Antarès

Vol 3
Dargaud
5

Kim et ses compagnons d'infortune se sont posés sur Antarès, planète beaucoup plus hostile que leur laissaient croire les commanditaires du projet Antarès qui dirigent en fait une véritable secte. Séparés en deux groupes, les membres du projet sont plus vulnérables que jamais et le groupe de Kim, parti à la recherche de survivants, doit transporter une femme grièvement blessée. Leur seul espoir : rejoindre le camp de base mais pour cela ils doivent traverser une zone qui s'avère particulièrement dangereuse ! Cette série de science-fiction signée Leo tient toutes ses promesses et nous gratifie une nouvelle fois de scènes spectaculaires mais aussi et surtout d'une véritable humanité propre aux Mondes d'Aldébaran.
Read more

About the author

De son véritable nom Luis Eduardo de Oliveira, Leo est né à Rio de Janeiro (Brésil) en 1944. Passionné de dessin, il entre à l'université pour y suivre des études d'ingénieur. En 1968, après avoir obtenu son diplôme, il milite activement au sein de la gauche étudiante. En 1971, il quitte le Brésil pour échapper à la répression de la dictature militaire. Il s'installe au Chili, puis en Argentine, avant de revenir clandestinement dans son pays, à São Paulo, en 1974. Il renonce alors à tout engagement politique et décide de se consacrer au dessin. Il commence sa carrière d'illustrateur au sein d'une entreprise américaine. Au bout d'un an, lassé de ce travail alimentaire, il propose ses illustrations à différents journaux. Sa première bande dessinée, une histoire de science-fiction, est publiée dans la revue ‘O Bicho' au milieu des années 1970. À la même époque, il découvre la BD européenne dans les pages de ‘Pilote' et de ‘Métal hurlant'. Coup de foudre immédiat ! Décidé à tenter sa chance en France, il s'installe à Paris en 1981. Mais le succès se fait attendre. Malgré quelques récits publiés dans ‘L'Écho des savanes' (1982) et ‘Pilote' (1985), il se voit contraint de travailler pour la publicité. Le déclic se produit en 1986 : Jean-Claude Forest, le créateur de Barbarella, lui propose de dessiner des histoires réalistes pour le magazine ‘Okapi'. En 1989, Leo illustre la vie de Gandhi dans un album publié par Centurion. L'une de ses histoires attire l'attention du scénariste Rodolphe, qui lui confie le dessin de "Trent" (Dargaud), sa nouvelle série. Le premier album, "L'Homme mort", paraît en 1991. Cette fois, la carrière de Leo est lancée. Deux ans plus tard, en 1993, il réalise un vieux rêve : il publie le premier des cinq tomes d'"Aldébaran" (Dargaud), saga de science-fiction dont il est à la fois scénariste et dessinateur, qu'il mène en alternance avec "Trent". La série se poursuit en 2000 avec un nouveau cycle de cinq tomes, "Bételgeuse" (Dargaud), et, en 2007, un troisième cycle de six tomes démarre, "Antarès" (Dargaud). Cette collection, prolongée par le spin off "Les survivants" (Dargaud, 2011), connaît aujourd'hui encore un très grand succès en librairie. « Trent » se termine en 2000, avec le tome 8. Leo et Rodolphe, eux, ne s'arrêtent pas là et créent "Kenya" (Dargaud, 2001), un récit mêlant action et fantastique qui se passe juste après la Seconde Guerre mondiale. Après cinq tomes, cette série ouvre sur un deuxième cycle, "Namibia" (Dargaud, 2010), dessiné cette fois par Bertrand Marchal, Leo restant au scénario avec Rodolphe. Elle sera suivie par un troisième cycle, "Amazonie" (Dargaud, 2016). Scénariste infatigable, Leo n'hésite pas à mener de front plusieurs projets. En 2002 paraît "Dexter London" (Dargaud), une trilogie dessinée par l'Espagnol Sergio García. Au mois de mars 2009 sort le tome 1 de la série "Terres lointaines" (Dargaud), avec Icar (Franck Picard) au dessin (cinq albums). Avec le même Icar, il travaille sur une nouvelle série, "Ultime frontière" (Dargaud, 2014). En 2012 sort également le premier tome de "Mermaid project" (Dargaud),une série coécrite avec Corine Jamar et dessinée par Fred Simon (tome 4, 2015). Il cosigne également, avec son ami Rodolphe, le scénario de "La Porte de Brazenac" (Dargaud, 2014), dessiné par Patrick Pion.

Read more

Reviews

4.4
5 total
Loading...

Additional Information

Publisher
Dargaud
Read more
Published on
Feb 5, 2013
Read more
Pages
48
Read more
ISBN
9782205147438
Read more
Read more
Read more
Language
French
Read more
Genres
Comics & Graphic Novels / General
Comics & Graphic Novels / Manga / Science Fiction
Fiction / General
Read more
Content Protection
This content is DRM protected.
Read more
Read Aloud
Available on Android devices
Read more
Eligible for Family Library

Reading information

Smartphones and Tablets

Install the Google Play Books app for Android and iPad/iPhone. It syncs automatically with your account and allows you to read online or offline wherever you are.

Laptops and Computers

You can read books purchased on Google Play using your computer's web browser.

eReaders and other devices

To read on e-ink devices like the Sony eReader or Barnes & Noble Nook, you'll need to download a file and transfer it to your device. Please follow the detailed Help center instructions to transfer the files to supported eReaders.

See entire series

6 Volumes
En 2148, l'équipe du professeur Samir Junieh de la base lunaire d'Endymion, a découvert une planète très semblable à la Terre orbitant autour de l'étoile appelée GJ 1211. Etant donné que, vue de la Terre, cette étoile se trouve devant une autre bien plus connue et plus joliment nommée, l'étoile Antarès dans la constellation du Scorpion, cette nouvelle planète a fini par être nommée « Antarès ». Après les difficultés de la colonisation des deux autres planètes extrasolaires, Aldébaran et Bételgeuse, on hésita beaucoup sur Terre à lancer des nouveaux projets. Ce n'est qu'au début 2185 qu'une multinationale américaine, le groupe « Forward Enterprises », déposa la demande d'autorisation pour lancer un projet de colonisation d'Antarès. L'acceptation de la part de l'ONU tarda à venir, car des voix se sont élevés contre l'attribution du contrôle d'un processus de colonisation à un groupe privé, surtout quand ce groupe présente une structure assez opaque, certains allant même à affirmer qu'il appartiendrait à une secte religieuse. Mais aucune anomalie n'ayant pu être prouvée, l'autorisation a fini par être accordée. Un projet de colonisation, comme on peut l'imaginer, requiert un investissement pharaonique, et le groupe « Forward » a eu des difficultés à réunir tout le capital nécessaire. Parmi les mesures décidées pour surmonter ce problème il y en avait une assez inattendue : le recrutement de Kim Keller pour participer au premier vol. Il se passe que, après les événements de Bételgeuse, Kim est devenue une personnalité très populaire et admirée. Si elle s'engageait dans le projet Antarès, elle pourrait apporter un bien utile gage de sérieux à cette entreprise. Seulement, Kim est fatiguée et traumatisée par ce qu'elle a vécu sur Bételgeuse, et elle n'a qu'un souhait : rentrer sur Aldébaran pour y mener la vie tranquille d'une « fille normale ». Mais la réalité c'est qu'elle n'est pas une « fille normale ». Et le patron de « Forward » va utiliser tous les moyens pour la faire accepter de partir avec eux vers Antarès. Des moyens qui confine au chantage moral. Comment pourra-t-elle résister ? Pauvre Kim ! On peut penser que son destin est celui de ne jamais pouvoir décider de sa vie, d'être toujours condamnée à le subir les événements et d'être emportée dans des aventures incertaines. Heureusement qu'elle a des ressources, la jeune Kim. A commencer par l'aide de ses amis : Alexa, Pad, Maï Lan et surtout Marc, le beau Marc qu'elle connaît depuis l'enfance et qui paraît - enfin ! - de nouveau s'intéresser à elle et vouloir reconstruire leur liaison. Il n'empêche, les choses ne seront pas faciles. D'un côté, la planète n'est peut-être pas aussi accueillante qu'on veut le faire croire : elle cache, en réalité, des secrets assez inquiétants. D'un autre côté, les événements surprenants que Kim a vécu sur Bételgeuse a laissé en elle plus de traces qu'elle ne soupçonne.
Vol 1
En 2148, l'équipe du professeur Samir Junieh de la base lunaire d'Endymion, a découvert une planète très semblable à la Terre orbitant autour de l'étoile appelée GJ 1211. Etant donné que, vue de la Terre, cette étoile se trouve devant une autre bien plus connue et plus joliment nommée, l'étoile Antarès dans la constellation du Scorpion, cette nouvelle planète a fini par être nommée « Antarès ». Après les difficultés de la colonisation des deux autres planètes extrasolaires, Aldébaran et Bételgeuse, on hésita beaucoup sur Terre à lancer des nouveaux projets. Ce n'est qu'au début 2185 qu'une multinationale américaine, le groupe « Forward Enterprises », déposa la demande d'autorisation pour lancer un projet de colonisation d'Antarès. L'acceptation de la part de l'ONU tarda à venir, car des voix se sont élevés contre l'attribution du contrôle d'un processus de colonisation à un groupe privé, surtout quand ce groupe présente une structure assez opaque, certains allant même à affirmer qu'il appartiendrait à une secte religieuse. Mais aucune anomalie n'ayant pu être prouvée, l'autorisation a fini par être accordée. Un projet de colonisation, comme on peut l'imaginer, requiert un investissement pharaonique, et le groupe « Forward » a eu des difficultés à réunir tout le capital nécessaire. Parmi les mesures décidées pour surmonter ce problème il y en avait une assez inattendue : le recrutement de Kim Keller pour participer au premier vol. Il se passe que, après les événements de Bételgeuse, Kim est devenue une personnalité très populaire et admirée. Si elle s'engageait dans le projet Antarès, elle pourrait apporter un bien utile gage de sérieux à cette entreprise. Seulement, Kim est fatiguée et traumatisée par ce qu'elle a vécu sur Bételgeuse, et elle n'a qu'un souhait : rentrer sur Aldébaran pour y mener la vie tranquille d'une « fille normale ». Mais la réalité c'est qu'elle n'est pas une « fille normale ». Et le patron de « Forward » va utiliser tous les moyens pour la faire accepter de partir avec eux vers Antarès. Des moyens qui confine au chantage moral. Comment pourra-t-elle résister ? Pauvre Kim ! On peut penser que son destin est celui de ne jamais pouvoir décider de sa vie, d'être toujours condamnée à le subir les événements et d'être emportée dans des aventures incertaines. Heureusement qu'elle a des ressources, la jeune Kim. A commencer par l'aide de ses amis : Alexa, Pad, Maï Lan et surtout Marc, le beau Marc qu'elle connaît depuis l'enfance et qui paraît - enfin ! - de nouveau s'intéresser à elle et vouloir reconstruire leur liaison. Il n'empêche, les choses ne seront pas faciles. D'un côté, la planète n'est peut-être pas aussi accueillante qu'on veut le faire croire : elle cache, en réalité, des secrets assez inquiétants. D'un autre côté, les événements surprenants que Kim a vécu sur Bételgeuse a laissé en elle plus de traces qu'elle ne soupçonne.
Leo Marks
In 1942, with a black-market chicken tucked under his arm by his mother, Leo Marks left his father's famous bookshop, 84 Charing Cross Road, and went off to fight the war. He was twenty-two. Soon recognized as a cryptographer of genius, he became head of communications at the Special Operations Executive (SOE), where he revolutionized the codemaking techniques of the Allies and trained some of the most famous agents dropped into occupied Europe. As a top codemaker, Marks had a unique perspective on one of the most fascinating and, until now, little-known aspects of the Second World War. This stunning memoir, often funny, always gripping and acutely sensitive to the human cost of each operation, provides a unique inside picture of the extraordinary SOE organization at work and reveals for the first time many unknown truths about the conduct of the war.
SOE was created in July 1940 with a mandate from Winston Churchill to "set Europe ablaze." Its main function was to infiltrate agents into enemy-occupied territory to perform acts of sabotage and form secret armies in preparation for D-Day. Marks's ingenious codemaking innovation was to devise and implement a system of random numeric codes printed on silk. Camouflaged as handkerchiefs, underwear, or coat linings, these codes could be destroyed message by message, and therefore could not possibly be remembered by the agents, even under torture.
Between Silk and Cyanide chronicles Marks's obsessive quest to improve the security of agents' codes and how this crusade led to his involvement in some of the war's most dramatic and secret operations. Among the astonishing revelations is his account of the code war between SOE and the Germans in Holland. He also reveals for the first time how SOE fooled the Germans into thinking that a secret army was operating in the Fatherland itself, and how and why he broke the code that General de Gaulle insisted be available only to the Free French. By the end of this incredible tale, truly one of the last great World War II memoirs, it is clear why General Eisenhower credited the SOE, particularly its communications department, with shortening the war by three months. From the difficulties of safeguarding the messages that led to the destruction of the atomic weapons plant at Rjukan in Norway to the surveillance of Hitler's long-range missile base at Peenemünde to the true extent of Nazi infiltration of Allied agents, Between Silk and Cyanide sheds light on one of the least-known but most dramatic aspects of the war.
Writing with the narrative flair and vivid characterization of his famous screenplays, Marks gives free rein to his keen sense of the absurd and wry wit without ever losing touch with the very human side of the story. His close relationship with "the White Rabbit" and Violette Szabo -- two of the greatest British agents of the war -- and his accounts of the many others he dealt with result in a thrilling and poignant memoir that celebrates individual courage and endeavor, without losing sight of the human cost and horror of war.
Forrest Leo
A funny, fantastically entertaining debut novel, in the spirit of Wodehouse and Monty Python, about a famous poet who inadvertently sells his wife to the devil--then recruits a band of adventurers to rescue her.

When Lionel Savage, a popular poet in Victorian London, learns from his butler that they're broke, he marries the beautiful Vivien Lancaster for her money, only to find that his muse has abandoned him. 

Distraught and contemplating suicide, Savage accidentally conjures the Devil -- the polite "Gentleman" of the title -- who appears at one of the society parties Savage abhors. The two hit it off: the Devil talks about his home, where he employs Dante as a gardener; Savage lends him a volume of Tennyson. But when the party's over and Vivien has disappeared, the poet concludes in horror that he must have inadvertently sold his wife to the dark lord. 

Newly in love with Vivien,  Savage plans a rescue mission to Hell that includes Simmons, the butler; Tompkins, the bookseller; Ashley Lancaster, swashbuckling Buddhist; Will Kensington, inventor of a flying machine; and Savage's spirited kid sister, Lizzie, freshly booted from boarding school for a "dalliance." Throughout, his cousin's quibbling footnotes to the text push the story into comedy nirvana.

Lionel and his friends encounter trapdoors, duels, anarchist-fearing bobbies, the social pressure of not knowing enough about art history, and the poisonous wit of his poetical archenemy. Fresh, action-packed and very, very funny, The Gentleman is a giddy farce that recalls the masterful confections of P.G. Wodehouse and Hergé's beautifully detailed Tintin adventures.


From the Hardcover edition.
©2018 GoogleSite Terms of ServicePrivacyDevelopersArtistsAbout Google
By purchasing this item, you are transacting with Google Payments and agreeing to the Google Payments Terms of Service and Privacy Notice.