Le Duc de Buckingham

Fayard

Ses contemporains ont comparé George Villiers, duc de Buckingham (1592-1628), à un astre dont la trajectoire rapide illumine le ciel l'espace d'un instant, puis disparaît en laissant une trace scintillante. L'aventure du petit gentilhomme pauvre, parvenu en quelques années aux marches du trône, et périssant, à peine âgé de trente-six ans, sous les coups d'un assassin ne cesse de fasciner, tout comme celle du séducteur qui, pendant quelques jours, put se croire (et être cru) près de devenir l'amant de la reine de France, et du chef de guerre qui, peut-être, si les vents l'avaient aidé, aurait changé le cours de l'histoire en empêchant Richelieu de conquérir La Rochelle.
En définitive, une destinée hors normes. Une carrière passionnée, éblouissante, tragique. Un personnage dont la séduction a survécu aux siècles. Et, comme dit l'inscription de son tombeau, à tout jamais « l'énigme du monde ».

Inspecteur général des Archives de France, Michel Duchein est l'auteur de biographies de Marie Stuart (1987), d'Elisabeth d'Angleterre (1992), du tome III de la collection dirigée par Jean Favier, « Archives de l'Occident », Les Temps modernes, 1559-1700 (1995), et d'une Histoire de l'Ecosse (1998), tous ouvrages publiés chez Fayard, ainsi que d'une biographie de Charles Ier (Payot-Rivages, 2000).
Read more

About the author

Inspecteur général honoraire des Archives de France, Michel Duchein est spécialiste de l’histoire de la Grande-Bretagne. Il a publié plusieurs ouvrages chez Fayard, notamment des biographies : Marie Stuart (1987), Elisabeth Ire d’Angleterre (1992), Le Duc de Buckingham (2000) et Jacques Ier Stuart (2003) ; sans oublier son Histoire de l’Écosse (1998) et Les Derniers Stuarts (2006).

Read more

Reviews

Loading...

Additional Information

Publisher
Fayard
Read more
Published on
Jun 6, 2001
Read more
Pages
468
Read more
ISBN
9782213647722
Read more
Language
French
Read more
Genres
History / General
Read more
Content Protection
This content is DRM protected.
Read more
Read Aloud
Available on Android devices
Read more

Reading information

Smartphones and Tablets

Install the Google Play Books app for Android and iPad/iPhone. It syncs automatically with your account and allows you to read online or offline wherever you are.

Laptops and Computers

You can read books purchased on Google Play using your computer's web browser.

eReaders and other devices

To read on e-ink devices like the Sony eReader or Barnes & Noble Nook, you'll need to download a file and transfer it to your device. Please follow the detailed Help center instructions to transfer the files to supported eReaders.
Michel Duchein
Peu de personnages historiques font l'unanimité, c'est entendu, mais la reine d'Ecosse est assurément de ceux qui posent le plus de problèmes à l'historien.

Princesse catholique élevée à la Cour de France _ elle fut ensuite l'épouse de l'éphémère François II _, elle fut amenée à occuper le trône de ses ancêtres dans un climat d'hostilité quasi général. Comment allait-elle manoeuvrer entre les calvinistes de John Knox et les lords catholiques, entre l'intrigante cousine d'Angleterre, Elisabeth, et les puissances papistes du continent avec lesquelles elle gardait des liens?

A-t-elle été prise dans un engrenage où l'ont poussée ses ennemis ou bien a-t-elle délibérément _ mais alors avec la plus insigne des maladresses _ mis tout, y compris sa vertu et sa réputation, au service de la raison d'Etat et de son fanatisme religieux? A-t-elle oui ou non été complice de l'assassinat de son deuxième mari, a-t-elle comploté la mort d'Elisabeth? Meurtrière et adultère ou victime d'une machination, femme ambitieuse et avide ou tête légère et impulsive, bourreau ou martyre? Les deux thèses ont, aujourd'hui encore, leurs partisans acharnés, et la femme s'efface souvent devant le mythe...

Sa destinée ne s'interrompt pas avec sa mort tragique. Elle se poursuit par sa carrière posthume, inspirant depuis quatre siècles historiens, romanciers, dramaturges, poètes, musiciens, peintres. " En ma fin est mon commencement ", dit-elle un jour. Elle ne se doutait guère combien cette phrase était prophétique...

Historien et angliciste, Michel Duchein, diplômé de l'Ecole des Chartes et inspecteur général des Archives de France, a déjà publié une biographie de Jacques Ier Stuart.
Michel Duchein
Bien qu’elle ne dispose pas (pour l’instant ?) d’un Etat, l’Ecosse n’en est pas moins l’une des nations les plus anciennement constituées d’Europe et l’une de celles qui ont gardé les traits les plus originaux. Elle n’a jamais connu l’occupation romaine : son peuplement, sa langue, son organisation sociale, ses dynasties princières, ses alliances (ainsi avec la France à partir du xiiie siècle) et même les aspects qu’y a revêtus le protestantisme la différencient fortement de sa voisine du Sud, l’Angleterre. Celle-ci a d’ailleurs dû s’y reprendre à maintes reprises pour finalement lui imposer (en 1707) une quasi-annexion, après un siècle de cohabitation sous des souverains originaires d’Ecosse (les Stuart). Encore le pouvoir de Londres a-t-il toujours dû mettre les formes et composer avec le sentiment national écossais, jusqu’à ce jour de 1997 où un référendum a décidé l’élection d’un parlement écossais (au printemps 1999) et (au début de l’an 2000) la « dévolution » à celui-ci quelques-uns des attributs de souveraineté.
Le long passé de l’Ecosse et des Ecossais ainsi que leur culture ne sauraient donc être considérés comme de simples prolongements de ceux de l’Angleterre et méritaient amplement une synthèse à part entière. Pour la première fois en français avec une telle hauteur de vue, c’est chose faite, de la manière la plus savante et la plus vivante qui soit, sous la plume de l’un des meilleurs spécialistes de l’histoire d’outre-Manche.

Inspecteur général honoraire des Archives de France, Michel Duchein est l’auteur d’une biographie de la reine d’Ecosse Marie Stuart (Fayard, 1987), d’Elisabeth Ire d’Angleterre (Fayard, 1992) ainsi que du tome III de la collection dirigée par Jean Favier, « Archives de l’Occident », Les Temps modernes, 1559-1700 (Fayard, 1995). Il est officier de l’Ordre de l’Empire britannique.
Michel Duchein
On n’a d’yeux, de ce côté-ci de la Manche, que pour la Révolution française et ses répliques au xixe siècle. Et pourtant, en ce domaine comme en d’autres, l’Angleterre a un siècle d’avance sur la France. La première elle a mis un roi à mort, la première elle a eu un régime républicain (plus ou moins), la première enfin elle a connu une restauration qui n’a pas réussi.
Certes, les ressemblances s’arrêtent là: les conditions sociales, politiques et (surtout) religieuses n’ont pas grand chose à voir, et certes les Révolutions d’Angleterre ont permis le décollage de ce pays alors que la Révolution française a battu en brèche la prospérité du royaume de Louis XVI. Il n’en reste pas moins que les plus grands historiens français du xixe siècle, en particulier Guizot, n’ont cessé de réfléchir à ce précédent historique.
Les quelque cinquante années durant lesquelles l’Angleterre a cherché sa voie sont un épisode décisif de l’histoire européenne. Éminent spécialiste des xvie et xviie siècles anglais, Michel Duchein donne ici une synthèse appelée à faire date dans notre pays qui oublie trop facilement l’histoire de ses voisins.

Inspecteur général honoraire des Archives de France, spécialiste de l’histoire britannique, Michel Duchein a écrit – à côté de travaux d’érudition – une dizaine d’ouvrages fondamentaux, parmi lesquels Elisabeth Ire d’Angleterre, Les Derniers Stuarts, Histoire de l’Ecosse, etc., tous publiés chez Fayard.
Michel Duchein
La destinée exceptionnelle de la dynastie Stuart, qui régna sur l'Ecosse puis sur l'ensemble de la Grande-Bretagne et de l'Irlande pendant plus de trois siècles ponctués de drames et de tragédies de toute sorte, a depuis longtemps retenu l'attention des historiens comme l'imagination des poètes et des romanciers. L'ouvrage de Michel Duchein, rempli d'épisodes oubliés et d'anecdotes pittoresques, en transmet l'écho.

Pour un lecteur français, la saga des derniers Stuarts évoque leur long exil à Saint-Germain-en-Laye, à Bar-le-Duc, à Avignon, et le rôle joué par les jacobites dont beaucoup se sont fixés dans notre pays et y ont fondé des familles encore existantes.

La destinée des derniers souverains Stuarts et de leurs ultimes descendants offre de plus un intérêt particulier, dans la mesure où elle coïncide avec l'échec définitif, outre-Manche, du modèle de monarchie de droit divin auquel leur dynastie s'était en quelque sorte identifiée. La chute de la maison Stuart est le premier craquement annonciateur de la chute des trônes absolus. C'est donc, autour des cinq ou six derniers Stuarts et en grande partie malgré eux, toute une période charnière de l'histoire de l'Europe qu'illustre ce livre. Que cette aventure dynastique nous mène, en France, de l'aube du règne de Louis XIV à l'apogée de Napoléon Ier fournit matière à bien des réflexions. Peut-être celles-ci ne sont-elles pas sans relation avec l'état de nos deux pays dans l'Europe d'aujourd'hui ?

Michel Duchein
Entre le règne glorieux et quasi mythique d'Elisabeth et celui, tragique entre tous, du malheureux Charles Ier, les années du roi Jacques apparaissent un peu, vu de France, comme une transition sans éclat : ce n'est plus la grande époque de l'Armada et des corsaires d'Amérique ; ce n'est pas encore celle de Cromwell et des Têtes rondes.
Et pourtant, que d'événements durant les vingt-deux ans qui séparent la mort d'Elisabeth du couronnement de Charles ! La conspiration des Poudres, l'exécution de Walter Raleigh, la fondation des premières colonies outre-Atlantique, l'expansion du commerce anglais aux extrémités de l'Asie, le drame de Prague et les débuts de la guerre de Trente Ans, tout cela appartient à ce règne injustement négligé par les historiens français. Ajoutons qu'avant de succéder à Elisabeth Jacques avait régné trente-six ans sur l'Ecosse, comme fils et héritier de Marie Stuart, dans une atmosphère de guerre civile et religieuse digne des meilleurs romans d'aventures.
Ce sont donc cinquante-huit ans de l'histoire britannique et européenne, à la charnière du Moyen Âge et des Temps modernes, que recouvre la carrière d'un homme que ses contemporains ont surnommé « le roi de la paix » et « le nouveau Salomon », et qu'Henri IV, son « compère », a considéré comme « le fol le plus sage de la chrétienté ».
« Plût à Dieu que l'Angleterre n'eût jamais eu un meilleur roi, ni un pire », écrivait, quelques années après sa mort, un homme qui n'avait pas été tendre pour lui. Tout compte fait, on peut difficilement imaginer, pour un souverain et pour un homme, plus bel éloge, et plus mélancolique.

Inspecteur général honoraire des Archives de France, Michel Duchein, grand connaisseur de l'histoire de la Grande-Bretagne, est l'auteur d'une biographie de la reine d'Ecosse Marie Stuart (1987), d'Elisabeth Ire (1992), du Duc de Buckingham (2000), ainsi que d'une Histoire de l'Ecosse (1998) et du tome III de la collection dirigée par Jean Favier, « Archives de l'Occident » : Les Temps modernes, 1559-1700 (1995). Tous sont publiés chez Fayard.
©2018 GoogleSite Terms of ServicePrivacyDevelopersArtistsAbout Google
By purchasing this item, you are transacting with Google Payments and agreeing to the Google Payments Terms of Service and Privacy Notice.