Maison al Saoud : chronique d'une chute annoncée

Sold by Archipel
Free sample

L'Arabie Saoudite porte le nom de la famille Saoud, qui règne depuis 1744 sur cette théocratie. Celle-ci s'est taillé un fief dans le sang, au début du XXe siècle, qu'elle a consolidé grâce au soutien des Occidentaux et à l'or noir dont elle possède un quart des réserves mondiales. Cette famille tire son pouvoir d'un pacte vieux de 270 ans entre un prédicateur, Mohammed ben Abdelwahhab, et un émir, Mohammed Ibn Saoud, cofondateur du premier État saoudien : alliance du sabre et du turban qui assura son hégémonie sur la péninsule et sur les lieux saints, et permit au courant le plus conservateur et sectaire de l'islam de dominer la pensée arabo-musulmane. Dans cette monarchie absolue, le Coran constitue la seule source du droit et nourrit une idéologie qui méprise la femme, l'étranger, la culture et la modernité. Le pays pâtit depuis 2013 d'une baisse des cours du pétrole qui menace de faire s'effondrer tout l'édifice. Ses alliés historiques jugent de plus en plus sévèrement ses liens troubles avec le terrorisme islamiste. Cet essai livre un état des lieux d'un pays qui, confronté à la désaffection des États-Unis et au retour de l'Iran sur la scène diplomatique, mais aussi à des luttes d'influence au sein de la famille royale, est menacé d'implosion.
Read more

About the author

Né en 1965 à Téhéran, Ardavan Amir-Aslani est avocat au Barreau de Paris. Il enseigne la géopolitique du Moyen-Orient à l'École de guerre économique. Conseil d'un certain nombre d'États du Moyen-Orient, dont l'Iraq, il est l'auteur d'essais remarqués : Iran, le retour de la Perse (Picollec, 2009), Géopolitique de la spiritualité (Nouveau Monde, 2011), Iran, États-Unis : les amis de demain (P.-G. de Roux, 2013), Iran et Israël (Nouveau Monde, 2013), Faire des affaires avec l'Iran (Eyrolles, 2016), Arabie Saoudite. De l'influence à la décadence (L'Archipel, 2017). Ses billets du Huffington Post sont très lus.

Read more

Reviews

Loading...

Additional Information

Publisher
Archipel
Read more
Published on
Mar 22, 2017
Read more
Pages
240
Read more
ISBN
9782809822144
Read more
Features
Read more
Language
French
Read more
Genres
Social Science / Essays
Read more
Content Protection
This content is DRM protected.
Read more
Read Aloud
Available on Android devices
Read more
Eligible for Family Library

Reading information

Smartphones and Tablets

Install the Google Play Books app for Android and iPad/iPhone. It syncs automatically with your account and allows you to read online or offline wherever you are.

Laptops and Computers

You can read books purchased on Google Play using your computer's web browser.

eReaders and other devices

To read on e-ink devices like the Sony eReader or Barnes & Noble Nook, you'll need to download a file and transfer it to your device. Please follow the detailed Help center instructions to transfer the files to supported eReaders.
Pascal Hammel

Etre médecin, travailler dans un grand service hospitalier, diagnostiquer régulièrement des cancers, ordonner et surveiller des traitements chaque jour plus efficaces, guérir ou améliorer le sort de ses patients : tout cela ne met pas le soignant à l’abri d’une maladie qui frappe 350 000 Français par an. Sa connaissance scientifique, ses relations professionnelles et ses amitiés viennent-elles au secours du médecin lorsqu’il est frappé dans sa propre chair ? Sait-il mieux ce qui se passera pour lui de l’autre côté de la perfusion, dispose-t-il de ressources morales et intellectuelles particulières ? S’il recouvre la santé, le doit-il à ses confrères et au système de soins français, à lui-même ou bien encore à la chance, voire à la Providence ? Ou un peu à tout cela ?
Autant de questions troublantes qui agitent le corps médical, mais aussi l’homme de la rue. Atteint lui-même d’un cancer, le professeur Hammel raconte ici au jour le jour les affres par lesquelles, comme tout un chacun, il est passé. Malade, il mesure les bienfaits de l’hôpital public qui l’a guéri, médecin, il tire de cette expérience des enseignements qui l’aideront à mieux soigner. En expert du
système de soins dont il vient de bénéficier, il cherche à éclairer les Français sur les dangers qui menacent son excellence et sa pérennité.

Le professeur Pascal Hammel est gastro-entérologue, spécialisé dans le traitement des cancers de l’appareil digestif. Il exerce dans un grand hôpital parisien.
Maryse Condé
« La Vie sans fards répond à une double ambition. D’abord je me suis toujours demandé pourquoi toute tentative de se raconter aboutissait à un fatras de demi-vérités. Trop souvent les autobiographies et les mémoires deviennent des constructions de fantaisie. Il semble que l’être humain soit tellement désireux de se peindre une existence différente de celle qu’il a vécue, qu’il l’embellit, souvent malgré lui. Il faut donc considérer La Vie sans fards comme une tentative de parler vrai, de rejeter les mythes et les idéalisations flatteuses et faciles.
C’est aussi une tentative de décrire la naissance d’une vocation mystérieuse qui est celle de l’écrivain. Est-ce vraiment un métier ? Y gagne-t-on sa vie ? Pourquoi inventer des existences, pourquoi inventer des personnages sans rapport direct avec la réalité ? Une existence ne pèse-t-elle pas d’un poids déjà trop lourd sur les épaules de celui ou celle qui la subit ?
La Vie sans fards est peut-être le plus universel de mes livres. J’emploie ce mot universel à dessein bien qu’il déplaise fortement à certains. En dépit du contexte très précis et des références locales, il ne s’agit pas seulement d’une Guadeloupéenne tentant de découvrir son identité en Afrique ou de la naissance longue et douloureuse d’une vocation d’écrivain chez un être apparemment peu disposé à le devenir. Il s’agit d’abord et avant tout d’une femme cherchant le bonheur, cherchant le compagnon idéal et aux prises avec les difficultés de la vie. Elle est confrontée à ce choix capital et toujours actuel : être mère ou exister pour soi seule.
Je pense que La Vie sans fards est surtout la réflexion d’un être humain cherchant à se réaliser pleinement. Mon premier roman s’intitulait En attendant le bonheur : Heremakhonon, ce livre affirme : il finira par arriver. »
©2018 GoogleSite Terms of ServicePrivacyDevelopersArtistsAbout Google
By purchasing this item, you are transacting with Google Payments and agreeing to the Google Payments Terms of Service and Privacy Notice.