Cinquième suite aux lettres pour servir de matériaux à l'histoire des deux introductions du système linguistique neerlandais en Belgique: 1816-1830 et 1836-1844

Rampelbergh

Reviews

Loading...

Additional Information

Publisher
Rampelbergh
Read more
Published on
Dec 31, 1844
Read more
Pages
100
Read more
Read more
Best For
Read more
Language
Multiple languages
Read more
Content Protection
This content is DRM free.
Read more

Reading information

Smartphones and Tablets

Install the Google Play Books app for Android and iPad/iPhone. It syncs automatically with your account and allows you to read online or offline wherever you are.

Laptops and Computers

You can read books purchased on Google Play using your computer's web browser.

eReaders and other devices

To read on e-ink devices like the Sony eReader or Barnes & Noble Nook, you'll need to download a file and transfer it to your device. Please follow the detailed Help center instructions to transfer the files to supported eReaders.
François Bon
Quand François Bon s’attaque à l’exercice de l’abécédaire, il l’ouvre par un « Abandon » et le signe, du bout de son clavier, d’un « Z ». Entre les deux, il affronte, et déconstruit, et explore les 26 lettres pour délivrer au total 154 entrées. C’est l’avancée par prolifération. La pensée qui, confrontée à chaque nouveau terme, se déploie. Attente, Bord, Cheval, Cri, Double, Escalier, Futur, Je, Koala, Lire, Machines, Musique, Réalité, Roue, Sandwich, Table sont autant d’entrées sur la planète Bon. Les mots apparaissent comme les pièces d’un puzzle tentaculaire : vue plongeante sur le monde enfoui de l’auteur. Avec le courage de l’écrivain et l’honnêteté de l’homme, François Bon pose pierre à pierre les fondements de son édifice. Au fil de cette quête littéraire et intime, transparaît une audace à jauger les frontières du réel. En nourrissant le conscient de l’inconscient, François Bon s’aventure dans la lumière et ses ombres. Car cette exploration, cette façon de se frotter aux extrêmes, passent par l’expérience confondue de la rêverie et de la littérature. Entrer en soi et lâcher prise pour saisir sur le vif ce qui s’y offre.
A l’aveugle, et pourtant dans une forme de clairvoyance, l’auteur joue sans compromis le jeu des lettres. Il éprouve la langue, tire à la lumière, à la force des mots, le plus obscurément retiré. François Bon lui-même s’éprouve et livre, sous nos yeux de lecteur, son cosmos du dedans.



©2017 GoogleSite Terms of ServicePrivacyDevelopersArtistsAbout Google
By purchasing this item, you are transacting with Google Payments and agreeing to the Google Payments Terms of Service and Privacy Notice.