Théories du bordel économique

Sold by JC Lattès
Free sample

Les périodes de crise sont fécondes pour les intellectuels. Il en est ainsi pour l’économie. Depuis 2007 et le début de la crise, la pensée économique est en effervescence. Pourquoi et comment a-t-elle eu lieu ? Comment s’est-elle propagée ? Quel est le meilleur moyen de s’en sortir ? Les idées et les hommes s’affrontent – souvent avec une certaine violence. Pierre-Henri de Menthon et Airy Routier nous dressent le panorama de ces combats.
Première interrogation : les économistes sont-ils vraiment indépendants ? Le décalage abyssal entre les théories abstraites et l’économie réelle, la recherche de moyens, ne les incitent-ils pas à trop se rapprocher du monde des entreprises ? Comment un politique peut-il choisir entre un néolibéral prônant l’austérité ou un néo-keynésien qui au contraire croit à une politique de relance. Risque-t-il d’être trop à la mode s’il écoute les schumpétériens ou totalement dépassé s’il se tourne vers le renouveau du marxisme ou du monétarisme ? Doit-il porter son attention sur la « paléo-économie » qui compare les comportements humains et ceux des macaques du Japon, ou sur la « neuro-économie » qui analyse les tempêtes hormonales traversant le crâne des traders ?
Les deux auteurs nous font aussi découvrir les lieux où les idées se construisent, s’opposent et se disloquent. Qu’ils soient connus comme des grandes universités américaines, les salons de Davos, ou moins connus comme Jackson Hole ou les rencontres d’Aix.

Un ouvrage passionnant pour comprendre les grands enjeux économiques, leur complexité et la fragilité des hommes qui conseillent et de ceux qui décident.
Read more

About the author

Airy Routier est chroniqueur et conseiller de la rédaction à Challenges. Ancien rédacteur en chef du Nouvel Observateur, il est l'auteur de nombreux livres.

Pierre Henri De Menthon est directeur délégué de Challenges et spécialiste de l’économie.

Read more

Reviews

Loading...

Additional Information

Publisher
JC Lattès
Read more
Published on
Sep 18, 2013
Read more
Pages
282
Read more
ISBN
9782709640466
Read more
Features
Read more
Language
French
Read more
Genres
Social Science / Essays
Read more
Content Protection
This content is DRM protected.
Read more
Read Aloud
Available on Android devices
Read more
Eligible for Family Library

Reading information

Smartphones and Tablets

Install the Google Play Books app for Android and iPad/iPhone. It syncs automatically with your account and allows you to read online or offline wherever you are.

Laptops and Computers

You can read books purchased on Google Play using your computer's web browser.

eReaders and other devices

To read on e-ink devices like the Sony eReader or Barnes & Noble Nook, you'll need to download a file and transfer it to your device. Please follow the detailed Help center instructions to transfer the files to supported eReaders.
Airy Routier
Alors que Bernard Tapie était en prison, pour avoir truqué un match de l’Olympique de Marseille et surtout pour s’être moqué pendant des années des lois et des magistrats, son fils Laurent, réunissant quelques journalistes, leur avait raconté une histoire à dormir debout : ce n’est pas Tapie qui avait escroqué le Crédit Lyonnais, au début des années 1990, comme tout le monde le disait alors, mais le contraire. Encore une entourloupe de l’homme d’affaires déchu ? Et pourtant, Laurent Tapie avait raison. Le 7 juillet 2008, au terme d’un véritable Everest judiciaire, un tribunal arbitral a condamné sans appel le CDR à verser 285 millions d’euros – auxquels s’ajouteront les intérêts – aux liquidateurs des sociétés de Bernard Tapie, au titre du manque à gagner et du préjudice moral. Non seulement la banque, alors publique, a capté une plus value de près de 2 milliards de francs sur la vente d’Adidas qui aurait dû revenir à celui qui était alors ministre de Pierre Bérégovoy, mais elle l’a en outre mis délibérément en situation de banqueroute, l’empêchant de briguer la mairie de Marseille. Confirmant plusieurs jugements antérieurs, cette sentence a fait scandale tant aux yeux du grand public, choqué par le montant des sommes, qu’à ceux d’un certain establishment, hostile à tout ce que représente Tapie. Certains ont dénoncé le rôle supposé de Nicolas Sarkozy. Ces nouveaux événements obligent à revisiter entièrement la carrière du Flambeur – titre de notre livre paru en octobre 1994 et vendu à plus de 100.000 exemplaires. A 65 ans, celui-ci va renaître de ses cendres, tel un Phénix. Porté au nues avant d’être jeté aux chiens, Tapie s’identifie volontiers au comte de Monte-Cristo. Redevenu riche et puissant, va-t-il se venger, comme Edmond Dantès, de tous ceux qui l’ont fait tomber ? Reviendra-t-il en politique ?
Airy Routier
Il a commencé sa carrière de juge d'instruction par un raté magistral qui lui a valu d'être accusé par sa hiérarchie de « négligences graves dans la recherche de la vérité ». Mais sa carrière fulgurante n'en a pas souffert. Aujourd’hui procureur de Nanterre, il s'en est fallu de peu que Philippe Courroye ne soit désigné au poste aussi sensible que prestigieux de procureur de Paris par le chef de l'État qui longtemps n'a pas tari d'éloges sur lui. Le 24 avril 2009, à l'Élysée, Nicolas Sarkozy lui a remis en personne l’Ordre national du mérite. Dans l’assistance, plusieurs grands patrons, dont Martin Bouygues, que Courroye avait pourtant mis sur le grill, à Lyon, quinze ans plus tôt, après avoir poursuivi et fait condamner le présentateur vedette de TF1, Patrick Poivre d'Arvor. Le juge ombrageux, qui a jadis fait tomber Michel Noir et Alain Carignon, maires de Lyon et de Grenoble, a instruit de nombreuses affaires sensibles, mettant en cause des intérêts puissants. Il est cependant devenu un procureur carriériste, courant les dîners en ville, ménageant successivement Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy. Le masque vient de tomber avec sa gestion de l'affaire Woerth-Bettencourt : Philippe Courroye n’a cessé de s’opposer à la désignation d'un juge d'instruction, par nature incontrôlable, préférant piloter l’enquête préliminaire, pour garder la main et gagner du temps, selon les vœux de son ami Sarkozy. Philippe Courroye. Enquête sur un juge au-dessus de tout soupçon est la première enquête sur Philippe Courroye. À travers le parcours de ce provincial ambitieux, aux méthodes contestées – et souvent sanctionnées –, Airy Routier, auteur de plusieurs biographies non autorisées, montre comment la justice est aussi le champ d’une véritable bataille de pouvoir, au service d’intérêts (politiques, économiques) qui ne disent pas leur nom..
Airy Routier
Il a commencé sa carrière de juge d'instruction par un raté magistral qui lui a valu d'être accusé par sa hiérarchie de « négligences graves dans la recherche de la vérité ». Mais sa carrière fulgurante n'en a pas souffert. Aujourd’hui procureur de Nanterre, il s'en est fallu de peu que Philippe Courroye ne soit désigné au poste aussi sensible que prestigieux de procureur de Paris par le chef de l'État qui longtemps n'a pas tari d'éloges sur lui. Le 24 avril 2009, à l'Élysée, Nicolas Sarkozy lui a remis en personne l’Ordre national du mérite. Dans l’assistance, plusieurs grands patrons, dont Martin Bouygues, que Courroye avait pourtant mis sur le grill, à Lyon, quinze ans plus tôt, après avoir poursuivi et fait condamner le présentateur vedette de TF1, Patrick Poivre d'Arvor. Le juge ombrageux, qui a jadis fait tomber Michel Noir et Alain Carignon, maires de Lyon et de Grenoble, a instruit de nombreuses affaires sensibles, mettant en cause des intérêts puissants. Il est cependant devenu un procureur carriériste, courant les dîners en ville, ménageant successivement Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy. Le masque vient de tomber avec sa gestion de l'affaire Woerth-Bettencourt : Philippe Courroye n’a cessé de s’opposer à la désignation d'un juge d'instruction, par nature incontrôlable, préférant piloter l’enquête préliminaire, pour garder la main et gagner du temps, selon les vœux de son ami Sarkozy. Philippe Courroye. Enquête sur un juge au-dessus de tout soupçon est la première enquête sur Philippe Courroye. À travers le parcours de ce provincial ambitieux, aux méthodes contestées – et souvent sanctionnées –, Airy Routier, auteur de plusieurs biographies non autorisées, montre comment la justice est aussi le champ d’une véritable bataille de pouvoir, au service d’intérêts (politiques, économiques) qui ne disent pas leur nom..
Airy Routier
Alors que Bernard Tapie était en prison, pour avoir truqué un match de l’Olympique de Marseille et surtout pour s’être moqué pendant des années des lois et des magistrats, son fils Laurent, réunissant quelques journalistes, leur avait raconté une histoire à dormir debout : ce n’est pas Tapie qui avait escroqué le Crédit Lyonnais, au début des années 1990, comme tout le monde le disait alors, mais le contraire. Encore une entourloupe de l’homme d’affaires déchu ? Et pourtant, Laurent Tapie avait raison. Le 7 juillet 2008, au terme d’un véritable Everest judiciaire, un tribunal arbitral a condamné sans appel le CDR à verser 285 millions d’euros – auxquels s’ajouteront les intérêts – aux liquidateurs des sociétés de Bernard Tapie, au titre du manque à gagner et du préjudice moral. Non seulement la banque, alors publique, a capté une plus value de près de 2 milliards de francs sur la vente d’Adidas qui aurait dû revenir à celui qui était alors ministre de Pierre Bérégovoy, mais elle l’a en outre mis délibérément en situation de banqueroute, l’empêchant de briguer la mairie de Marseille. Confirmant plusieurs jugements antérieurs, cette sentence a fait scandale tant aux yeux du grand public, choqué par le montant des sommes, qu’à ceux d’un certain establishment, hostile à tout ce que représente Tapie. Certains ont dénoncé le rôle supposé de Nicolas Sarkozy. Ces nouveaux événements obligent à revisiter entièrement la carrière du Flambeur – titre de notre livre paru en octobre 1994 et vendu à plus de 100.000 exemplaires. A 65 ans, celui-ci va renaître de ses cendres, tel un Phénix. Porté au nues avant d’être jeté aux chiens, Tapie s’identifie volontiers au comte de Monte-Cristo. Redevenu riche et puissant, va-t-il se venger, comme Edmond Dantès, de tous ceux qui l’ont fait tomber ? Reviendra-t-il en politique ?
©2017 GoogleSite Terms of ServicePrivacyDevelopersArtistsAbout Google
By purchasing this item, you are transacting with Google Payments and agreeing to the Google Payments Terms of Service and Privacy Notice.