Le lecteur, ce voyeur absolu

Rodopi
Free sample

Tout le monde en conviendra : lire n'est pas une activité de tout repos. La vue y est certes sollicitée, et même d'emblée, mais c'est pour aussitôt s'éclipser. S'il était purement vu, le texte (dans son sens étendu d'objet de l'interprétation) ne serait pas encore lu. La lecture proprement dite aura lieu dès l'instant où je cesse de voir ce qui m'est donné à voir pour me faufiler au-delà. J'embrasse à présent une réalité tri-dimensionnelle, je deviens le texte et le texte m'épouse, je flaire et je ressens, j'hallucine et je jubile, bref : je lis. La lecture sera synesthésique ou ne sera pas. Mon voyeurisme n'est plus trivial mais absolu. Or ce don de voyance que je m'accorde pour pallier mon aveuglement du départ n'est pas sans risques : je ne suis à l'abri ni de la méprise ni de la foi aveugle. Et c'est là le côté ironique de toute lecture. On a beau s'investir dans l'oeuvre, tôt ou tard l'enchantement sera rompu. Je me vois en train de lire, donc je ne lis plus.Le texte me renvoie soudain à mes propres limites. Il n'empêche que cet ébranlement du sujet soit souvent déclencheur d'une expérience esthétique, expérience qui porte également un enseignement : la lecture aujourd'hui engage quiconque s'y adonne à être prêt à abdiquer à chaque instant ou, du moins, à respecter l'illisible et l'inappropriable. L'aboutissement de ce travail ce confond avec son présupposé majeur : inutile de vouloir maintenir le clivage entre lecture textuelle et lecture tout court (d'une image, du monde, d'un corps désiré, etc.), ce sont leurs empiètements qui restituent à ce geste ancestral et sans doute universel son souffle et son ampleur. Des scènes de perception entravée, lacunaire ou défectueuse, glanées dans le patrimoine littéraire et plastique contemporain (Proust, Cocteau, Michaux, Calvino, Manganelli, De Chirico, Alechinsky, Fuentes, Biély, Nabokov, Gombrowicz et tant d'autres) et appréhendées comme autant de simulacres de l'expérience de lecture, nous ont permis de cerner l'activité lectorielle au plus proche des textes.
Read more
Loading...

Additional Information

Publisher
Rodopi
Read more
Published on
Dec 31, 1998
Read more
Pages
433
Read more
ISBN
9789042002807
Read more
Read more
Best For
Read more
Language
French
Read more
Genres
History / General
Political Science / General
Social Science / General
Read more
Content Protection
This content is DRM protected.
Read more

Reading information

Smartphones and Tablets

Install the Google Play Books app for Android and iPad/iPhone. It syncs automatically with your account and allows you to read online or offline wherever you are.

Laptops and Computers

You can read books purchased on Google Play using your computer's web browser.

eReaders and other devices

To read on e-ink devices like the Sony eReader or Barnes & Noble Nook, you'll need to download a file and transfer it to your device. Please follow the detailed Help center instructions to transfer the files to supported eReaders.
 Auteur célèbre d'une oeuvre multiforme et singulière, Hélène Cixous est surtout connue pour son théâtre et ses écrits sur la poétique de la différence sexuelle. Cette étude traite pour la première fois d'une seule des fictions d'Hélène Cixous, Portrait du soleil (1973). Elle tente d'expliciter le fonctionnement narratif et poétique et de relever les thèmes et motifs essentiels de cette oeuvre en les mettant à l'épreuve de la métaphore solaire. Constatant une solarité généralisée, elle propose une ouverture sur l'ensemble de l'oeuvre d'Hélène Cixous, en particulier son livre le plus récent, O R, les lettres de mon père (1997), et touche à la profonde motivation d'une écriture. 

Cette analyse, qui suit de près le texte d'Hélène Cixous, se développe d'un chapitre à l'autre en entrant de plus en plus dans la complexité des questions soulevées par le texte lui-même. Elle tient compte du renouvellement critique et philosophique des années 70 en France et ailleurs, dont la fiction de Cixous intègre les questionnements mais pour les déplacer et les transformer. Elle montre également l'enracinement d'une oeuvre dans le vécu et dans l'Histoire.

Quant à l'impossible portrait du soleil que la fiction d'Hélène Cixous essaie de tracer: il se manifeste à travers l'évocation de la figure du père, que l'on découvre partout présente, liée à la mort et à l'expérience de la séparation, et dans l'autoportrait d'un sujet féminin, en train de se chercher à travers des histoires aussi bien fictionnelles que textuelles.

©2018 GoogleSite Terms of ServicePrivacyDevelopersArtistsAbout Google|Location: United StatesLanguage: English (United States)
By purchasing this item, you are transacting with Google Payments and agreeing to the Google Payments Terms of Service and Privacy Notice.