Modèle

Encyclopaedia Universalis
1

Le langage de la philosophie aiderait peu à éclairer l'origine de la notion de modèle, qui a reçu un emploi très large dans la méthodologie des sciences. Cette origine est technologique : le modèle est d'abord la « maquette », l'objet réduit et maniable qui reproduit en lui, sous une forme simplifiée, « miniaturisée », les propriétés d'un objet de...
Read more
5.0
1 total
Loading...

Additional Information

Publisher
Encyclopaedia Universalis
Read more
Published on
Oct 28, 2015
Read more
Pages
60
Read more
ISBN
9782852297548
Read more
Features
Read more
Read more
Language
French
Read more
Genres
Education / Reference
Literary Criticism / Reference
Philosophy / Epistemology
Philosophy / Movements / Analytic
Reference / Encyclopedias
Reference / General
Read more
Content Protection
This content is DRM protected.
Read more
Read Aloud
Available on Android devices
Read more

Reading information

Smartphones and Tablets

Install the Google Play Books app for Android and iPad/iPhone. It syncs automatically with your account and allows you to read online or offline wherever you are.

Laptops and Computers

You can read books purchased on Google Play using your computer's web browser.

eReaders and other devices

To read on e-ink devices like the Sony eReader or Barnes & Noble Nook, you'll need to download a file and transfer it to your device. Please follow the detailed Help center instructions to transfer the files to supported eReaders.
Cet ouvrage propose une mise en perspective sociolinguistique, historique et épistémologique visant à éclairer la manière dont s’articulent le « linguistique » et le « juridique ». Une étude approfondie de la longue tradition de théorisation des rapports entre « langue » et « droit » met d’abord à jour le déterminisme linguistique qui l’imprègne : la pensée juridique serait inextricablement liée à la langue de son expression. Ce déterminisme servant le plus souvent des mouvements d’affirmation identitaire contre l’autre, les fonctions et les implications éthico-politiques d’un rapport d’exclusivité trop souvent posé entre langue et droit mérite d’être interrogé : des manifestations récentes d’hostilité vis - à - vis du plurilinguisme juridique européen invitent en effet à être vigilant. L’ouvrage éclaire ensuite les raisons profondes de la solidité des objets construits que sont la « langue » et le « droit », et ceci du triple point de vue des représentations linguistiques, de l’histoire linguistique et juridique française, et des épistémologies disciplinaires – en droit et en sciences du langage. Dans le domaine juridique, on remarquera que la stabilisation de la relation signe/sens constitue un idéal s’exprimant chez les juristes à travers diverses représentations linguistiques. La recherche de la sécurité juridique peut expliquer une conception – majoritaire dans le monde du droit – du fonctionnement de la langue comme un système de rapports prédictibles, stables et homogènes. Cette représentation sera utilement mise en perspective historique : l’histoire des unifications linguistique et juridique montre en effet une étonnante synergie, la langue et le droit français se construisant conjointement, se « solidifiant » dans la perspective de l’édification stato-nationale. Les épistémologies disciplinaires ont logiquement été marquées par cette histoire intriquée, et cet ouvrage se propose de mettre en évidence les « anciennes et profondes affinités » existant entre sciences linguistiques et juridiques (Besse, 2000 : 737).

Marc Debono est Maître de conférences en sciences du langage à l’Université François Rabelais de Tours où il mène ses recherches au sein de l’équipe PREFics-Dynadiv. Ses travaux, qui articulent didactique des langues-cultures et sociolinguistique, portent notamment sur le langage juridique et les rapports existants entre les domaines juridique et linguistique, ainsi que sur la question de l’interculturel dans les formations en FLE et de l’insertion socio-universitaire des étudiants étrangers venant suivre un cursus à l’université française. Plus récemment, il engage un travail sur l’histoire des épistémologies disciplinaires en didactique et en sociolinguistique, ainsi qu’une réflexion sur dispositifs didactiques distanciels. Il est actuellement responsable du Master 2 FLE/S à l’Université de Tours.
Des anecdotes inédites et insolites de la Seconde Guerre mondiale.

Nous retrouvons à nouveau ici des aspects étonnant d’un conflit, qui à chaque fois, sous sa plume prend un aspect nouveau :
• La mort du maréchal Toukhatchevski et les purges dans l’armée Rouge
• L’Orchestre noir, le réseau allemand qui espionnait Hitler
• Le duel dans le désert espionnage et opération spéciale au Moyen-Orient
• Les commandos : La naissance des forces spéciales
• Les Sacrifiés de Dieppe : 2000 hommes meurent pour rien !
• Cryptonyme Cycero, une des plus mystérieuses affaires d’espionnage de la Seconde Guerre
• Le secret d’Overlord, les opérations secrètes derrière le débarquement du 6 juin 44
• L’enfer et le ciel, les superforteresses entrent en jeux
• L’affaire Joukov, le plus grand général soviétique entre Hitler et Staline.

Les faces cachées ou mal connues de la Seconde Guerre mondiale.

EXTRAIT :

Le jour pointait. Le commandant du front Ouest, Mikhail Toukhatchevski, sortit de la chambre de la maisonnette en bois ou était installé depuis deux jours son poste de commandement. Il n’avait pas dormi de la nuit. Évidemment, la journée qui commençait ne pouvait pas être décisive. La bataille serait sans doute longue, mais la fatigue et l’excitation ressentie à l’approche de l’offensive avaient chasse le sommeil. Il traversa un vestibule étroit ou un soldat était pelotonné sur une commode. Il le poussa du coude :
– Ne dors pas, ou ils t’égorgeront comme un goret.
L’homme sauta en bas de la commode et se mit aussitôt à fourrer sa vareuse sous la ceinture de son pantalon, cherchant à tâtons fébrilement de sa main libre son fusil tombe par terre.
– Oui, camarade commandant en chef. Fatigue.... j’ai seulement appuyé ma tète un moment contre le mur... murmura-t-il.
– Fais chauffer le samovar. Il est tout froid.
Partant de la révolution qu’a entraînée au XXe siècle le développement de la mécanique quantique et la physique des particules, le physicien et philosophe Basarab Nicolescu explore dans ce livre la nature de la « Réalité » et son lien avec le « Réel », et nous montre comment l'étude expérimentale de phénomènes invisibles pour les organes des sens conduit à de nouveaux concepts, et par suite à une nouvelle vision du monde, radicalement différente de celle de la modernité. Deux séries d'interrogations sont au centre de sa recherche. Comment l'univers fonctionne-t-il ? Est-ce simplement une merveilleuse machine faite de systèmes indépendants ? Ou bien existe-t-il une unité sous-jacente qui agit à chaque niveau de la Réalité ? Les lois valables à l'échelle de l'infiniment petit, donc à une échelle tellement différente de celle de l'homme, concernent-elles celui-ci ? En d'autres termes la nature a-t-elle quelque chose à nous dire sur nous-mêmes ? La notion capitale mise en évidence dans ce livre et celle de niveaux de Réalité. « Introduire une Échelle de Jacob dans la philosophie des sciences, c'est une révolution. Basarab Nicolescu introduit dans les degrés de raison qui permettent d'accéder aux différents niveaux de Réalité, une dimension souvent négligée, voire presque toujours absente dans la vision scientifique, à savoir les degrés d'être, les degrés de conscience et d'expérience intérieure. », écrit le poète Michel Camus. L’auteur examine les implications de la notion de niveau de Réalité sur le plan de la logique, du langage, de l'imaginaire, de la philosophie, de la vie psychique, de la spiritualité, de la religion, de la société, de la vie de tous les jours. Il soulève aussi la question du lien congénital entre la science contemporaine et la tradition occidentale, qui sont perçues comme les deux pôles d'une Réalité unique et indivisible. De leur rencontre et de notre attitude devant la Réalité naît un nouvel axe – transdisciplinaire – dans l'évolution de la connaissance.

Chercheur honoraire au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) et Professeur à l’Université Babes-Bolyai de Cluj-Napoca (Roumanie). Membre de l'Académie Roumaine. Président-fondateur du Centre International de Recherches et Études Transdisciplinaires (CIRET). Auteur, entre autres, de Qu’est-ce que la Réalité ?, L'homme et le sens de l'Univers - Essai sur Jakob Boehme, Théorèmes poétiques, La transdisciplinarité, manifeste.
©2018 GoogleSite Terms of ServicePrivacyDevelopersArtistsAbout Google|Location: United StatesLanguage: English (United States)
By purchasing this item, you are transacting with Google Payments and agreeing to the Google Payments Terms of Service and Privacy Notice.