Histoire culturelle de la France: De la Belle Epoque à nos jours

Sold by Armand Colin
1
Free sample

Histoire intellectuelle de la France au XXe siècle prenant en compte les pratiques culturelles de masse (émergence et développement). Sont détaillés les politiques culturelles successives, la création d'un ministère de la culture, l'engagement des intellectuels et leurs relations avec le pouvoir, l'évolution des pratiques culturelles (civilisation des loisirs, multiplication des médias).
Read more

About the author

Pascale Goetschel agrégée d’histoire, est maître de conférences à l’Université Paris-I et membre du Centre d’histoire sociale du 20e siècle.

Emmanuelle Loyer agrégée d’histoire et ancienne élève de l’ENS de Fontenay-Saint-Cloud, est professeur des universités en histoire contemporaine à Sciences-Po Paris.

Read more

Reviews

4.0
1 total
Loading...

Additional Information

Publisher
Armand Colin
Read more
Published on
May 18, 2011
Read more
Pages
288
Read more
ISBN
9782200273095
Read more
Features
Read more
Language
French
Read more
Genres
History / General
Read more
Content Protection
This content is DRM protected.
Read more
Read Aloud
Available on Android devices
Read more
Eligible for Family Library

Reading information

Smartphones and Tablets

Install the Google Play Books app for Android and iPad/iPhone. It syncs automatically with your account and allows you to read online or offline wherever you are.

Laptops and Computers

You can read books purchased on Google Play using your computer's web browser.

eReaders and other devices

To read on e-ink devices like the Sony eReader or Barnes & Noble Nook, you'll need to download a file and transfer it to your device. Please follow the detailed Help center instructions to transfer the files to supported eReaders.
Emmanuelle Loyer
Entre 1940 et 1945, un grand nombre d'intellectuels, d'écrivains et d'artistes français quittèrent la France occupée. La grande majorité se rendit à New York, qui devint ainsi le coeur de l'exil de la pensée et de l'art français. André Breton, Claude Lévi-Strauss, Boris Souvarine, Jacques Maritain, Saint-Exupéry, Saint-John Perse, Max Ernst, ils sont des dizaines à se retrouver dans la capitale intellectuelle du monde libre. Paris à New York raconte l'histoire de cet exil dans tous ses détails. D'abord, l'exil même : quels réseaux l'aident et le financent ? De Varian Fry, représentant du Centre américain de secours à Marseille, à l'American Comittee for Christian Refugees, dirigé par Thomas Mann, nous voyons les réseaux de solidarité se mettre en place. A New York, ensuite. Comment ces fortes individualités finissent-elles par prendre en charge une parole résistante? Le livre montre l'action des éditeurs et des revues, mais aussi des institutions. L'Ecole libre des Hautes études, où enseigne Lévi-Strauss, devient un noyau gaulliste - chose assez rare dans le milieu des exilés, qui resteront généralement très méfiants envers le général de Gaulle. Le gouvernement américain, surmontant ses répugnances pour toute propagande, crée deux agences où, pour la première fois, on utilisera les intellectuels et le savoir à des fins politiques : l'Office of Strategic Service, le célèbre O.S.S., ancêtre de la C.I.A., et l'Office of War Information, d'où dépend la radio Voice of America, dont la section française est dirigée par Pierre Lazareff. On y entendra les voix d'André Breton, d'Henry Bernstein, de Claude Lévi-Strauss... Paris à New York suit enfin les exilés dans leur retour en France, qui n'est pas toujours facile. Ils avaient développé en Amérique une conception plus démocratique de la culture et plus libérale de l'Etat que celle de Londres ou du maquis.
Jacques-Olivier Boudon
En deux siècles, la place de la religion dans la société française s’est profondément transformée. Le pays a été marqué depuis la Révolution par un mouvement de sécularisation et de laïcisation qui a conduit à la séparation des Églises et de l’État en 1905. Pendant tout le XIXe siècle, la question religieuse a été au cœur du débat politique. Elle s’est quelque peu estompée depuis, mais est toujours prête à resurgir par exemple à propos de l’école. La laïcité, qui fut longtemps une arme contre la mainmise de l’Église sur maint domaine de la vie nationale, est désormais admise par tous les citoyens.
Mais quelle laïcité ? Les termes du débat se sont déplacés : effacement progressif des religions traditionnelles, montée en puissance de l’islam, désormais deuxième religion de France, pressions communautaristes... la question de la place du religieux au sein de la République a retrouvé une singulière acuité.
Le présent ouvrage, destiné à faire référence, fournit à tous, étudiants en histoire et science politique, enseignants, public soucieux de comprendre, la synthèse accessible indispensable pour conduire toute réflexion sérieuse sur le sujet.

Jacques-Olivier Boudon, ancien élève de l’École Normale Supérieure, agrégé d’histoire, est professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris Sorbonne (Paris IV) et directeur du CIES Sorbonne. Président de l’Association Française d’Histoire Religieuse Contemporaine depuis 2005, il a publié une douzaine d’ouvrages, dont chez Armand Colin, Religion et culture en Europe au XIXe siècle (en collaboration) et La France et l’Europe de Napoléon.
Emmanuelle Loyer
Entre 1940 et 1945, un grand nombre d'intellectuels, d'écrivains et d'artistes français quittèrent la France occupée. La grande majorité se rendit à New York, qui devint ainsi le coeur de l'exil de la pensée et de l'art français. André Breton, Claude Lévi-Strauss, Boris Souvarine, Jacques Maritain, Saint-Exupéry, Saint-John Perse, Max Ernst, ils sont des dizaines à se retrouver dans la capitale intellectuelle du monde libre. Paris à New York raconte l'histoire de cet exil dans tous ses détails. D'abord, l'exil même : quels réseaux l'aident et le financent ? De Varian Fry, représentant du Centre américain de secours à Marseille, à l'American Comittee for Christian Refugees, dirigé par Thomas Mann, nous voyons les réseaux de solidarité se mettre en place. A New York, ensuite. Comment ces fortes individualités finissent-elles par prendre en charge une parole résistante? Le livre montre l'action des éditeurs et des revues, mais aussi des institutions. L'Ecole libre des Hautes études, où enseigne Lévi-Strauss, devient un noyau gaulliste - chose assez rare dans le milieu des exilés, qui resteront généralement très méfiants envers le général de Gaulle. Le gouvernement américain, surmontant ses répugnances pour toute propagande, crée deux agences où, pour la première fois, on utilisera les intellectuels et le savoir à des fins politiques : l'Office of Strategic Service, le célèbre O.S.S., ancêtre de la C.I.A., et l'Office of War Information, d'où dépend la radio Voice of America, dont la section française est dirigée par Pierre Lazareff. On y entendra les voix d'André Breton, d'Henry Bernstein, de Claude Lévi-Strauss... Paris à New York suit enfin les exilés dans leur retour en France, qui n'est pas toujours facile. Ils avaient développé en Amérique une conception plus démocratique de la culture et plus libérale de l'Etat que celle de Londres ou du maquis.
©2018 GoogleSite Terms of ServicePrivacyDevelopersArtistsAbout Google
By purchasing this item, you are transacting with Google Payments and agreeing to the Google Payments Terms of Service and Privacy Notice.