La tentation obscurantiste

Sold by Grasset
2
Free sample

Une gauche qui, au nom du passé colonial de la France, devient antisioniste. Parfois antisémite. Et finit même par soutenir sans réserve les islamistes. Des féministes qui défendent le voile au nom de la liberté des femmes, ou qui traitent d'autres féministes de « racistes » parce qu'elles refusent de militer pour un « féminisme avec l'islam ». Des altermondialistes qui, parce qu'ils haïssent Bush et l'Amérique, forment des collectifs avec les prêcheurs de haine. De la Conférence de Durban à la pétition des « indigènes de la République » en passant par le débat sur les signes religieux à l'école et les forums sociaux européens de Londres (où l'un des responsables d'ATTAC se fit huer pour avoir défendu la laïcité à la française), la gauche associative a perdu tous ses repères. Au nom des mêmes valeurs et des mêmes mots, au nom du féminisme, de la laïcité, de l'égalité, du progrès, au nom de l'anti-racisme, deux gauches s'opposent aujourd'hui. Jusqu'à ne plus se reconnaître. Jusqu'à ne plus participer aux mêmes manifestations. Jusqu'à se haïr. Jusqu'à reconsidérer une histoire qui traverse le vingtième siècle. Caroline Fourest, engagée depuis toujours contre les extrémismes (Front National, homophobie, racisme, antisémitisme), à travers ses livres, et sa revue ProChoix, est au c1⁄2ur de ce débat. Les associations avec qui elle militait hier pour le PaCS et contre les intégristes chrétiens... sont parfois aujourd'hui pour le voile et aux côtés des intégristes musulmans. Elle refuse ce piège. Elle pense qu'on peut être laïque et tolérant. Préférer une femme libre à une femme en burqa. Sans pour autant être « islamophobe » ou pro-Bush. Comme semble le penser une certaine gauche aveugle au point de rejouer la complainte des « idiots utiles ». Inlassablement et selon la méthode éprouvée de son Frère Tariq, Caroline Fourest se fait pédagogue et pamphlétaire. Elle cite, enquête, contredit, récuse : pour qu'une certaine gauche renonce à cette nouvelle tentation totalitaire.
Read more

More by Caroline Fourest

See more
5.0
2 total
Loading...

Additional Information

Publisher
Grasset
Read more
Published on
Nov 2, 2005
Read more
Pages
168
Read more
ISBN
9782246699491
Read more
Features
Read more
Language
French
Read more
Genres
Literary Collections / General
Read more
Content Protection
This content is DRM protected.
Read more
Read Aloud
Available on Android devices
Read more
Eligible for Family Library

Reading information

Smartphones and Tablets

Install the Google Play Books app for Android and iPad/iPhone. It syncs automatically with your account and allows you to read online or offline wherever you are.

Laptops and Computers

You can read books purchased on Google Play using your computer's web browser.

eReaders and other devices

To read on e-ink devices like the Sony eReader or Barnes & Noble Nook, you'll need to download a file and transfer it to your device. Please follow the detailed Help center instructions to transfer the files to supported eReaders.
Tariq Ramadan reproche à ses contradicteurs de ne pas le lire, de ne pas l'écouter, et de l'accuser à tout propos de tenir un double langage. Or Caroline Fourest l'a lu, mais aussi décrypté. Elle raconte d'abord l'arrivée de Ramadan dans les banlieues françaises ; le soutien des réseaux « frères » ; la passion qu'il suscite très vite dans les médias ; l'alliance inespérée avec les partisans du dialogue entre les religions et les tenants de la laïcité dite « ouverte » ; les premières inquiétudes des fins connaisseurs de l'Islam ou des chrétiens amoureux du monde arabe. Héritier de la pensée des Frères musulmans, quoiqu'il s'en défende à l'occasion, Tariq Ramadan a toujours eu une mission claire : témoigner de son combat, de façon prosélyte et au nom de cet héritage, auprès des musulmans européens. Le débat sur la laïcité et la multiplication des face-à-face télévisuels, s'ils ont fait de Ramadan une star médiatique, n'ont pas permis de mettre au jour sa stratégie et le sens caché de ses discours. Caroline Fourest a donc acheté tous ses livres, toutes ses cassettes, s'est procuré sur internet l'ensemble de ses cours, et certaines conférences qui se vendent sous le manteau. Elle les a été étudiés, relus, et traduits en français. Le résultat laisse pantois, balayant toutes les questions de l'islam aujourd'hui (théologie, rôle de la femme, loi islamique, traditions coraniques, vêtements, etc). Car Ramadan est habile et multiple : finesse du positionnement, réécriture sémantique - fruit d'années d'entraînement pour rendre audible et passionnant ce qui est, sur le fond, est une entreprise de conquête politique vieille comme le monothéisme. On est loin de la démogagie efficace qui fait le succès des évangélistes américains. Le discours de Ramadan produit une illusion - celle d'un musulman réformateur, adepte d'un Islam pacifié et soluble dans la laïcité, alors qu'il s'agit d'un islamiste en guerre contre la modernité occidentale. Une ambiguïté qui permet à « Frère Tariq » de servir de passerelle entre les théologiens musulmans les plus radicaux et le mouvement altermondialiste. Tariq Ramadan a aussi un talent particulier : sa radicalité onctueuse annihile tout ce qui pourrait entraver la progression des réseaux islamistes. Il séduit une partie de la gauche anticolonialiste et de nombreux journalistes qui deviennent implicitement des alliés. Il transmet à la gauche laïque et antiraciste des termes comme "islamophobes", pensés par les islamistes, et destinés à faire passer toute critique de l'islamisme pour du racisme. Enfin, il parle au nom des musulmans européens à la place des musulmans libéraux... Très clairement, Ramadan vise la mise en place de l'Internationale islamiste rêvée par son grand père, Hassan Al Banna. Non pas tant pour renverser les gouvernements occidentaux que pour faire de l'Occident une plaque tournante de la résistance aux dictatures dans les pays arabes, notamment l'Égypte qui a martyrisé et persécuté sa famille. Quitte à transformer les musulmans occidentaux en instruments, et en éternels exilés. Quitte à provoquer dans la société française une fracture systémique.
Par-delà l'expression électorale classique de l'extrême droite qu'est le Front National, les nostalgiques d'une France d'antan forment une nébuleuse que l'on pourrait appeler « l'Extrême-France ». Cette Extrême-France incroyablement diverse, organisée, souvent fanatique, juge le présent décadent et ne rêve que du temps passé, « idéal » Elle est active, fortement organisée, et irrigue plus qu'on ne l'imagine nos mouvements politiques traditionnels. Cet essai hors du commun nous fait découvrir aujourd'hui cette France méconnue. Après des années d'enquêtes de terrain, d'entretiens, de rencontres, et en s'appuyant sur le décryptage de plus de 20.000 mobilisations (travail statistique jamais réalisé jusqu'ici), Fiammetta Venner a choisi d'étudier l'Extrême-France en la classifiant en cinq « familles » : le Front national, les catholiques traditionnalistes, les nationaux-radicaux, les royalistes, les provie. L'auteur nous fait découvrir, de l'intérieur, ces groupes minoritaires mais inquiétants : séances de commémoration en l'honneur de Pétain ou de Louis XIV, prières contre l'avortement, nuits de soltice, opération de soutiens aux Bosniaques, campagnes pour faire interdire un livre ou un film, opérations de groupes post-skinheads, repositionnement stratégique et électoraliste du Front national, tout est soigneusement recensé et expliqué. Chaque « famille » est analysée en profondeur : objectifs, méthodes, pouvoir réel, réseaux d'influences, chants, sites internets, journaux, librairies, Grâce ce travail rigoureux et inédit, Fiammetta Venner nous livre la radiographie d'une « certaine idée de la France ».
Caroline Fourest s’est fait une spécialité de clarifier et de mettre en lumière les grands débats comme les aime notre époque, mouvante et inquiète. Avec un talent unique, elle créée des concepts, les clarifie, et fournit ainsi une « boîte à outils » intellectuelle pour ceux qui se sentent malmenés ou perdus dans les violentes ruelles de la pensée. Ainsi, dans La tentation obscurantiste, Caroline Fourest ouvrait une voie d’analyse historique sur la gauche française : elle distinguait deux gauches, l’une fondée sur la résistance au nazisme ; l’autre fondée sur la lutte contre le colonialisme. Cette clé d’apparence simple n’a cessé de montrer sa force, et d’être reprise par tous. Depuis bientôt quatre ans, Caroline Fourest travaille sur une question majeure : l’agonie de l’universalisme – notre dernière utopie. Cette belle ambition, gravée dans le marbre de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, est battue en brèche. Pourtant, il n’existe pas de meilleur remède à la crise que connaît le multiculturalisme depuis le 11 septembre 2001, à force de tout tolérer au nom de la culture et du religieux. Cet enjeu dépasse largement l’aspect rhétorique. Il est au cœur de débats qui agitent quotidiennement le monde. Les Nations-Unies, le Canada, les Etats-Unis, l’Afrique du Sud, l’Australie, l’Inde, la Belgique, les Pays-Bas, la France... Dans tous les pays où le respect des minorités et le culte de la diversité progresse, on se déchire pour savoir comment concilier droit à la différence et respect des valeurs communes. Peut-on tout tolérer – l’excision ou l’infanticide – au nom des coutumes ? Faire passer le respect du voile avant l’égalité hommes-femmes ? Accepter des menus séparés dans les cantines ? Des créneaux non-mixtes dans les piscines ? Faut-il retirer les sapins de Noël des places publiques ? Reconnaître des arbitrages basés sur la charia ? Dans ce livre puissant, Caroline Fourest explique le « modèle français », admiré et controversé, le malentendu avec le monde « anglo-saxon ». Elle revient sur la Révolution française, la Constitution américaine, raconte le débat canadien sur les « accommodements raisonnables ». Elle rend clair, enfin, les termes qui nous font perdre la tête : communautaire, communautarisme, multiculturalisme, essentialisme, racisme, islamophobie, musulmanophobie... Et nous livre, à trente ans, le bréviaire courageux sur lequel rebâtir l’envie de faire société.
©2018 GoogleSite Terms of ServicePrivacyDevelopersArtistsAbout Google|Location: United StatesLanguage: English (United States)
By purchasing this item, you are transacting with Google Payments and agreeing to the Google Payments Terms of Service and Privacy Notice.