Le problème du mal: sept discours

ThéoTeX

 Ernest Naville (1816-1909) a été professeur d'histoire de la philosophie à l'Académie de Genève. La postérité littéraire n'a guère retenu de lui que son édition des œuvres de Maine de Biran, et sa biographie de ce philosophe. Mais Ernest Naville fut également un chrétien convaincu, et un pasteur ; c'est pourquoi ses autres écrits portent sur des questions philosophiques éclairées par la foi chrétienne. Le Problème du Mal réunit sous ce titre sept conférences données à Genève, puis à Lausanne, et adressées à un public d'hommes a priori non-chrétiens. Se limitant à la pensée philosophique seule, le conférencier montre qu'aucune solution satisfaisante ne peut être trouvée à la grave énigme de l'existence et de la prédominance du mal. Il montre ensuite en quoi la révélation biblique apporte un nouveau point de vue qui, semblable à la révolution copernicienne, va fournir à la pensée une explication simple et compréhensible du phénomène moral chez l'homme. Émaillés de nombreuses citations littéraires, ces discours se lisent avec aisance, curiosité, et réflexion.   
Read more
Loading...

Additional Information

Publisher
ThéoTeX
Read more
Published on
Dec 31, 1869
Read more
Pages
331
Read more
Read more
Best For
Read more
Language
French
Read more
Content Protection
This content is DRM free.
Read more

Reading information

Smartphones and Tablets

Install the Google Play Books app for Android and iPad/iPhone. It syncs automatically with your account and allows you to read online or offline wherever you are.

Laptops and Computers

You can read books purchased on Google Play using your computer's web browser.

eReaders and other devices

To read on e-ink devices like the Sony eReader or Barnes & Noble Nook, you'll need to download a file and transfer it to your device. Please follow the detailed Help center instructions to transfer the files to supported eReaders.
Sommes-nous libres et moralement responsables ? L’idée de liberté ne suppose-t-elle pas de postuler dans la trame des événements du monde une forme d’indéterminisme ? Un tel indéterminisme est-il compatible avec les données des sciences contemporaines ? Est-il seulement intelligible ? Le grand débat sur le libre arbitre est presque aussi vieux que la philosophie. Un tel héritage bimillénaire invite bien entendu à s’instruire des thèses et des arguments du passé. Mais cet héritage ne doit pas pour autant nous dissuader de reprendre la controverse pour elle-même, à nouveaux frais et en fonction des connaissances contemporaines. Le présent volume s’inscrit dans cette volonté d’aborder la question du libre arbitre dans une perspective contemporaine. Cette approche contemporaine de la question, qui était encore celle de Sartre naguère, a été moins représentée dans le paysage français ces quarante dernières années, alors qu’elle connaissait dans d’autres pays des développements considérables. Dans les pays anglo-saxons en particulier, alors que le débat sur le libre arbitre semblait avoir été définitivement clos depuis Hobbes et Hume par un large consensus « compatibiliste », les années 1970-1980 ont vu réapparaître une controverse extrêmement animée où l’on a pu retrouver à peu près toute la variété de positions qui avait existé aux autres époques de l’histoire de la philosophie. La discussion contemporaine sur le libre arbitre, dont certains des participants les plus éminents sont également contributeurs de ce volume, n’offre donc pas l’homogénéité ou le consensus d’une « époque », mais se présente au contraire comme une mosaïque de positions qui tirent souvent leur valeur dialectique et leur raffinement argumentatif de leur confrontation aux autres positions actuellement défendues. Pour y voir plus clair dans cette variété de positions, il est commode de recourir à l’opposition traditionnelle entre « conceptions compatibilistes » du libre arbitre et « conceptions incompatibilistes ». Les conceptions compatibilistes soutiennent que le libre arbitre est en réalité compatible avec le déterminisme causal, de telle sorte qu’il n’y a nullement à s’inquiéter d’une éventuelle preuve du déterminisme par la science. Les conceptions incompatibilistes au contraire (qui font l’objet d’un retour en force depuis une quarantaine d’années) défendent par divers arguments l’intuition selon laquelle le déterminisme nous priverait du libre arbitre.
©2018 GoogleSite Terms of ServicePrivacyDevelopersArtistsAbout Google
By purchasing this item, you are transacting with Google Payments and agreeing to the Google Payments Terms of Service and Privacy Notice.