Cursus philosophicus: ad scholarum usum accommodatus

Apud Jacobum Rollin
Loading...

Additional Information

Publisher
Apud Jacobum Rollin
Read more
Published on
Dec 31, 1754
Read more
Pages
5
Read more
Read more
Best For
Read more
Language
Latin
Read more
Content Protection
This content is DRM free.
Read more

Reading information

Smartphones and Tablets

Install the Google Play Books app for Android and iPad/iPhone. It syncs automatically with your account and allows you to read online or offline wherever you are.

Laptops and Computers

You can read books purchased on Google Play using your computer's web browser.

eReaders and other devices

To read on e-ink devices like the Sony eReader or Barnes & Noble Nook, you'll need to download a file and transfer it to your device. Please follow the detailed Help center instructions to transfer the files to supported eReaders.
Comme toute autre population, les Ankave des hautes terres de Papouasie Nouvelle-Guinée connaissent l’alternance des joies et des peines. Mais au cœur de leur façon d’expliquer les malheurs et le deuil surgissent des êtres cannibales, appelés ombo’. Invisibles, ces monstres avaleurs de cadavres rodent autour des défunts et tourmentent les vivants. Ils sont si envahissants et si menaçants que les Ankave d’aujourd’hui, soixante ans après leur première rencontre avec les Blancs, continuent une ou deux fois par an de battre à tout rompre, nuit après nuit, les tambours qui expédient les esprits des morts récents hors de leur vallée. Cet impressionnant sabbat destiné à faire disparaître les spectres est l’un des moments rituels importants de leur existence et dans leur combat contre les monstres cannibales le rôle dévolu aux chamans se révèle essentiel. Pour Pierre Lemonnier, étudier les ombo’ est une manière de peindre la vie des Ankave et de comprendre comment ils imaginent le monde et s’efforcent d’agir sur lui. Dans la tradition des grands récits ethnologiques, avec talent, clarté et vivacité, il évoque ses séjours en famille chez les Ankave, restitue leur environnement, leur façon de vivre et de penser, étudie les rites, les pratiques, les idées dont la cohérence propre fonde l’identité de leur société. Outre son apport majeur à la connaissance des cultures et des organisations sociales de Nouvelle-Guinée, cet ouvrage élargit la perspective : en effectuant un rapprochement entre les ombo’ et nos sorcières des XVe-XVIIe siècles, il propose en effet une réflexion critique originale sur l’histoire de la sorcellerie occidentale.
©2018 GoogleSite Terms of ServicePrivacyDevelopersArtistsAbout Google
By purchasing this item, you are transacting with Google Payments and agreeing to the Google Payments Terms of Service and Privacy Notice.