitaire, ce type de recherches se fonde sur des coopérations entre acteurs hétérogènes, qui sont sources de co-construction de recherche et de co-production de connaissances. En France, le terme de « recherche collaborative » est utilisé, alors qu’au Québec, celui de « recherche partenariale » est privilégié. Pour l’essentiel, il s’agit de recherches associant, d’une part, les chercheurs universitaires dont la recherche est l’activité professionnelle et, d’autre part, des acteurs d’autres milieux professionnels, associatifs ou de la société civile, c’est-à-dire des acteurs en dehors des sphères universitaires ou apparentées. Cet ouvrage explore et approfondit ce champ de pratiques qualifié ici de « recherche partenariale et collaborative ». Ces recherches partenariales et collaboratives ne s’accompagnent pas toujours d’une volonté d’action transformatrice (comme c’est par contre explicitement le cas dans la recherche-action ou la recherche-­intervention) et peuvent avoir avant tout une visée cognitive et épistémique. L’ouvrage permet d’approfondir et de systématiser ces pratiques de recherche en les inscrivant dans les approches de recherche actuelles. Il offre des clés de compréhension et d’analyses essentielles pour prendre la mesure des intérêts et des enjeux, notamment scientifiques et sociaux, de ces recherches partenariales et collaboratives devenues ici un objet de recherche. L’ouvrage repose sur des collaborations internationales de longue durée, menées entre une vingtaine de chercheurs français, québécois et suisses issus de plusieurs disciplines des sciences humaines et sociales.
©2019 GoogleSite Terms of ServicePrivacyDevelopersArtistsAbout Google|Location: United StatesLanguage: English (United States)
By purchasing this item, you are transacting with Google Payments and agreeing to the Google Payments Terms of Service and Privacy Notice.