500 jours pour Mars

Conquest.Space

Book 1
Noblishing
2
Free sample

L’homme est-il psychologiquement capable d’endurer le confinement d’un voyage sur Mars ?

Un an et demi enfermé dans un grand bunker coupé de la lumière du jour, au service de la recherche scientifique et sans aucun contact possible avec l’extérieur ; voilà en quelques mots l’expérience vécue par les six volontaires recrutés pour le programme « Mars-500 ».
Trois ans après la fin de cette simulation d’un voyage aller-retour vers Mars, le participant français Romain Charles revient pour nous sur son « odyssée martienne » et dévoile les dessous de la vie au sein du module Mars-500.

Pour les curieux de l’espace, un dossier complet qui permet d’aborder les notions scientifiques exposées sans avoir besoin d’expertise dans le domaine

EXTRAIT

Depuis la nuit des temps, l'Homme a toujours cherché à explorer son environnement. Cette curiosité naturelle lui a permis de s'étendre tout autour du globe terrestre. Aujourd'hui, après les grands explorateurs arctiques et antarctiques, c'est au tour des astronautes de repousser les frontières de la présence humaine. Cette évolution liée à notre curiosité me semble donc logique... humaine.
À court terme, les défis posés par cet environnement extrême et dangereux qu'est le vide spatial obligent les scientifiques et ingénieurs à se dépasser. Les solutions trouvées pour tous les problèmes rencontrés amènent de nouvelles perspectives pour traiter des sujets très terrestres. Je ne vais pas faire une liste exhaustive mais il est important de rappeler que le spatial est présent dans la vie de tout le monde et tous les jours !

À PROPOS DE L'INTERVIEWÉ

Romain Charles est né en 1979 à Laval. Mécanicien de bord sur la mission Mars-500, il a 31 ans au début du programme. Formé de 1999 à 2004 à l’Institut Français de Mécanique Avancée (IFMA) de Clermont-Ferrand, il a ensuite travaillé pour des constructeurs automobiles comme Mclaren, Aston Martin, Tesla Motors ou encore Nissan, puis comme Responsable Qualité pour la Sotira (partie du groupe de sociétés SORA). Depuis la fin de la mission Mars-500, il travaille au centre d’entrainement des astronautes européens en tant qu’ingénieur support des astronautes.

À PROPOS DE LA COLLECTION

Noblishing présente Conquest.Space, une collection de livres numériques dédiée à la conquête spatiale et au futur de l'humanité dans l'espace. C’est une collection extensive de livres électroniques multimédia basée sur des interviews exclusives des personnalités contemporaines qui contribuent à l’envol de l’humanité vers de nouvelles frontières.
Read more
4.0
2 total
Loading...

Additional Information

Publisher
Noblishing
Read more
Published on
Feb 9, 2016
Read more
Pages
32
Read more
ISBN
9782889390120
Read more
Language
French
Read more
Genres
Science / Astronomy
Science / Experiments & Projects
Science / Space Science
Technology & Engineering / Aeronautics & Astronautics
Read more
Content Protection
This content is DRM free.
Read more
Read Aloud
Available on Android devices
Read more

Reading information

Smartphones and Tablets

Install the Google Play Books app for Android and iPad/iPhone. It syncs automatically with your account and allows you to read online or offline wherever you are.

Laptops and Computers

You can read books purchased on Google Play using your computer's web browser.

eReaders and other devices

To read on e-ink devices like the Sony eReader or Barnes & Noble Nook, you'll need to download a file and transfer it to your device. Please follow the detailed Help center instructions to transfer the files to supported eReaders.
Fouler la « Planète Rouge », un rêve qui deviendra bientôt réalité

Alors qu’il était encore au collège, Alexandre Mangeot affirmait sans ciller à ses camarades de classe : « Un jour, j’irai sur Mars ! » Le jeune homme, qui n’a jamais dévié de sa route, finit aujourd’hui un post-doctorat en propulsion spatiale. En 2014, il a été sélectionné pour participer à une simulation de la Mars Society, une fondation privée internationale qui promeut le voyage vers la planète rouge et sa colonisation. Il revient pour nous sur ces deux semaines passées au sein d’une réplique de base martienne, et sur sa vocation qui l’amènera peut-être un jour à fouler le sol martien.

Alexandre Mangeot nous offre un récit enthousiaste qui nous fait envier les volontaires aux simulations de vie martienne

EXTRAIT

Cela ne pique-t-il pas votre curiosité de savoir qu’au-delà de notre bonne vieille Terre, il existe une infinité d’autres mondes ? En ce qui me concerne, cela me fait l’effet de vivre dans une ville pleine de maisons, vides a priori, dont la seule habitée serait la nôtre. Un constat qui pousse à en sortir, non ?
Évidemment : nous aurions beaucoup à gagner à aller explorer cette ville et toutes ses maisons.

À PROPOS DE L'INTERVIEWÉ

Né en Haute-Savoie en 1985, Alexandre Mangeot obtient son diplôme d’ingénieur en 2009, avec la spécialisation aéronautique et spatiale. Il est ensuite recruté par le CNES pour effectuer des travaux de recherche en propulsion spatiale pour l’obtention d’un doctorat de l’Université d’Orléans, fin 2012. Pendant son temps libre, il s’intéresse aux vols habités à destination de Mars. C’est ainsi qu’il a pris part à deux reprises aux simulations de la MDRS (Utah). Le second programme fut accompli dans le but de sélectionner un équipage pour une simulation d’un an qui se déroulera dans la région Arctique. Cette mission, pour laquelle il a été sélectionné, est prévue au plus tôt pour 2017.

À PROPOS DE LA COLLECTION

Noblishing présente Conquest.Space, une collection de livres numériques dédiée à la conquête spatiale et au futur de l'humanité dans l'espace. C’est une collection extensive de livres électroniques multimédia basée sur des interviews exclusives des personnalités contemporaines qui contribuent à l’envol de l’humanité vers de nouvelles frontières.

Einstein prédisait que « la théorie de grande unification », qui expliquerait tout et qu’il a cherchée toute sa vie, serait d’une telle simplicité qu’un enfant de 5 ans la comprendrait facilement. La théorie en question permettrait de dévoiler l’histoire complète de l’univers. Voici donc ma version de l’histoire en question.

À l’époque de ma jeunesse, la « théorie » du Big bang faisait fureur. À tel point, que même le Pape Pie XII s’en mêlait. Je me rappelle, un soir, vers l’âge de 8 ans, j’ai quitté la table familiale furieux parce que mes parents ne comprenaient pas ce que je tentais d’expliquer au sujet de ce fameux Big bang. J’espère avoir amélioré mes explications depuis.

J’ai mordu à cet hameçon scientifique en 1951 et, 64 ans plus tard, je n’ai pas encore décroché. Rapidement, s’est ajouté à ma curiosité, la théorie de la « relativité » d’Einstein. Je peux confirmer, aujourd’hui, que cet « espace-temps » est extrêmement fascinant. Depuis cette époque, mon esprit y puise énormément de plaisir et de satisfaction, que je vais tenter de vous transmettre.

Je dois à mes parents, mon caractère réfractaire à « apprendre par cœur, sans comprendre ». Leur discipline était toujours précédée « d’explications »; jamais « imposée ». De sorte que je doutais toujours de tout et n’acceptais que ma compréhension du sujet. Sans m’en rendre compte, je défendais le droit à la « connaissance » contre les abus de pouvoir du « savoir ».

Vers 1960, s’installa, chez nous au Québec, « la Révolution tranquille ». Ce fut une transformation sociale importante. Elle consista, foncièrement, à rejeter la « connaissance » au profit de la « compétence ». Ce fut, en réalité, un mouvement mondial. Le virage visait à augmenter le niveau de « production » de l’homme. Le résultat en est qu’aujourd’hui, on « agit » sans avoir besoin d’y penser. Le hic est que l’on parle de la même façon, sans réfléchir. Étant de la vieille école, je me sens plus « rassuré » quand je pense avant d’agir ou de parler. Vous déciderez si je fais de même avant d’écrire.

Par contre, le résultat de cette révolution sociale fut quasi incroyable. La technologie progressa à un point tel, que moi, le « vieux » qui a connu la livraison « porte-à-porte » par le laitier au moyen d’une voiture tirée par un cheval, j’en reste « bouche bée ». À cette époque, je dois le dire, la nourriture goûtait quelque chose. Nous n’étions pas épuisés d’avoir « mâché » un steak. On en était plutôt revigoré. Aujourd’hui, tout ce que je peux dire, c’est que : la nourriture est… belle. Surtout celle des grands restaurants qui nous présentent quelques bouchées, striées transversalement d’une ligne continue de « sirop » qui donne un certain goût additionnel. C’est très joli.

Âgé de 71 ans, il est temps de donner mon opinion résultant de cette recherche constante sur l’univers. Je ne me targuerai pas d’avoir solutionné tous les problèmes de la science actuelle; mais je peux vous garantir que je ne me suis laissé inculquer aucune « vérité » ayant ni queue, ni tête. Aussi peu valable que puisse être une « réflexion » de 64 années, je me dois quand même, par simple respect personnel, de la mettre sur papier afin d’en laisser l’accessibilité aux intéressés potentiels. Voici donc : « L’histoire de l’univers ».

Amicalement

André Lefebvre

L’adaptation et la curiosité sont les principaux moteurs de l’évolution de l’humanité

Florence Porcel fait partie des premières personnes à avoir appris le lancement du projet Mars One. Elle, qui n’ignore rien des controverses, des réserves des scientifiques ou des incertitudes techniques entourant l’initiative, a pourtant choisi de candidater. À l’issue de la deuxième étape de sélection, elle était même l’une des 705 finalistes, sur plus de 200 000 candidats au départ !

Qu’est-ce qui peut bien la séduire dans ce projet conçu comme un aller sans retour ? Ce programme est-il moins fou qu’il n’en a l’air ? Florence Porcel revient sur son parcours et nous parle de son moteur, la foi des explorateurs, ce grand ressort qui, selon elle, fait avancer l’humanité, de frontière en frontière, depuis des siècles.

Grâce aux chercheurs et aux volontaires de tests de vie dans l’espace, une autre humanité devient possible

EXTRAIT

Nous ne pourrons pas coloniser des endroits qui nous sont hostiles. La colonisation n’est pas possible hors de la Terre. Nous devrons nous adapter aux lois des mondes qui voudront bien nous accueillir – la biologie acceptera d’évoluer en fonction d’une nouvelle législation physique, ou pas. C’est un risque à prendre mais nous en aurons toujours le goût.

Cette suite de l’Histoire, que je nous souhaite, est à mes yeux, incontournable. À moins, bien sûr, que nous nous entêtions dans nos bouderies, que nous continuions à essayer de mettre le feu à notre unique maison et que tout parte en fumée – nous avec. Nous sommes à la croisée des chemins. Un avenir plein de merveilles, de rêves et d’exploits nous attend – à condition de choisir de lever les yeux au ciel pour s’ouvrir à l’Autre et à l’Ailleurs, au lieu de retourner nos appareils photo contre nous-mêmes dans un entre soi confortable qui nous dispense de faire face à nos peurs. Celles qu’ont ressenties ces êtres qui, un jour, ont regardé plus loin, et une nuit, ont regardé plus haut.
Je choisis les étoiles.

À PROPOS DE L'INTERVIEWÉ

Florence Porcel est auteure, animatrice et comédienne. Formée à l’École de Comédie Musicale de Paris, elle est également diplômée de Journalisme Culturel. Elle commence sa carrière sur France 5 (Le Grand Webze, Le Vinvinteur) puis intègre l’équipe de La tête au carré, le magazine scientifique de France Inter. Passionnée par les sciences de l’Univers, elle crée « La folle histoire de l’Univers », un podcast vidéo qui traite de l’actualité de ces thématiques. Elle développe en parallèle une chaîne YouTube proposant d’autres vidéos de vulgarisation scientifique. Très engagée dans l’exploration spatiale, elle a effectué un vol zéro-g, participé à une mission de simulation martienne et été candidate au projet Mars One.

À PROPOS DE LA COLLECTION

Noblishing présente Conquest.Space, une collection de livres numériques dédiée à la conquête spatiale et au futur de l'humanité dans l'espace. C’est une collection extensive de livres électroniques multimédia basée sur des interviews exclusives des personnalités contemporaines qui contribuent à l’envol de l’humanité vers de nouvelles frontières.
A la conquête des étoiles avec Andreas Tziolas et le projet Icarus !

Icarus Interstellar est une organisation internationale qui se consacre au développement de vaisseaux interstellaires et aux innovations techniques permettant le voyage au-delà du système solaire. La recherche, conduite par des scientifiques bénévoles issus d’horizons divers, y est conduite sur un mode collaboratif et exigeant, mêlant scientifiques de premier rang et amateurs enthousiastes du domaine aérospatial.

Chef de fil de ce projet dont il est cofondateur et Président, Andreas Tziolas nous explique tout de cette initiative unique en son genre, et nous parle de son rêve de voir un jour l’humanité réaliser le voyage interstellaire.

Un projet plein de promesses expliqué et agrémenté de fiches techniques pour les curieux de l’espace et les passionnés de l’astronautique

EXTRAIT

Il nous faut donc définir un nouvel objectif et un nouveau sens au prochain grand effort d'exploration spatiale. Quelque chose qui dépasse toutes les grandes aventures humaines entreprises à ce jour, quelque chose qui ferait passer le retour à la Lune pour un jeu d'enfant et la colonisation de Mars pour une évidence dont il n'est même pas la peine de discuter. Quelque chose de si complexe qu'il faudrait des centaines d'années de recherche scientifique et d'innovation technologique pour surmonter les problèmes rencontrés.

Nous avons besoin d'aller dans les étoiles, et ainsi de faire du système solaire notre terrain de jeu.

À PROPOS DE L'INTERVIEWÉ

Le Dr Andreas Tziolas est cofondateur et Président d’Icarus Interstellar. Il a dirigé le projet Icare (étude d’un vaisseau à fusion) et est actuellement en charge du projet TinTin (développement de la mission d’un nanosatellite interstellaire). Il a occupé de nombreux postes de chercheur, dont deux postes au Jet Propulsion Laboratory de la NASA, notamment en soutien à la mission Galileo axée sur Jupiter. Il a également travaillé comme technologue diplômé au sein de l’équipe de développement de la mission LISA (antenne spatiale à interférométrie laser) à l’Université de Birmingham. Il vit actuellement à Anchorage, en Alaska, où il occupe le poste de Chef de l’équipe scientifique de Variance Dynamical Corporation.

À PROPOS DE LA COLLECTION

Noblishing présente Conquest.Space, une collection de livres numériques dédiée à la conquête spatiale et au futur de l'humanité dans l'espace. C’est une collection extensive de livres électroniques multimédia basée sur des interviews exclusives des personnalités contemporaines qui contribuent à l’envol de l’humanité vers de nouvelles frontières.
©2018 GoogleSite Terms of ServicePrivacyDevelopersArtistsAbout Google|Location: United StatesLanguage: English (United States)
By purchasing this item, you are transacting with Google Payments and agreeing to the Google Payments Terms of Service and Privacy Notice.