Rapport d'information sur la politique française et européenne vis-à-vis de la Russie

Assemblée nationale
1

Les relations entre l’Union européenne et la Russie traversent aujourd’hui une période de difficultés.La crise politique interne en Ukraine n’a fait que rendre particulièrement visibles des différends qui touchent depuis plusieurs années de nombreux domaines : commerce, réglementation des entreprises du secteur de l’énergie, libéralisation de la circulation des personnes entre les deux entités, attitude à avoir vis-à-vis des pays de leur « voisinage commun » tels que l’Ukraine, voire valeurs et conception de la démocratie. L’accord de partenariat et de coopération signé en 1994 n’a toujours pas été renouvelé, bien que son échéance ait été 2007.
Cet état de fait a conduit la commission des affaires étrangères à constituer une mission sur les relations avec la Russie, car ce pays, par ailleurs, est toujours un partenaire incontournable. Après avoir connu une situation très difficile dans les années qui ont suivi la fin de l’URSS, la Russie a en effet connu dans les années 2000 une croissance économique remarquable, même s’il subsiste pour l’avenir des interrogations structurelles, notamment autour de la dépendance à la rente énergétique, de la démographie et de la capacité de l’économie russe à se réformer. Cette nouvelle prospérité a permis à la diplomatie russe de s’affirmer et de se diversifier en valorisant de nouveaux atouts : le voisinage non seulement avec l’Europe, mais aussi avec les nouvelles puissances de l’Asie, la puissance énergétique et financière, ou encore le statut d’économie émergente. Du point de vue russe, la relation avec l’Union européenne apparaît donc comme un peu moins essentielle qu’il y a quelques années.
Les auteurs du présent rapport sont pourtant convaincus qu’un partenariat fort entre l’Union européenne et la Russie correspondrait aux intérêts de long terme des deux parties et que les différends actuels peuvent être surmontés. C’est pourquoi le rapport plaide pour une implication forte de notre pays en faveur de ce partenariat, car la densité et la qualité des relations franco-russes y invitent. En effet, les liens entre les deux pays, assis sur une longue tradition d’amitié, se sont remarquablement développés dans de nombreux domaines depuis quelques années. Donner à ces liens une dimension stratégique en promouvant le partenariat entre l’Union européenne et la Russie, peut-être par des initiatives communes avec l’Allemagne, conforterait l’amitié de la France et de la Russie tout en servant les intérêts fondamentaux de l’Union européenne.
Read more
Collapse
4.0
1 total
Loading...

Additional Information

Publisher
Assemblée nationale
Read more
Collapse
Published on
Feb 12, 2014
Read more
Collapse
Pages
139
Read more
Collapse
Read more
Collapse
Best For
Read more
Collapse
Language
French
Read more
Collapse
Genres
Political Science / International Relations / General
Political Science / World / European
Read more
Collapse
Content Protection
This content is DRM protected.
Read more
Collapse
Eligible for Family Library

Reading information

Smartphones and Tablets

Install the Google Play Books app for Android and iPad/iPhone. It syncs automatically with your account and allows you to read online or offline wherever you are.

Laptops and Computers

You can read books purchased on Google Play using your computer's web browser.

eReaders and other devices

To read on e-ink devices like the Sony eReader or Barnes & Noble Nook, you'll need to download a file and transfer it to your device. Please follow the detailed Help center instructions to transfer the files to supported eReaders.
« Un ouvrage d’avant-garde qui devrait être lu par tous soucieux de l’Afrique. D’une manière magistrale, mais facilement compréhensible et approfondie, les auteurs démolissent le mythe selon lequel les pays africains ont reçu d’importants flux nets de capitaux étrangers. Ce livre devrait modifier radicalement la pensée et la politique. » – John Weeks
Dans La dette odieuse de l’Afrique, Léonce Ndikumana et James K. Boyce révèlent le fait choquant que, contrairement à la perception populaire comme quoi l’Afrique ponctionne les ressources financières de l’Occident, le continent est en fait un créancier net du reste du monde. Au cours des quatre dernières décennies, plus de 700 milliards de dollars ont fui les pays d’Afrique sub-saharienne. Toutefois, les actifs de l’Afrique détenus à l’étranger sont privés et cachés, tandis que ses dettes extérieures sont publiques, dus par les peuples africains à travers leurs gouvernements.
Ndikumana et Boyce montrent les liens intimes entre les prêts étrangers et la fuite des capitaux. Plus de la moitié de l’argent emprunté par les gouvernements africains dans les dernières décennies a fui dans la même année, une partie importante étant déposée dans des comptes privés dans les mêmes banques qui ont fourni les prêts. Entre temps, le service de la dette continue à drainer les ressources rares de l’Afrique, réduisant ainsi les fonds disponibles pour la santé publique et d’autres besoins de base. De façon provocatrice, les auteurs proposent que les gouvernements africains devraient répudier ces «dettes odieuses» dont leur peuple n’a tiré aucun avantage, et que la communauté internationale devrait aider dans cet effort.
Un livre indispensable pour quiconque s’intéresse à l’Afrique, son avenir et ses relations avec l’Occident.
©2018 GoogleSite Terms of ServicePrivacyDevelopersArtistsAbout Google|Location: United StatesLanguage: English (United States)
By purchasing this item, you are transacting with Google Payments and agreeing to the Google Payments Terms of Service and Privacy Notice.