Si tu savais...

Richard Plourde
1
Extrait gratuit

Un jeune étudiant qui, en route pour l'université, est, bien malgré lui, plongé dans son futur. Il apprendra qu'il deviendra, un jour, père d'un enfant gravement malade. À la suite d'aventures parfois palpitantes, tantôt émouvantes et, à l'occasion, cocasses, il finira devant un choix capital… Choisira-t-il de mettre cet enfant au monde? 

"J'ai adoré! Bravo!", Christine Michaud, TVA 

"Un des très bons livres que j'ai lus dans ma vie.", Diane Losier, Radio-Canada Atlantique 

"Je vous recommande fortement la lecture de ce roman. Si vous êtes amateur de Marc Levy, vous aimerez assurément le genre." Marie-Douce Rioux, CIMT-TV 

"Un hymne à la vie, ce livre-là." Nancy Fortin, CFTF-TV 

"Un magnifique roman à découvrir." Rythme FM 

" Si tu savais... de Richard Plourde est donc un roman à lire de toute urgence ! Parce qu'il y a des petits bijoux comme celui-ci qu'il faut découvrir!" 
Karine, Blogue Karine et ses Livres, France 

" Grâce à des personnages attachants et touchants, Richard Plourde nous emporte totalement dans son récit de manière originale et captivante." 
Malou, Blogue La bibliothèque Malounienne, France 

«Une lecture qui nous suit, même le livre fermé.» 
Leiloona, Blogue Bricabook, France
Lire la suite

À propos de l'auteur

 Richard Plourde habite Edmundston, sa jolie ville natale nichée dans une vallée entourée de montagnes, au Nouveau-Brunswick (Canada). L’auteur, né en 1963 et fasciné depuis l’adolescence par le pouvoir des mots, écrira d’abord quelques nouvelles pour se divertir.

Prêt à se lancer dans l’écriture d’un roman, la thématique lui viendra d’elle-même lorsque son fils fera une rechute de sa leucémie et qu’il devra subir une greffe de moelle osseuse à l’hôpital Sainte-Justine de Montréal. « Si tu savais… », le roman qui en résultera, deviendra rapidement un succès dans les ventes comme dans les coeurs.

S’inspirant de son admiration pour les koïs — magnifiques poissons rouges japonais —, les étangs et les grenouilles, il écrira son premier roman pour la jeunesse « Le koï et la grenouille ».

Son deuxième roman tout âge, “Revenir…”, paru en octobre 2013, reçoit déjà plusieurs critiques élogieuses.


Père de deux enfants et optométriste de profession, Richard est un homme engagé dans sa communauté.

Lire la suite

Reviews

3,0
1 au total
Chargement...

Informations supplémentaires

Éditeur
Richard Plourde
Lire la suite
Date de publication
15 oct. 2010
Lire la suite
Pages
304
Lire la suite
ISBN
9782981221308
Lire la suite
Lire la suite
Langage
français
Lire la suite
Genre
Fiction / Vie de famille
Fiction / Général
Lire la suite
Protection du contenu
Ce contenu n'est pas protégé par DRM.
Lire la suite
Lecture à voix haute
Disponible sur les appareils Android
Lire la suite
Partageable via la bibliothèque famille

Informations sur la lecture

Smartphones et tablettes

Installez l'application Google Play Livres pour Android et iPad ou iPhone. Elle se synchronise automatiquement avec votre compte et vous permet de lire des livres en ligne ou hors connexion, où que vous soyez.

Ordinateurs portables et de bureau

Vous pouvez utiliser le navigateur Web de votre ordinateur pour lire des livres achetés sur Google Play.

Liseuses et autres appareils

Pour pouvoir lire des ouvrages sur des appareils utilisant la technologie e-Ink, tels que le Sony eReader ou le Nook de Barnes & Noble, vous devez télécharger un fichier et le transférer sur l'appareil en question. Veuillez suivre les instructions détaillées du Centre d'aide pour transférer les fichiers sur les lecteurs de livres numériques compatibles.
Jane Austen
Ce livre numérique présente "Raison et Sensibilité (Edition intégrale avec les illustrations originales de C. E. Brock)" avec une table des matières dynamique et détaillée. Notre édition a été spécialement conçue pour votre tablette/liseuse et le texte a été relu et corrigé soigneusement. Raison et Sensibilité ou Le Cœur et la Raison est le premier roman publié de la femme de lettres anglaise Jane Austen. Il paraît en 1811 de façon anonyme puisqu'il était signé by a Lady. Résumé: Après le décès de leur père, Henry Dashwood; Elinor, Marianne et Margaret Dashwood ainsi que leur mère se trouvent privées de leur part d'héritage par leur demi-frère (né d'un précédent mariage de Henry Dashwood) qui se laisse facilement convaincre par sa femme Fanny qu'il ne leur doit rien. Leur situation financière considérablement diminuée, elles se retrouvent dans des circonstances particulièrement difficiles. Décidée à quitter le Sussex et le domaine de Norland, où sa belle-fille est venue s'installer en maîtresse sans tarder, Mrs Dashwood part avec ses filles pour le lointain Devon, où un généreux parent à elle, Sir John Middleton, lui a proposé de venir habiter sur ses terres, à Barton Cottage. Les jeunes filles sont rapidement acceptées par leur nouvelle société, particulièrement par Sir John, Lady Middleton et sa mère Mrs Jennings. Jane Austen (1775-1817) est une femme de lettres anglaise. Son réalisme, sa critique sociale mordante et sa maîtrise du discours indirect libre, son humour décalé et son ironie ont fait d'elle l'un des écrivains anglais les plus largement lus et aimés.
Stéphanie Abscheidt
Pour Sacha et Angélique, leur amour est comme une évidence, et ce, pour l’éternité...

Angélique, pure citadine de seize ans, déménage à la campagne avec ses parents. Dès le premier jour de lycée, elle tombe amoureuse de Sacha, un garçon de sa classe. Très vite, ils découvrent que leurs sentiments sont réciproques et filent le parfait amour. Alors que la famille du jeune homme accepte complètement Angie, le père de l’adolescente éprouve plus de réserves. Il voulait que sa fille fasse des études, devienne musicienne, et la voir s’enticher d’un fermier sans ambition n’était pas dans ses plans...

À travers cette histoire émouvante, Stéphanie Abscheidt plonge le lecteur au cœur des mystères des sentiments humains !

EXTRAIT

J’ai seize ans. Seize ans, et je commence à devenir adulte. Je m’en suis rendu compte à ces regards masculins qui se posent sur moi dans la rue, bien malgré moi. Souvent même, ça me met mal à l’aise. Solange me répétait tout le temps que je devrais prendre exemple sur elle, profiter de tous ces garçons prêts à « rendre service pour la bonne cause ». Elle prétendait que quand le bon se présenterait, elle serait prête et expérimentée. C’est tout Solange, ça. Mais elle ne comprenait pas que je ne suis pas comme elle. Je préfère attendre le grand Amour, celui qui fera chavirer mon cœur et à qui j’offrirai tout.

Seize ans, et je commençais tout juste à avoir suffisamment gagné la confiance de mes parents pour faire de petites escapades en ville entre copines, des sorties shopping ou ciné, sans avoir trop de comptes à rendre en rentrant à la maison.

Et bing, voilà que tous mes projets tombent à l’eau.

CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE

L’auteur utilise les mots justes. L’émotion est bien réelle. Chapeau à Stéphanie. [...] les protagonistes m’ont touchée, ils sont sensibles et percutants. Les scènes sont fortes et tout cela en fait un bon roman. - Blog de Julie

À PROPOS DE L’AUTEUR

Devenue fleuriste après des études de psychologie, Stéphanie Abscheidt a vendu ses boutiques pour revenir élever ses enfants où elle a passé sa jeunesse, en Haute-Saône. Elle s’est aujourd’hui reconvertie dans l’art.
André-Joseph Dubois
Le portrait d'une femme à travers un XXe siècle agité

« Ni biographie, ni fiction » : c’est à une traversée du XXe siècle que nous convie André-Joseph Dubois avec ce cinquième livre. En suivant sa mère, « par exemple », de la Belle Époque aux années 2000... Et c’est l’Histoire vécue par les anonymes qui défile. Deux guerres mondiales, les Trente Glorieuses, la société de consommation, la transformation de nos quotidiens et de nos villes, tant de choses qui ont jalonné le siècle. Et en filigrane, cette question : qu’est-ce donc qu’avoir été une femme « alors » ?

Sous le scalpel du styliste, l’émotion affleure continuellement : c’est que, pour un fils, une mère n’est jamais une femme ordinaire. Et celle-ci n’a pas ménagé ses luttes, en dépit du « monde qu’on lui proposait », jusqu’à enfin réaliser le rêve qu’elle poursuivait depuis l’enfance.

Une fiction historique qui vous transportera de la Belle époque jusqu'au début du XXIe siècle, en passant par les guerres mondiales du XXe.

A PROPOS DE L'AUTEUR

Né en 1946 à Liège, André-Joseph Dubois illustre sa Wallonie natale dans ses romans, en particulier les années 1980. Il fut récompensé à deux reprises par le Prix Félix Denayer de l'Académie royale de langue et de littérature française de Belgique.

EXTRAIT

Au début des années 1920, comme il s'était mis à mieux gagner sa vie, mon grand-père entreprit de se faire construire une demeure qui ne serait pas une simple maison ouvrière.
Elle compta au rez-de-chaussée un salon et une salle à manger conjoints par une baie arquée, l'ensemble fut appelé living room, encore qu'on y vécût fort peu. Puis venait le bureau, une pièce sans fenêtre à peine éclairée par un lanterneau, où mon grand-père ne fit jamais son courrier parce qu'on n'y voyait guère. À l'étage, la plus vaste des chambres, qui faisait toute la façade et fut d'emblée attribuée à ma mère, s'augmentait d'une loggia. La rue était en forte pente, par-derrière une terrasse en contrebas dominait les jardins voisins ; on la pourvut d'un muret d'une vasque à l'angle ; toutefois, effet d'une modestie inattendue ou réflexe de classe, on s'entêta à dire la cour. Mais une cave à vins fut aménagée. De loin en loin mon grand-père faisait revenir une feuillette de bourgogne, on en buvait encore le dimanche quand j'étais petit. Le corridor fur recouvert d'un stuc qui imitait un marbre bleuâtre. S'étant abouché dans un couple de sculpteurs-décorateurs, mon grand-père fit placer dans le living des gorges et des angelots de plâtre. et dans l'embellie qui se prolongea jusqu'à la crise de 1929, pour justifier la salle à manger il la munit de meubles "Louis XV liégeois en chêne. Massif.". Je marque par le point suivi de la majuscule l'insistance admirative dont chez moi on rehaussait ce "massif" : le M différé, presque doublé, conférait à la noblesse du chêne un surcroît de prestige : comme si la majesté de Louis XV n'y suffisait pas, tempérée qu'elle était par le provincial "liégeois". Quand au salon, le piano de ma mère en constitua le principal ornement.
©2017 GoogleConditions d'utilisationConfidentialitéDéveloppeursArtistesÀ propos de Google
En achetant cet article, vous effectuez une transaction avec Google Payments, et vous acceptez les Conditions d'utilisation et l'Avis de confidentialité correspondants.