La Calèche

Flammarion
7

« Figure-toi que j’ai lu dans un journal français que le nombre croissant des voitures cause des encombrements permanents à Paris, que les cabriolets, les calèches, les cavaliers et les chevaux de volée se bousculent sur les Champs-Élysées comme au Bois de Boulogne, et qu’il n’y a pas assez de selliers pour satisfaire les besoins de tant d’équipages. Eh bien, moi, je leur en ferai, des selles ! Magnifiques, en cuir fauve, lissées comme un miroir, cousues à la façon du maître Hermès, foi de Thierry.» Le nouveau roman de Jean Diwo, qui raconte avec souffle et passion la saga de la famille Hermès, est bien plus que l’histoire du jeune Thierry, talentueux sellier monté à Paris au début du XIXe siècle pour fonder la célèbre marque, symbole du luxe à la française. C’est le grand roman d’une dynastie du savoir-faire qui traverse les tourments et les progrès d’une époque où tout s’accélère, tout en gardant à l’esprit son rêve d’excellence. Des campagnes de Napoléon jusqu’à l’aube du XXe siècle, en passant par les Trois Glorieuses et la Commune, c’est le cœur d’une famille de chair et de cuir qui bat dans cette grande fresque romanesque.
Read more

Reviews

4.1
7 total
Loading...

Additional Information

Publisher
Flammarion
Read more
Published on
Nov 9, 2010
Read more
Pages
287
Read more
ISBN
9782081257146
Read more
Language
French
Read more
Genres
Fiction / General
Fiction / Romance / Contemporary
Read more
Content Protection
This content is DRM protected.
Read more
Read Aloud
Available on Android devices
Read more

Reading information

Smartphones and Tablets

Install the Google Play Books app for Android and iPad/iPhone. It syncs automatically with your account and allows you to read online or offline wherever you are.

Laptops and Computers

You can read books purchased on Google Play using your computer's web browser.

eReaders and other devices

To read on e-ink devices like the Sony eReader or Barnes & Noble Nook, you'll need to download a file and transfer it to your device. Please follow the detailed Help center instructions to transfer the files to supported eReaders.
Jean Diwo
Nous sommes sous Louis XV, à l’aube des Lumières. Un salon de verdure éphémère accueille des curistes à Bourbon-L’Archambault. Dans la foule bigarrée qui profite du printemps, on distingue deux jeunes filles, des amies inséparables. L’une, Jeanne-Antoinette, surnommée « Reinette », accompagne sa mère, Madame Poisson. L’autre, Agnès d’Estreville, remarquable par sa beauté et la vivacité de son esprit, subit les tracasseries d’une tante revêche. Ce sont elles, les « demoiselles des Lumières » dont nous suivrons les destins.

De retour à Paris, la bonne société se retrouve dans les salons. On peut y écouter Voltaire, le vieux Fontenelle ou d’Alembert. Madame Geoffrin, une bourgeoise enrichie, reçoit dans son hôtel, construit par Fouquet. Chardin est l’un de ses habitués, comme Diderot. Immortalisées par Boucher, Agnès et Jeanne-Antoinette feront leur chemin dans ce monde futile et lettré.

Mademoiselle Poisson, à dix-sept ans, épouse le seigneur d’Etiolles. Quant à Agnès, passionnée par les sciences, elle tombe amoureuse d’un jeune savant. Madame d’Etiolles a désormais d’autres ambitions. Le roi multiplie les maîtresses, qu’il choisit parmi les duchesses. Comment attirer son attention ? Jeanne-Antoinette constate que ses terres jouxtent les chasses royales. Et le roi finit par la distinguer. Elle va devenir sa favorite. Le mari proteste, en vain. On ne s’oppose pas aux volontés du souverain. Elle devient Madame de Pompadour et entre dans la légende.
Jean Diwo
Pierre-Paul Rubens, un jeune Flamand, la bourse plate mais le cœur à l’étrier, chevauche jusqu’à Venise, Florence et Rome. Il survit en vendant les portraits des gens de rencontre, découvre Titien, copie les maîtres et se met au service de la cour du duc de Mantoue.

Déjà riche et célèbre, il revient sept ans plus tard à Anvers, où il achète une maison grandiose, le Wapper. Il y crée un atelier singulier, véritable usine à peindre où travaillent près de cent élèves et artistes confirmés, dont Bruegel de Velours, Snyders, Van Dyck et Jordaens. C’est le maître qui ébauche, dirige la mise en couleurs et finit chaque tableau. Son pinceau magique en fait « un Rubens », reconnaissable entre tous.

La vie de Rubens prend un brusque tournant quand l’infante Isabelle, qui gouverne les Pays-Bas au nom du roi d’Espagne, le nomme peintre de sa cour, à Bruxelles. Elle lui confie des missions de renseignements que facilite son métier. Cela l’entraîne sur les routes d’Europe et l’amène à fréquenter les grands. A Madrid, Paris ou Londres, il peint les princes, les écoute et recueille des renseignements. Il approche ainsi Henri IV, Louis XIII, Marie de Médicis, Richelieu, Charles Ier d’Angleterre, le duc de Buckingham, le roi d’Espagne. Il immortalise ses proches, sa maîtresse, la magnifique Hélène Fourment.

Cette chevauchée, située dans le demi-siècle le plus romanesque de l’Histoire (1600-1650) donne, comme tous les romans de Jean Diwo, un livre d’aventures, d’amour et d’érudition plaisante. Espion, génie et amant, Rubens revit avec panache, et sa fougue enflamme tout.
©2017 GoogleSite Terms of ServicePrivacyDevelopersArtistsAbout Google
By purchasing this item, you are transacting with Google Payments and agreeing to the Google Payments Terms of Service and Privacy Notice.