Une famille au secret

Sold by Stock
1
Free sample

Un formidable document, remarquable travail de journalisme et d'investigation sur l'un des aspects les plus méconnus de l'ère Mitterrand. Par les révélations qu'il contient, par la qualité des personnes qui ont accepté de témoigner ce livre fera date et se révélera incontournable pour la compréhension de l'homme et de son action.
Read more

About the author

Ariane Chemin est journaliste. Elle a publié chez Stock en 2004 La promo Sciences Po 86, et en 2005 Une famille au secret.

www.leverbedusoleil.com

www.lireausoleil.artblog.fr

Géraldine Catalano est journaliste à Prismapresse.

Read more
2.0
1 total
Loading...

Additional Information

Publisher
Stock
Read more
Published on
Oct 5, 2005
Read more
Pages
270
Read more
ISBN
9782234067943
Read more
Features
Read more
Language
French
Read more
Genres
Literary Criticism / General
Read more
Content Protection
This content is DRM protected.
Read more
Read Aloud
Available on Android devices
Read more
Eligible for Family Library

Reading information

Smartphones and Tablets

Install the Google Play Books app for Android and iPad/iPhone. It syncs automatically with your account and allows you to read online or offline wherever you are.

Laptops and Computers

You can read books purchased on Google Play using your computer's web browser.

eReaders and other devices

To read on e-ink devices like the Sony eReader or Barnes & Noble Nook, you'll need to download a file and transfer it to your device. Please follow the detailed Help center instructions to transfer the files to supported eReaders.
Pourquoi on pleure, à l’enterrement de quelqu’un qu’on ne connaît pas bien ? Peut-être parce que, comme pour Georges Marchais, c’est la fin d’un monde qu’on ensevelit, et avec lui tant de vies gâchées et de rêves brisés sur lesquels les militants se retournent, ce matin de janvier 1996, dans le froid. On pleure aussi quand devant vous on enterre un demi-siècle de cinéma ou littérature, et que le chagrin prend alors les couleurs de la nostalgie. On pleure de voir pleurer et la femme qui aimait Gérard Brach, le scénariste qui ne s’aimait pas.

Il y a des enterrements ratés, mais – chut ! – il ne faut pas le dire. C’est le genre qui veut ça : dans les colonnes des journaux, les chroniques mortuaires sont toujours plus douces que les portraits des vivants. Il y a des enterrements qui ne sont jamais finis, quand les cendres restent dans la théière, sur la table de la cuisine de Catherine Robbe-Grillet. Il y a des enterrements où l’on rentre autant sa colère que ses larmes, parce que c’est trop injuste, cette cérémonie sans Président, sans députés, sans ministres, alors que Maurice Kriegel-Valrimont, l’homme qui gît là sous le drapeau tricolore, a libéré Paris. Quand on voit toutes ces rosettes dont on couvre à l’Élysée ces gens qui n’ont rien fait !

Souvent plus gaies qu’un pot de départ (ces nouveaux enterrements des temps de crise), les funérailles sont parfois aussi scandaleuses que sous l’Ancien Régime : chaque semaine on enterre dans l’ancien carré des indigents de Thiais des hommes sans nom. Les enterrements ferment la parenthèse d’un siècle, celui d’un dernier nabab corse dans une île qui se meure, mais auscultent aussi les valeurs de celui qui s’annonce.
Pourquoi on pleure, à l’enterrement de quelqu’un qu’on ne connaît pas bien ? Peut-être parce que, comme pour Georges Marchais, c’est la fin d’un monde qu’on ensevelit, et avec lui tant de vies gâchées et de rêves brisés sur lesquels les militants se retournent, ce matin de janvier 1996, dans le froid. On pleure aussi quand devant vous on enterre un demi-siècle de cinéma ou littérature, et que le chagrin prend alors les couleurs de la nostalgie. On pleure de voir pleurer et la femme qui aimait Gérard Brach, le scénariste qui ne s’aimait pas.

Il y a des enterrements ratés, mais – chut ! – il ne faut pas le dire. C’est le genre qui veut ça : dans les colonnes des journaux, les chroniques mortuaires sont toujours plus douces que les portraits des vivants. Il y a des enterrements qui ne sont jamais finis, quand les cendres restent dans la théière, sur la table de la cuisine de Catherine Robbe-Grillet. Il y a des enterrements où l’on rentre autant sa colère que ses larmes, parce que c’est trop injuste, cette cérémonie sans Président, sans députés, sans ministres, alors que Maurice Kriegel-Valrimont, l’homme qui gît là sous le drapeau tricolore, a libéré Paris. Quand on voit toutes ces rosettes dont on couvre à l’Élysée ces gens qui n’ont rien fait !

Souvent plus gaies qu’un pot de départ (ces nouveaux enterrements des temps de crise), les funérailles sont parfois aussi scandaleuses que sous l’Ancien Régime : chaque semaine on enterre dans l’ancien carré des indigents de Thiais des hommes sans nom. Les enterrements ferment la parenthèse d’un siècle, celui d’un dernier nabab corse dans une île qui se meure, mais auscultent aussi les valeurs de celui qui s’annonce.
©2018 GoogleSite Terms of ServicePrivacyDevelopersArtistsAbout Google|Location: United StatesLanguage: English (United States)
By purchasing this item, you are transacting with Google Payments and agreeing to the Google Payments Terms of Service and Privacy Notice.