Savary: Le séide de Napoléon

Sold by Fayard
Free sample

L'Auteur : Directeur de la fondation Napoléon, Thierry Lentz est l'auteur de nombreuses études savantes sur Napoléon et sur l'Empire, en particulier Le Grand Consulat (Fayard, 1999). PAR LE PLUS REMARQUABLE DES NOUVEAUX HISTORIENS DE L'EMPIRE, LA BIOGRAPHIE DE L'UNE DES FIGURES LES PLUS NOIRES DE LA PERIODE NAPOLEONIENNE.
Read more

About the author

Directeur de la Fondation Napoléon, Thierry Lentz est, avec son maître Jean Tulard, le meilleur historien de Napoléon et de son aventure inouïe. Il a publié sur ce sujet une quinzaine d'ouvrages fondamentaux.
photo : © John Foley / Opale / Fayard

Read more

Reviews

Loading...

Additional Information

Publisher
Fayard
Read more
Published on
Nov 14, 2001
Read more
Pages
560
Read more
ISBN
9782213648811
Read more
Features
Read more
Language
French
Read more
Genres
History / General
Read more
Content Protection
This content is DRM protected.
Read more
Read Aloud
Available on Android devices
Read more
Eligible for Family Library

Reading information

Smartphones and Tablets

Install the Google Play Books app for Android and iPad/iPhone. It syncs automatically with your account and allows you to read online or offline wherever you are.

Laptops and Computers

You can read books purchased on Google Play using your computer's web browser.

eReaders and other devices

To read on e-ink devices like the Sony eReader or Barnes & Noble Nook, you'll need to download a file and transfer it to your device. Please follow the detailed Help center instructions to transfer the files to supported eReaders.
Thierry Lentz
Sous l’angle politique, diplomatique ou militaire, le système napoléonien a cessé de vivre avec l’abdication de 1814 et l’installation aux Tuileries du frère de Louis XVI. Aussi, le long récit historique de Thierry Lentz aurait-il pu se clore sur ces événements, les Cent-Jours n’étant que le bégaiement d’années fécondes, tantôt glorieuses, tantôt décevantes, de la conquête de l’Europe à l’effondrement. La France n’est-elle pas désormais dépouillée de presque toutes ses conquêtes ? Ses institutions ne sont elles pas en cours d’adaptation à un modèle dont les réminiscences de l’Ancien Régime ne sont pas absentes ?
Pourtant, la mémoire de Napoléon ne serait pas la même s’il n’avait pas eu l’audace de vouloir inverser le cours des choses : ce furent le « miracle » du retour de l’île d’Elbe, les Cent-Jours et Waterloo.
L’historien doit observer qu’il n’y a rien de commun entre ces trois mois de 1815 et les quinze années précédentes. Le revenant de l’île d’Elbe a perdu la main. Il multiplie les erreurs dans le choix des hommes et les imprudences politiques. Il s’entoure d’un personnel fatigué ou bien de ses pires ennemis, sans compter l’appel à des intellectuels en manque de prestige. Il subit aussi des trahisons que ne compensent pas certains ralliements, tandis qu’à Vienne les puissances poursuivent la reconstruction d’une Europe dans laquelle il n’a plus sa place. Le salut du régime ne tient plus qu’au savoir-faire guerrier du vainqueur d’Austerlitz. Mais l’Empire succombe dans une « morne plaine », aux portes de Bruxelles, avant de recevoir l’estocade devant les Chambres. La paix signée avec les vainqueurs sera terrible.
Il faudra la réécriture de l’histoire à Sainte-Hélène, l’envol de la légende et que, les années passant, « la France s’ennuie », comme devait dire Lamartine, pour que les Cent-Jours soient oubliés, pardonnés puis magnifiés.

Thierry Lentz est l’auteur de nombreux ouvrages sur le Consulat et l’Empire dont Le 18 Brumaire (1997), Le Grand Consulat, 1799-1804 (1999), un Dictionnaire des ministres de Napoléon (1999), Savary, le séide de Napoléon (2001), Napoléon, l’esclavage et les colonies (avec Pierre Branda), Sainte-Hélène, île de mémoire (direction, avec Bernard Chevallier et Michel Dancoisne-Partineau). Il est directeur de la Fondation Napoléon.

Thierry Lentz

Le Consulat commence le 11 novembre 1799, au matin du troisième jour du coup d’Etat de Brumaire. Il s’achève le 18 mai 1804, avec
la proclamation de l’Empire. Entre ces deux dates, quelle œuvre accomplie sous la conduite de Bonaparte ! De la réconciliation nationale à la paix intérieure, du Code civil au franc Germinal, de la réforme administrative et judiciaire au rétablissement de l’influence diplomatique de la France en Europe, du Concordat aux dizaines de lois votées au pas de charge, la Révolution fut canalisée.
Ecrasé par la perspective déformante de l’épisode napoléonien pris à rebours, le Consulat a pu sembler parfois n’être qu’un hors-d’œuvre, une mise en jambe avant les chevauchées de l’Empire. Comme si tout s’était enchaîné avec logique. Comme si Napoléon avait naturellement percé sous Bonaparte.
En réalité, la montée de Napoléon vers le pouvoir personnel se fit par étapes et crises successives, parfois ponctuées de petits « coups d’Etat » intermédiaires avant la grande manœuvre qui engendra la transformation finale du régime. Les efforts de l’équipe consulaire pour repousser les tentatives royalistes ou jacobines et juguler une forte opposition parlementaire, les risques de renversement courus par le gouvernement à quelques moments chauds de même que les rivalités de « courants » en son sein sont autant de chapitres que l’on ne peut ignorer lorsqu’on entreprend l’analyse des événements des années 1800 - 1804.
Au demeurant, en même temps qu’ils attestent de la virtu du Prince, ils valorisent l’œuvre du Grand Consulat : tandis qu’il réformait d’arrache-pied, il dut encore lutter contre des ennemis décidés, savoir s’appuyer sur ces offensives pour adapter sa course et, bien souvent, avouer sa soumission totale aux événements.

Thierry Lentz est l’auteur de plusieurs ouvrages sur le Consulat et l’Empire : La Moselle et Napoléon (1986), Roederer (1990), Savary, le séide de Napoléon (1993), Le 18-Brumaire (1997, grand prix de la fondation Napoléon 1997), Napoléon, « Mon ambition était grande »(Gallimard, 1998). On lui doit également un Napoléon III (« Que sais-je ? », 1995). Il a collaboré au Dictionnaire du Second Empire et au Dictionnaire Napoléon (Fayard). Universitaire, il a enseigné à l’université de Nancy-II. Il conserve un enseignement au CELSA (Paris-IV-Sorbonne).
Thierry Lentz
Cette grande synthèse en trois volumes retrace l’histoire d’un « empire » et des réactions qu’il suscita en son temps. Empire au sens d’« influence » d’abord, celle que les idées, la culture et les ambitions hégémoniques françaises exercèrent sur cette époque, dans le prolongement du Grand Siècle, du siècle des Lumières et, bien sûr, de la Révolution. C’est ainsi que l’aventure napoléonienne peut se replacer dans la longue durée. Empire au sens d’« institution » aussi, en ce que les gouvernements français imaginèrent des structures, avec leur fonctionnement et leur unité politique, afin de conquérir et d’organiser l’espace européen (et au-delà) pour réunir des peuples sous leur bannière par l’adhésion, l’intégration, la domination ou la suzeraineté. Si l’on ne peut échapper à la présence permanente de la volonté, de la personnalité et de l’œuvre de Napoléon qui ont marqué la période de leur empreinte, et si les développements de ce livre ont pour clef de voûte le cœur même de l’Empire (dans les deux sens évoqués plus haut), c’est-à-dire la France, il faut aussi « raconter » – en l’expliquant – un peu plus d’une décennie d’histoire de l’Europe, voire du monde, en dépassant à la fois la figure de l’empereur et les points de vue purement nationaux.
Les quatre dernières années du règne de Napoléon ramenèrent le système à ce qui en était perçu par les autres puissances : l’organisation d’une domination sans partage au seul bénéfice des intérêts français. Leur réaction ne tarda pas et l’ultime coalition se consolida autour de l’idée qu’il était temps de revenir à une forme d’équilibre européen. Même si l’empereur des Français ne fut pas toujours seul responsable des conflits, on doit constater qu’en définitive, puisqu’il fut vaincu, il n’eut pas raison au regard de l’Histoire. La construction impériale fut balayée et avec elle la prépondérance française. De l’empire universel, il ne resta rien en 1814. Napoléon rendit la France plus petite qu’il l’avait prise. Mais, nous le savons, son héritage n’est pas le système européen. Il est ailleurs et plus profond.

Thierry Lentz est l’auteur de nombreux ouvrages sur le Consulat et l’Empire, dont Le 18 Brumaire (1997), Napoléon. « Mon ambition était grande » (1998), Le Grand Consulat, 1799-1804 (1999), un Dictionnaire des ministres de Napoléon (1999), et Savary, le séide de Napoléon (2001). Il est directeur de la Fondation Napoléon.

NOUVELLE HISTOIRE DU PREMIER EMPIRE
I. Napoléon et la conquête de l’Europe (1804-1810)
II. L’Effondrement du système napoléonien (1810-1814)
III. La France et l’Europe de Napoléon (1804-1815), à paraître
Thierry Lentz

Cette grande synthèse en 3 volumes retrace l’histoire d’un « empire » et des réactions qu’il suscita en son temps. Empire au sens d’« influence » d’abord, celle que les idées, la culture et les ambitions hégémoniques françaises exercèrent sur cette époque, dans le prolongement du Grand Siècle, du siècle des Lumières et, bien sûr, de la Révolution. C’est ainsi que l’aventure napoléonienne peut se replacer dans la longue durée. Empire au sens d’institution aussi, en ce que les gouvernants français imaginèrent des structures, avec leur fonctionnement et leur unité politique, afin de conquérir et d’organiser l’espace européen (et au-delà) pour réunir des peuples sous leur bannière par l’adhésion, l’intégration, la domination ou la suzeraineté. Si l’on ne peut échapper à la présence permanente de la volonté, de la personnalité et de l’œuvre de Napoléon qui ont marqué la période de leur empreinte, et si les développements de ce livre ont pour clef de voûte le cœur même de l’Empire (dans les deux sens évoqués plus haut), c’est-à-dire la France, il faut aussi « raconter » – en l’expliquant – un peu plus d’une décennie d’histoire de l’Europe, voire du monde, en dépassant à la fois la figure de l’empereur et les points de vue purement nationaux.
Le premier volume est consacré à la naissance et au développement de l’Empire, suivant l’un des grands desseins de Napoléon : créer un « système » hégémonique sur le continent. De la proclamation du régime (1804) au mariage de l’empereur et de Marie-Louise (1810), on suit l’enchaînement des événements qui a conduit d’une part la France à amplifier (mais d’une autre manière) la conquête de l’Europe commencée en 1792, et d’autre part Napoléon à créer à l’intérieur une dictature dont la nature « de salut public » disparut pour laisser la place à un régime autoritaire « classique ».
Cette histoire se garde des accents de l’épopée et des facilités de l’anecdote comme des études militaires trop détaillées – même si, comme on peut l’imaginer, les guerres en sont l’une des toiles de fond. L’auteur se place dans la position d’un observateur aussi froid, aussi impartial que possible et parfois dans celle d’un contemporain ignorant la suite... et surtout la légende (dorée ou noire) édifiée par les récits enflammés des thuriféraires.

Thierry Lentz est l’auteur de plusieurs ouvrages sur le Consulat et l’Empire, dont Le 18 Brumaire (1997), Napoléon. « Mon ambition était grande » (1998), Le Grand Consulat, 1799-1804 (1999), un Dictionnaire des ministres de Napoléon (1999), et Savary, le séide de Napoléon (2001). Il est directeur de la Fondation Napoléon.

NOUVELLE HISTOIRE DU PREMIER EMPIRE
I. Napoléon et la conquête de l’Europe (1804-1810)
II. L’Effondrement du système napoléonien (1810-1815), à paraître
III. La France et l’Europe de Napoléon (1804-1815), à paraître
©2018 GoogleSite Terms of ServicePrivacyDevelopersArtistsAbout Google
By purchasing this item, you are transacting with Google Payments and agreeing to the Google Payments Terms of Service and Privacy Notice.