Bonaparte en Egypte

Frédérique PATAT
2
Free sample

Afin de couper la route des Indes à l'Angleterre, l'expédition d'Egypte, qui débuta en 1798, fut un tournant décisif dans la carrière de Napoléon Bonaparte, après ses succès en Italie et avant de devenir premier Consul. Le désastre naval d'Aboukir, la bataille des Pyramides, la révolte du Caire, l'intrusion en Syrie, la visite aux pestiférés de Jaffa, l'assassinat de Kléber, les recherches scientifiques et les débuts de l'égyptologie... autant d'évènements qui firent de l'expédition d'Egypte un épisode à part dans la légende napoléonienne. 

Dans ce bel ouvrage illustré d'une carte et de gravures, Jacques Bainville nous donne ici encore la preuve de ses qualités d'écrivain et d'historien à la recherche de la vérité...

Read more
Collapse
4.5
2 total
Loading...

Additional Information

Publisher
Frédérique PATAT
Read more
Collapse
Published on
Dec 31, 1936
Read more
Collapse
Pages
140
Read more
Collapse
ISBN
9791092188127
Read more
Collapse
Features
Read more
Collapse
Read more
Collapse
Language
French
Read more
Collapse
Genres
Biography & Autobiography / Military
History / Europe / France
History / Europe / General
History / Middle East / Egypt
History / Modern / 18th Century
Read more
Collapse
Content Protection
This content is DRM protected.
Read more
Collapse
Read Aloud
Available on Android devices
Read more
Collapse
Eligible for Family Library

Reading information

Smartphones and Tablets

Install the Google Play Books app for Android and iPad/iPhone. It syncs automatically with your account and allows you to read online or offline wherever you are.

Laptops and Computers

You can read books purchased on Google Play using your computer's web browser.

eReaders and other devices

To read on e-ink devices like the Sony eReader or Barnes & Noble Nook, you'll need to download a file and transfer it to your device. Please follow the detailed Help center instructions to transfer the files to supported eReaders.
Découvrez enfin tout ce qu’il faut savoir sur le traité de Versailles en moins d’une heure !
Le 28 juin 1919, la signature du traité de Versailles entre les puissances alliées et l’Allemagne vaincue met officiellement fin à la Première Guerre mondiale. Ce traité de paix, censé garantir l’entente européenne, s’avère être un véritable échec diplomatique. En privilégiant leurs propres intérêts aux dépens d’une Allemagne humiliée et lourdement punie, les vainqueurs du conflit ne réalisent pas qu’ils sont en train de planter les graines de la Seconde Guerre mondiale.

Ce livre vous permettra d’en savoir plus sur :
• Le contexte de l’époque
• Les acteurs principaux qui ont pris part à l’événement
• Le traité de Versailles
• Les répercussions du traité

Le mot de l’éditeur :
« Dans ce numéro de la collection « 50MINUTES|Grands Événements », Jonathan D’Haese nous fait découvrir les dessous de la signature du traité de Versailles qui suit directement la Première Guerre mondiale. Alors que les Alliés devaient se réunir pour discuter de la paix, tous sont portés par leur rancune vis-à-vis des Allemands et par leurs ambitions propres. Malgré les tentatives de Wilson d’arrondir les angles, c’est un pacte sévère que doit signer l’Allemagne. Tout est en place pour que de nouvelles tensions éclatent. »
Stéphanie Dagrain

À PROPOS DE LA SÉRIE 50MINUTES | Grands Événements
La série « Grands Événements » de la collection « 50MINUTES » aborde plus de cinquante faits qui ont bouleversé notre histoire. Chaque livre a été pensé pour les lecteurs curieux qui veulent tout savoir sur un sujet précis, tout en allant à l’essentiel, et ce en moins d’une heure. Nos auteurs combinent les faits, les analyses et les nouvelles perspectives pour rendre accessibles des siècles d’histoire.

Cet ouvrage aurait pu s'intituler : Les Favorites (et les Favoris) de Louis XVIII. En effet, ce frère de Louis XVI, a toujours eu besoin de quelqu'un dans son intimité, homme ou femme... Laissons parler l'auteur :

« C'est ici le lieu de chercher à expliquer une bonne fois cette étrange manie du favoritisme dont était atteint Louis XVIII, mais atteint à un point que, lorsque son favori venait à disparaître pour une cause ou pour une autre, par la mort ou par une nécessité de la politique, il le pleurait à chaudes larmes jusqu'au moment, — toujours très prochain — où il lui donnait un remplaçant. L'autre était alors complètement oublié. N'est-ce pas là une preuve certaine que le coeur n'entrait pour rien dans ces attachements ? C'était plutôt là une affaire d'égoïsme, d'un côté comme de l'autre, et même pas d'égoïsme à deux, comme cela existe, sous le nom d'amour, dans tant de ménages aux idées mesquines, étroites et bourgeoises, mais d'égoïsme tout personnel. Un favori était, pour le roi, un complément de bien-être : il lui en fallait un, quel qu'il fût : l'individu lui était égal ; il n'aimait que celui qui occupait la place, et qui s'occupait de lui. On l'eût changé tous les mois, qu'il eût aimé douze favoris par an et eût pleuré chacun pendant trois jours. C'était pour lui une sorte de meuble vivant, de phonographe-homme, pour ainsi dire, propre à recevoir ses confidences, ses doléances, ses expansions affectives, ses historiettes graveleuses, ses citations latines, et à lui donner respectueusement la réplique. Il appréciait d'autant plus ce favori, à la fois éponge et robinet à anecdotes, qu'il remplissait ses fonctions avec zèle et compétence, le félicitait sur ses rares facultés, s'extasiait sur son esprit, se pâmait devant son érudition, sur son bon goût, sur sa mémoire. »

 

Amours tumultueuses, évasions, poursuites, complots et poisons tissent la vie tourbillonnante de la famille du cardinal Mazarin.

Élevés avec Louis XIV, les Mazarinets - neveux et nièces de Mazarin - deviennent les partis les plus recherchés du royaume. Des morts tragiques, des péripéties parfois comiques brouillent quelque peu les cartes du cardinal, avant même que débute le très célèbre amour du roi et de Marie Mancini. Celle-ci, souvent perçue à tort comme une héroïne esseulée, résignée, se bat de toute sa furia romana contre son oncle, contre Olympe, sa propre soeur et rivale près du roi. Elle y est aidée par sa cadette Hortense... tandis que la benjamine Marianne l'espionne pour le compte du cardinal.

Après la mort de Mazarin, ses nièces nouent des alliances prestigieuses mais rarement heureuses. Intelligentes, volontaires, et énergiques, elles défraient la chronique des cours européennes. Les unes par le pouvoir ou la dévotion janséniste, les autres par l'amitié des écrivains, par l'astrologie et la magie, par l'intrigue et le scandale, par de longues errances sous l'habit masculin, par des évasions répétées des couvents où on les enferme. On les retrouve près du pape, du roi d'Angleterre, du roi d'Espagne, et toujours dans les entours d'un Louis XIV excédé ! Deux d'entre elles sont au coeur de l'affaire des Poisons. De tout cela, les plus brillantes plumes du Grand Siècle témoignent avec gourmandise.

Philippe Mancini, duc de Nevers, poète et libertin, peut-être incestueux, n'est pas en reste avec ses soeurs, tout comme certains de leurs conjoints hautement excentriques et de leurs descendants. L'étonnante tribu a donné naissance en effet à une reine d'Angleterre, aux derniers Stuarts, aux pittoresques frères Vendôme (le maréchal de France et le grand prieur licencieux), au prince Eugène, à la famille princière de Monaco... et au comte d'Évreux, bâtisseur de l'Élysée.

De Paris à Rome, de Rome à Madrid, de Madrid à Londres et de Londres à Paris, Yvonne Singer-Lecocq est parvenue à mener de front tous ces personnages intenables, réussissant avec verve et humour un véritable exploit.

 

©2020 GoogleSite Terms of ServicePrivacyDevelopersArtistsAbout Google|Location: United StatesLanguage: English (United States)
By purchasing this item, you are transacting with Google Payments and agreeing to the Google Payments Terms of Service and Privacy Notice.