Jésus

Sold by Fayard
Free sample

Ce livre se veut une oeuvre de foi et aussi une oeuvre de science. Il raconte la vie de Jésus en le considérant comme le Dieu fait homme, étudie ses actes et ses paroles sans douter de leur authenticité et en acceptant intégralement le message des Evangiles.

Pour Jean-Paul Roux, les grands thèmes évangéliques _ la conception miraculeuse, la grotte, l'eau, le désert, la montagne, le feu, la croix,... _ bien qu'ils n'aient aucun antécédent direct susceptible d'avoir été emprunté, se retrouvent des les civilisations les plus diverses et relèvent donc d'achétypes et de symboles. De ces correspondances il conclut que Jésus, pour être entendu de tous les hommes, a employé un langage qui leur était familier.

Le croyant verra ainsi dans ce livre que ses convictions découlent de la certitude de témoins oculaires et que, malgré le recours au surnaturel qu'elles impliquent, elles ne rencontrent aucun obstacle historique insurmontable. L'incroyant pourra y trouver, outre le reflet de nombreuses pensées religieuses universelles, l'histoire de la plus fascinante des figures du passé qui a marqué toute notre culture.

Jean-Paul Roux, directeur de recherche au CNRS, professeur à l'Ecole du Louvre, a publié de nombreux travaux d'érudition consacrés à l'histoire religieuse et des livres de synthèse, dont La Religion des Turcs et des Mongols, l'Histoire des Turcs, Les Explorateurs au Moyen Age, Babur, histoire des grands Moghols, Le Sang, mythes, symboles et réalités.
Read more

About the author

Né en 1925, Jean-Paul Roux est historien. Diplômé de l'Institut national des langues et civilisations orientales, de l'École du Louvre, de l'École pratique des hautes études, docteur en études orientales, docteur ès-lettres, il est spécialiste du monde proche-oriental.
Jean-Paul Roux a notamment signé Histoire des Turcs (Fayard, 1984-2000), Jésus ( Fayard, 1989), Le roi, mythes et symboles (Fayard 1995), L'Asie centrale, histoire et civilisation (Fayard, 1997), Montagnes sacrées, montagnes mythiques (Fayard, 1999), La Femme dans l'histoire et les mythes (Fayard, 2004), Histoire de l'Iran et des Iraniens (Fayard, 2006), Un choc de religions (Fayard, 2007), Dictionnaire des arts de l'Islam (RMN et Fayard, 2007).

Read more

Reviews

Loading...

Additional Information

Publisher
Fayard
Read more
Published on
Nov 16, 1989
Read more
Pages
530
Read more
ISBN
9782213650067
Read more
Features
Read more
Language
French
Read more
Genres
History / General
Read more
Content Protection
This content is DRM protected.
Read more
Read Aloud
Available on Android devices
Read more
Eligible for Family Library

Reading information

Smartphones and Tablets

Install the Google Play Books app for Android and iPad/iPhone. It syncs automatically with your account and allows you to read online or offline wherever you are.

Laptops and Computers

You can read books purchased on Google Play using your computer's web browser.

eReaders and other devices

To read on e-ink devices like the Sony eReader or Barnes & Noble Nook, you'll need to download a file and transfer it to your device. Please follow the detailed Help center instructions to transfer the files to supported eReaders.
Jean-Paul Roux
Qui étaient-ils, d'où venaient ces Turcs qui prirent Constantinople en 1453 et qui, des siècles durant, ont fait frémir l'Occident ? On connaît les visions pittoresques que nous en ont laissées Racine et Pierre Loti, Mozart et Delacroix entre autres. Mais sait-on que leur histoire est celle d'une mosaïque de peuples qu'on a connus au cours du temps sous des noms différents ? Sait-on que de Pékin à Alger, du Pacifique à la Méditerranée, ils ont parcouru presque tout l'ancien monde et que leur rôle dans l'aventure humaine a été fondamental ? Les Tabghatch qui franchissent la Grande Muraille au début de l'ère chrétienne, les Ouïghours qui dissertent de Dieu au coeur des déserts de l'Asie, les cavaliers de la Horde d'Or qui brûlent Moscou, les Ottomans qui font de leur empire la première puissance du monde, les janissaires qui assaillent Vienne, les Grands Moghols qui créent l'Empire des Indes, tous étaient des Turcs.
Les Turcs, c'est donc quelque 2000 ans d'une histoire dont les héros les plus célèbres s'appellent Attila, Tamerlan, Soliman le Magnifique, Akbar, Atatürk ; c'est aussi une immense civilisation où se sont côtoyés tour à tour la violence et le sang, la paix, l'ordre, la tolérance, le mysticisme et l'art le plus raffiné.

Jean-Paul Roux a consacré une large part de son ouvre à l'étude des peuples turcs et mongols ainsi qu'a l'histoire comparée des religions. On lui doit, outre de nombreux articles, plusieurs livres de synthèse dont Le Sang : mythes, symboles et réalités (Fayard, 1988), Jésus (Fayard, 1989), Histoire de l'Empire mongol (Fayard, 1993) et L'Asie centrale (Fayard, 1997).
Jean-Paul Roux
Il y a ces grands noms qui surgissent du passé : bataille de Poitiers, croisades, prise de Constantinople, guerre d’Algérie, et tant d’autres épisodes. Il y a ce conflit armé qui a commencé en l’année 632 et qui, de décennie en décennie et jusqu’à nos jours, a été marqué par des événements dont la presse mondiale, si elle avait existé, aurait fait pendant des jours sa première page. Il n’y a pas d’année, pas de mois, pas de semaine peut-être sans que du sang soit versé par des chrétiens ou par des musulmans. Ne vaut-il pas la peine de le rappeler, de montrer à nos contemporains que les événements qui occupent l’actualité, qui les bouleversent, s’inscrivent dans une longue série de 1375 ans d’événements tout aussi spectaculaires ; que de plus petits faits dont on ne parle guère qu’un jour ou deux ont eu, tous les jours, leurs équivalents pendant 1375 ans ? Déclarée et ouverte, génératrice de grandes batailles, de villes enlevées à l’ennemi, de provinces conquises, de pays occupés, de populations exterminées, ou larvée et sournoise, la guerre entre l’islam et la chrétienté, malgré cette amitié que l’on évoque encore et qui fut souvent réelle, malgré ces relations entre Byzance et le califat de Cordoue ou entre Charlemagne et Harun al-Rachid, malgré ces traités d’alliance comme celui de François Ier et de Soliman le Magnifique, malgré de longues périodes de trêves sur tel ou tel front alors qu’on se battait ailleurs, malgré tout ce que chrétiens et musulmans se sont mutuellement apporté, ont échangé, malgré l’admiration qu’ils ont pu avoir les uns pour les autres, cette guerre est une réalité. Elle n’a jamais vraiment pris fin.
Jean-Paul Roux
L'Asie centrale demeure l'un des points névralgiques du monde et depuis deux siècles les grandes puissances convoitent ses richesses. Sur ces terres millénaires, l'Orient et l'Occident n'ont en fait jamais cessé de se rencontrer ou de s'affronter. Darius et Alexandre, puis des généraux chinois ou arabes ont porté leurs étendards dans les immenses steppes qui s'étendent de l'Amu-Daryia au Sinkiang, avant que Gengis Khan, Tamerlan, puis Babur, le premier des Grands Moghols, y fondent de puissants empires. Au fil des siècles, des civilisations prestigieuses s'y sont succédé, dont Boukhara, Samarkand, Lhassa, Dunhuang et bien d'autres lieux ont gardé la mémoire. Non loin des cavaliers turcs ou mongols, une société raffinée s'est épanouie, comme en témoigne l'art de la Sérinde. Toutes les grandes religions universelles y ont coexisté: le mazdéisme, qui y a pris naissance, le chamanisme, le manichéisme, le christianisme, l'islam et le bouddhisme qui devait gagner les hauts plateaux du Tibet et la Mongolie. La liste est longue des grands hommes qui y vécurent: le poète Firdusi, auteur du fameux Livre des rois, Avicenne, al-Biruni, le plus grand savant du monde musulman, Ulu Beg, le premier astronome des temps modernes.

Les anciennes routes de la Soie ont longtemps fait la fortune de l'Asie centrale et leur fermeture a entraîné sa ruine. Leur réouverture annonce-t-elle la renaissance de ces terres sur lesquelles se sont illustrées tant de cultures trop peu connues? Ce livre nous invite à les explorer en retraçant une histoire qui commence il y a plus de trois mille ans lorsque des artistes anonymes inventèrent l'art animalier.

Jean-Paul Roux a consacré une large part de son oeuvre à l'étude des peuples turcs et mongols ainsi qu'à l'histoire comparée des religions. On lui doit, outre de nombreux articles, plusieurs livres de synthèse dont l'Histoire de l'Empire mongol, Le Sang, mythes symboles et réalités, Jésus.
Jean-Paul Roux
Toute définition du sang appelle son contraire. Le sang souille et purifie, il est masculin et féminin, faste ou funeste, bienfaisant ou dangereux, et le répandre peut être crime ou acte sacré.

Or, devant le sang, l'humanité, en règle générale, a réagi de la même façon. Le sacrifice sanglant fut universel, et s'il disparut très tôt dans le monde judéo-chrétien, il atteignit le sommet de l'horreur chez les Aztèques. Universelles aussi furent les blessures rituelles. De même, la menstruante ou la nouvelle accouchée ont partout éveillé la crainte et ont été frappées d'interdits. Et l'on peut multiplier les rapprochements. Qu'il s'agisse de la chasse, de la vendetta et de l'alliance des sangs, ou encore des vampires, on retrouve les mêmes archétypes, les mêmes rites, les mêmes symboles dans des sociétés que le temps, l'espace et la culture pourtant séparent.

Ainsi en est-il également de ces larmes de sang par lesquelles les mystiques de l'Orient comme ceux d'Occident ont exprimé leur amour pour Dieu. Car pour l'auteur, lui même chrétien, nul doute que le sang a un sens mystique. Dans un chapitre superbe, il montre comment l'Eucharistie et la Passion du Christ se placent sous le signe du sang. Les chrétiens du Moyen Age et des siècles qui suivirent ont vécu avec ardeur cette Passion du Dieu sauveur; ses saints ensanglantés en furent l'expression la plus émouvante. Enfin c'est également dans une perspective christologique que l'auteur situe la mort de Louis XVI: l'historien des religions peut la lire comme le sacrifice d'un chef, purificateur et rédempteur, qui devait engendrer le monde moderne.

Ces pages écrites avec ferveur pourront surprendre, voire choquer. Le sang est, par essence, ambivalent. Il a joué et joue encore un rôle fondamental dans toutes les civilisations. Et ce livre, qui met en évidence les croyances et les comportements humains face au sang, ne laissera personne indifférent.

Jean-Paul Roux, directeur de recherches au CNRS, professeur à l'Ecole du Louvre, a publié de nombreux travaux d'érudition consacrés à l'histoire religieuse et des livres de synthèse, dont l'Histoire des Turcs, Les Explorateurs au Moyen Age, Babur. Histoire des Grands Moghols.
Jean-Paul Roux
Jean-Paul Roux
Qui étaient-ils, d'où venaient ces Turcs qui prirent Constantinople en 1453 et qui, des siècles durant, ont fait frémir l'Occident ? On connaît les visions pittoresques que nous en ont laissées Racine et Pierre Loti, Mozart et Delacroix entre autres. Mais sait-on que leur histoire est celle d'une mosaïque de peuples qu'on a connus au cours du temps sous des noms différents ? Sait-on que de Pékin à Alger, du Pacifique à la Méditerranée, ils ont parcouru presque tout l'ancien monde et que leur rôle dans l'aventure humaine a été fondamental ? Les Tabghatch qui franchissent la Grande Muraille au début de l'ère chrétienne, les Ouïghours qui dissertent de Dieu au coeur des déserts de l'Asie, les cavaliers de la Horde d'Or qui brûlent Moscou, les Ottomans qui font de leur empire la première puissance du monde, les janissaires qui assaillent Vienne, les Grands Moghols qui créent l'Empire des Indes, tous étaient des Turcs.
Les Turcs, c'est donc quelque 2000 ans d'une histoire dont les héros les plus célèbres s'appellent Attila, Tamerlan, Soliman le Magnifique, Akbar, Atatürk ; c'est aussi une immense civilisation où se sont côtoyés tour à tour la violence et le sang, la paix, l'ordre, la tolérance, le mysticisme et l'art le plus raffiné.

Jean-Paul Roux a consacré une large part de son ouvre à l'étude des peuples turcs et mongols ainsi qu'a l'histoire comparée des religions. On lui doit, outre de nombreux articles, plusieurs livres de synthèse dont Le Sang : mythes, symboles et réalités (Fayard, 1988), Jésus (Fayard, 1989), Histoire de l'Empire mongol (Fayard, 1993) et L'Asie centrale (Fayard, 1997).
Jean-Paul Roux
Il y a ces grands noms qui surgissent du passé : bataille de Poitiers, croisades, prise de Constantinople, guerre d’Algérie, et tant d’autres épisodes. Il y a ce conflit armé qui a commencé en l’année 632 et qui, de décennie en décennie et jusqu’à nos jours, a été marqué par des événements dont la presse mondiale, si elle avait existé, aurait fait pendant des jours sa première page. Il n’y a pas d’année, pas de mois, pas de semaine peut-être sans que du sang soit versé par des chrétiens ou par des musulmans. Ne vaut-il pas la peine de le rappeler, de montrer à nos contemporains que les événements qui occupent l’actualité, qui les bouleversent, s’inscrivent dans une longue série de 1375 ans d’événements tout aussi spectaculaires ; que de plus petits faits dont on ne parle guère qu’un jour ou deux ont eu, tous les jours, leurs équivalents pendant 1375 ans ? Déclarée et ouverte, génératrice de grandes batailles, de villes enlevées à l’ennemi, de provinces conquises, de pays occupés, de populations exterminées, ou larvée et sournoise, la guerre entre l’islam et la chrétienté, malgré cette amitié que l’on évoque encore et qui fut souvent réelle, malgré ces relations entre Byzance et le califat de Cordoue ou entre Charlemagne et Harun al-Rachid, malgré ces traités d’alliance comme celui de François Ier et de Soliman le Magnifique, malgré de longues périodes de trêves sur tel ou tel front alors qu’on se battait ailleurs, malgré tout ce que chrétiens et musulmans se sont mutuellement apporté, ont échangé, malgré l’admiration qu’ils ont pu avoir les uns pour les autres, cette guerre est une réalité. Elle n’a jamais vraiment pris fin.
Jean-Paul Roux
Les études iraniennes n’ont pas la place qu’elles méritent et notre connaissance du monde iranien est superficielle. On dirait qu’un grand voile le recouvre qui ne laisse transparaître que quelques phares : Suse, Persépolis, Samarkand, Herat, Ispahan, Chiraz, des miniatures, des poèmes... Il devrait briller de tous ses feux, il devrait être éclatant comme son ciel d’un bleu inégalable, comme ses longs déserts de sable doré, ses montagnes dénudées, comme sa théologie de la lumière, comme ses dômes recouverts de faïences d’azur, comme ses roses d’Ispahan, comme ses poètes
« d’inimitable simplicité ». Il se dissimule à nos yeux, dans la nébuleuse de l’islam où il affirme une forte personnalité.
Et pourtant l’histoire de l’Iran intéresse de près l’histoire universelle. Sa connaissance est indispensable à tout historien, à tout honnête homme. Qui pourrait lire la Bible en ignorant la déportation à Babylone et l’édit libérateur de Cyrus, « l’oint de Iahvé », dit le Deutéro-Isaïe ? Comment pourrait-on étudier la Grèce en négligeant les guerres Médiques, Hérodote, né sujet iranien, Alexandre et sa conquête du monde ? Qui resterait indifférent devant la venue des Mages, des prêtres-rois iraniens, au berceau du Christ ? Qui oserait oublier l’importance capitale pour l’Empire romain de sa longue lutte contre les Parthes et les Sassanides ? Avec quel regard visiterait-on les Indes si l’on ne savait pas que l’islam indien dépend, en
partie au moins, de l’islam iranien ? Et l’amour courtois de notre beau Moyen Age n’est-il pas né dans ce pays cathare qui transmet un ultime écho des vallées de la Mésopotamie ? On pourrait multiplier à l’infini de semblables questions.

Jean-Paul Roux a consacré une large part de son œuvre à l’étude des peuples d’Orient et d’Asie, ainsi qu’à l’histoire comparée des religions. On lui doit, outre de nombreux articles, plusieurs livres de synthèse dont l’Histoire de l’Empire mongol, L’Asie centrale. Histoire et civilisations, l’Histoire des Turcs.
Jean-Paul Roux
Jean-Paul Roux
L'Olympe, séjour des dieux de la Grèce antique, le mont Kailasa sur lequel Siva trône en position de yogi, le Kouen-Louen, la plus fameuse montagne mythique de chine, où réside l'empereur céleste : en Occident comme en Orient, les hommes ont peuplé les montagnes de dieux et de démons. Depuis l'aube des temps, mais pour des raisons différentes, ils les ont vénérées. Certains y ont vu le centre du monde, d'autres le lieu de communication entre le Ciel et la Terre. Certains y ont situé le paradis, d'autres les ont imaginées comme des espaces sauvages, cachant monstres et animaux fabuleux. D'autres encore y ont attendu la fin du Déluge, comme Noé qui posa son arche sur le mont Ararat, ou Yama qui édifia un fort sur la plus haute montagne d'Iran pour y abriter un représentant de chaque espèce vivante. Les montagnes sont au coeur de grandes religions monothéistes : c'est sur le Sinaï que Dieu transmet à Moïse les tables de la Loi, c'est sur le Golgotha que le Christ meurt puis ressuscite, c'est sur le Djabal Nur que l'archange Gabriel apparaît à Mahomet et lui demande de prêcher la parole divine. De par le monde, des milliers de pèlerins continuent de gravir rituellement des montagnes sacrées.
La montagne a toujours fasciné mais aussi fait peur, et cette ambivalence, que l'on retrouve dans tout ce qui est sacré, a nourri de nombreuses mythologies où l'on découvre de surprenants archétypes. Ce sont les croyances millénaires, les mythes, les traditions folkloriques et les superstitions attachés à la montagne que nous invite à explorer ce livre. On y croisera Mélusine et Siegfried, Gargantua et Blanche-Neige, Diane et Vulcain, mais aussi des héros et des dieux chinois, indiens ou japonais, et bien d'autres personnages familiers.
Jean-Paul Roux, historien orientaliste, a consacré une grande partie de son oeuvre à l'histoire comparée des mythologies et des religions. On lui doit notamment une biographie de Jésus (Fayard, 1989) ainsi que plusieurs études sur les mythologies, dont Le Sang. Mythes, symboles et réalités (Fayard, 1988) et Le Roi. Mythes et symboles (Fayard, 1995).
©2017 GoogleSite Terms of ServicePrivacyDevelopersArtistsAbout Google
By purchasing this item, you are transacting with Google Payments and agreeing to the Google Payments Terms of Service and Privacy Notice.