Bastida: Un roman déstabilisant

Editions Luce Wilquin

Une mystérieuse apparition...

A la Bastide de Molières, en Périgord Pourpre, le vieux vannier découvre un matin une jeune femme de blanc vêtue gisant dans l’allée du château. Pressent-il alors que cela va bousculer l’agencement coutumier de sa vie et des gens qui la partagent ? Et ces gens, comprendront-ils jamais pourquoi celle qui est tombée là, comme un ange désailé, va agiter de ses propres délires la mémoire de pierre de la Bastida jusqu’à ce que s’en libère enfin l’âme violentée de la Dame Blanche, la reine et l’oiseau, dont elle se croit parasitée ?

Un roman qui bouscule les perceptions et s'imprègne des légendes périgourdines.

EXTRAIT

On a bau être né de sa terre, sa terre rouge et grasse ; se savoir issu de sa souche et revendiquer sa parenté jusqu’à la plus lointaine génération, ce pays de combes moussues, ondulant jusqu’aux premiers chuchotements de la forêt de Bessède, ne cesse jamais d’émerveiller celui qui gravit à pas lents, chaque matin, le petit tronçon de route qui remonte du cimetière de Saint-Jean et s’arrête, le dos légèrement fléchi, pour étancher son regard au ravissement de l’indicible émergence des choses dans la brumeuse clarté d’un jour gorgé d’automne. Le silence, à cette heure encore indécise entre deux métamorphoses du paysage, se perçoit aux clapotements de l’air qu’un petit rapace nocturne remue d’une aile lasse en amorçant sa descente vers le toit pointu du pigeonnier de la propriété voisine. La maison restera fermée jusqu’à l’été prochain, lorsque les vacances ramèneront les occupants saisonniers d’un patrimoine familial désertifié, confié aux soins experts d’une société de propreté locale.

À PROPOS DE L'AUTEUR

Françoise Houdart est née en 1948 à Boussu, dans le Borinage. Traductrice de formation, elle a enseigné l'allemand à la Haute École Provinciale Mons-Borinage-Centre. Elle est l'auteure de recueils de poésie et d'une quinzaine de romans, et anime des rencontres littéraires.
Read more
Loading...

Additional Information

Publisher
Editions Luce Wilquin
Read more
Published on
Mar 10, 2017
Read more
Pages
388
Read more
ISBN
9782875543387
Read more
Language
French
Read more
Genres
Fiction / Fairy Tales, Folk Tales, Legends & Mythology
Fiction / General
Fiction / Literary
Fiction / Magical Realism
Fiction / Psychological
Fiction / Small Town & Rural
Read more
Content Protection
This content is DRM free.
Read more
Read Aloud
Available on Android devices
Read more

Reading information

Smartphones and Tablets

Install the Google Play Books app for Android and iPad/iPhone. It syncs automatically with your account and allows you to read online or offline wherever you are.

Laptops and Computers

You can read books purchased on Google Play using your computer's web browser.

eReaders and other devices

To read on e-ink devices like the Sony eReader or Barnes & Noble Nook, you'll need to download a file and transfer it to your device. Please follow the detailed Help center instructions to transfer the files to supported eReaders.
À la poursuite d'une histoire d'amour

Une chambre. Des livres empilés sur le sol entre le lit, le fauteuil, la commode. Elle est assise à un petit bureau. Elle écrit Je pense à vous. Elle écrit ce message-là, cette phrase-là, chaque soir, à la même heure, sur une feuille vierge qu’elle chiffonne aussitôt après et qu’elle jette dans la corbeille à papier. On comprend qu’elle s’apprête, qu’elle se coiffe et se maquille avec soin pour ce rendez-vous du soir. Elle parle de son rituel d’écriture ; elle édifie autour d’elle l’attente cérémoniale de celui qu’elle vouvoie, l’amant encore imaginé, le personnage d’une histoire d’amour qu’elle voudrait vivre. Vivre ou écrire.
Nous ne connaîtrons jamais le prénom de cette femme, pas plus que ne nous sera dévoilé le portrait de l’homme qu’elle imagine, qu’elle traque, qu’elle poursuit jusqu’à Florence.
La danse de l’abeille est le quatorzième roman de Françoise Houdart, toujours fidèle au même éditeur.

Découvrez sans attendre ce roman envoûtant, dans lequel s'entremêlent réalité et fantasmes.

EXTRAIT

J’évoque un rituel dont vous ne savez rien, dont vous ne saurez jamais rien ; une commémoration qui vous restera à jamais inconnue. Je lui réserve un coin de ma table d’écriture. Rien d’autre n’y est toléré qu’un bloc de feuilles vierges et un porte-plume réservoir à pompe, rarissime relique de ma communion solennelle que les grandes tempêtes de ma vie n’ont jamais réussi à arracher de ma main. La feuille que je détache du bloc, je la lisse sur ma table, je la polis. Elle est le non-lieu de notre rendez-vous. Mes yeux en fouillent l’espace infiniment vaste et profond, un abîme de blancheur où se perdront mes mots. Je pose ma plume sur le papier. Si vous pouviez entendre comme mon cœur bat !

CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE

Cette écriture [...] laisse l’impression d’être au plus proche des ressentis et pour cette raison difficile à transmettre. Elle vaut incontestablement la peine d’être découverte. - Amandine, blog Mina a lu

Un roman court, élégant, vibrant. - Éric Brucher, Antipodes

À PROPOS DE L'AUTEUR

Françoise Houdart est née en 1948 à Boussu, dans le Borinage. Traductrice de formation, elle a enseigné l'allemand à la Haute École Provinciale Mons-Borinage-Centre. Elle est l'auteure de recueils de poésie et d'une quinzaine de romans, et anime des rencontres littéraires.
Une série de petits hasards vont mener Oscar sur les traces de sa grand-mère et de son passé mouvementé

« Tu me crois, n’est-ce pas, Oscar, quand je te dis que le petit rouge-gorge n’est pas mort ? » L’enfant avait juré. Il avait assuré qu’il la croyait, Mamie, sa grand-mère adorée ; mais il mentait. Ils mentaient tous les deux, consciemment et par amour. Et c’est à cause de ce mensonge d’amour qu’il se retrouve, Oscar, des années plus tard, dans un village du Sud-Ouest, entraîné malgré lui dans une histoire où ses joies et ses peurs d’enfance se confrontent à l’inquiétant Coulobre de la Dordogne, aux secrets de la vie de Mamie et aux risques qu’il encourt à poursuivre l’oiseau jusqu’aux remparts de Domme.

Un récit à la fois apaisant pour ses magnifiques décors du Périgord et haletant par son enquête sur un mystérieux bijou disparu

EXTRAIT

Soudain, quelque chose de frais effleure sa peau. Il le perçoit bien, à présent : cela se pose et s’éloigne. Cela lui butine la tempe, le lobe de l’oreille droite. Menus baisers humides. Un souffle tiède fait frissonner les longues mèches éparses sur sa nuque : Oscar écarte les mains de son visage, lentement, très prudemment. Entrouvre les yeux... Le chien détourne la tête en gémissant, comme implorant le pardon de l’homme accroupi dans l’herbe sur le bas-côté de la route, l’homme prostré qu’il avait flairé sans méfiance. « Reste », murmure Oscar. « Reste, je t’en prie. Viens là, le chien. Viens. »

A PROPOS DE L’AUTEUR

Traductrice de formation et enseignante, poète, nouvelliste et romancière, Françoise Houdart tente, à travers l’écriture, d’explorer les chemins entre réalité, vraisemblance et fantasmes où marchent, se perdent, se trouvent, s’aiment ou se débattent des personnages qui nous ressemblent. Son œuvre romanesque comprend à ce jour seize titres, tous publiés par les Éditions Luce Wilquin. Le Prix triennal de Littérature Charles Plisnier, attribué en 2014 au roman Les profonds chemins, est venu enrichir un palmarès déjà prestigieux. L’auteur déploie aussi de multiples activités dans les bibliothèques et les écoles.
Mise en lumière d'un artiste belge trop méconnu

Françoise Houdart se livre ici, dans son quinzième roman, au délicat travail d’exploration des profonds chemins de l’âme et de l’inspiration d’un artiste, dont la modestie naturelle, l’authenticité et l’attachement fidèle qu’il témoignait au lieu où il vécut ne peuvent préjuger de l’élévation de la vision qu’il avait et professait de son art.
Un petit maître oublié de la peinture du XXe siècle retrouve vie et grandeur sous la plume d’une romancière : le peintre et graveur hennuyer Victor Regnart (1886-1964).

Découvrez le parcours et l'œuvre de Victor Regnart !

EXTRAIT

Et les gens passent ; ceux-là même qui le saluaient avec déférence dans la rue quand il allait acheter son pain ou le journal, et aussi ceux qu’attise à présent une curiosité posthume un peu malsaine. Certains des plus sincères effleurent la main glacée du peintre. D’autres se signent et marmonnent quelques mots d’une prière. L’usage le veut ainsi... Des conversations se nouent et se dénouent à mi-voix derrière le cercueil.
« On lui a mis son béret.
– Oui. Ah ! Seigneur Dieu !...
– À ce qu’on dit, il ne peignait jamais sans.
– Oui, c’est ce qu’on dit... Mais des pinceaux dans les mains d’un mort !
– Autant ça qu’un chapelet, Emilie ! Pour un peintre... Sait-on jamais si là-haut...
– Oui, est-ce qu’on sait. Quand même, des pinceaux !... »

CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE

Françoise Houdart a le don de rendre attrayants des sujets d’un abord difficile. Et de nous emporter dans les “Profonds chemins” de Victor Regnart. - La Libre Belgique

Un roman qui déploie l'énergie créatrice d'un artiste, dans une langue aussi poétique que picturale. Un roman remarquable. - Lali, blog Lali tout simplement

À PROPOS DE L'AUTEUR

Françoise Houdart est née en 1948 à Boussu, dans le Borinage. Traductrice de formation, elle a enseigné l'allemand à la Haute École Provinciale Mons-Borinage-Centre. Elle est l'auteure de recueils de poésie et d'une quinzaine de romans, et anime des rencontres littéraires.
©2018 GoogleSite Terms of ServicePrivacyDevelopersArtistsAbout Google|Location: United StatesLanguage: English (United States)
By purchasing this item, you are transacting with Google Payments and agreeing to the Google Payments Terms of Service and Privacy Notice.