Audimat est une revue de critique musicale éditée par le festival Les Siestes Électroniques. Notre projet: une écriture sur la musique libérée des contraintes d‘actualité et des formats de la presse périodique. Audimat veut rendre compte de la situation actuelle de la pop music, et l‘éclairer par son histoire. Il s'agit de recenser ce qui se passe, d‘aller s‘entretenir avec la musique et son évolution, de se plonger méthodiquement dans l‘expérience musicale, et dans ce qu‘elle implique sur le plan des médiations, de l’imaginaire, de la société, de la pensée, de l’affectivité.
Sommaire du numéro 1:

- Article "Yuppies versus Hipsters : l’underground d’hier et d’aujourd’hui" par Adam Harper
- Article "Thrash-Metal, orgies pop et gesticulations outrées : manifeste de l’immodéré et du déraisonnable" par Lelo Jimmy Batista
- Article "Musique numérique : pour quoi faire ?" par Guillaume Heuguet
- Article "La world n’est plus de ce monde" par Johan Palme
- Article "La nébuleuse Drexciya : une musique conceptuelle ?" par Quentin Delannoi
- Article "Faustus et moi : L’inauthenticité de la pop" par Agnès Gayraud
- Nouvelle "Les rouleaux de bois" par Tristan Garcia
Lire la suite
5,0
1 total
Chargement en cours...

Renseignements supplémentaires

Éditeur
Les Siestes Electroniques
Lire la suite
Date de publication
24 juin 2013
Lire la suite
Pages
87
Lire la suite
Lire la suite
Langage
français
Lire la suite
Protection du contenu
Ce contenu n'est pas protégé par DRM.
Lire la suite
Lecture à voix haute
Disponible sur les appareils Android
Lire la suite

Informations sur la lecture

Téléphones intelligents et tablettes

Installez l'application Google Play Livres pour Android et iPad ou iPhone. Elle se synchronise automatiquement avec votre compte et vous permet de lire des livres en ligne ou hors connexion, où que vous soyez.

Ordinateurs portables et de bureau

Vous pouvez utiliser le navigateur Web de votre ordinateur pour lire des livres achetés sur Google Play.

Liseuses et autres appareils

Pour pouvoir lire des ouvrages sur des appareils utilisant la technologie e-Ink, tels que le Sony eReader ou le Nook de Barnes & Noble, vous devez télécharger un fichier et le transférer sur l'appareil en question. Veuillez suivre les instructions détaillées du Centre d'aide pour transférer les fichiers sur les lecteurs de livres numériques compatibles.
Dans ce livre à la fois original et rigoureux, Tristan Garcia entreprend de rendre lisible la condition brouillée de notre « nous » ou de nos « nous ». Ces affirmations de nous-mêmes paraissent désormais correspondre à différents plans identitaires, sur lesquels nous revendiquons successivement notre appartenance à une ethnie, à une communauté de croyance, à une classe sociale ou professionnelle, à une orientation sexuelle, à une génération, sans savoir comment nous représenter le « nous des nous », dont nous relevons tous en définitive.
En ayant recours à toutes sortes de documents qui nous renseignent sur ce que nous appelons « nous », pamphlets, manifestes, journaux, textes théoriques ou chansons, l’auteur donne à entendre les mille voix qui ont prétendu parler au nom de nous: « nous les jeunes », « nous noirs », « nous blancs », « nous juifs », « nous musulmans », « nous femmes », « nous prolétaires », « nous décolonisés », « nous communistes », « nous homosexuels », « nous animaux et humains »... Tristan Garcia se montre attentif à toutes les traditions, et suspend tout jugement moral sur les contenus politiques, pour s’intéresser à la constitution d’une subjectivité politique: la détermination d’un « nous », d’un « vous », d’un « eux », le tracé de lignes entre amis et ennemis, la formation de solidarités et le creusement de fossés entre les camps.

Désireux de comprendre ces phénomènes plutôt que de s’en réjouir ou de les déplorer, Nous est ainsi un premier essai de vision d’ensemble de la fragmentation et de la recomposition des identités collectives. Il examine les modèles qui se sont succédés, pour mieux tenter de rendre compte de cette déconstruction, avant de proposer de reconstruire une idée et une image de ce que nous appelons « nous », qui que nous soyons.
Le livre donne ainsi très concrètement à voir le « nous » comme une superposition de calques, de plans transparents de notre imaginaire, sur lesquels nous prétendons tous découper l’espace social et nous y situer. Démontrant que ces calques de l’identité collective ont perdu leur fond, en se trouvant désolidarisés d’une nature sous-jacente, ce livre cherche à nos identités d’autres contraintes, qu’il trouve dans une dynamique d’extension et de contraction, et dans l’histoire de la domination et de la contre-domination.
Ce qui en ressort est un modèle inédit, vivant, de ce que nous sommes, de « nous », en tant que forme souple, s’étendant et se repliant sans cesse suivant une logique qu’il révèle peu à peu, au fil d’un récit construit comme une enquête palpitante. C’est aussi une tentative radicale de trouver dans la « guerre de nous contre nous » une forme universelle de subjectivité qui nous tient toujours ensemble, au moment précis où elle paraît nous déchirer.
©2018 GoogleConditions d'utilisation du siteConfidentialitéConcepteursArtistesÀ propos de Google|Lieu : États-UnisLangue : Français (Canada)
En achetant cet article, vous effectuez une transaction avec Google Payments et vous acceptez les modalités et l'avis de confidentialité de Google Payments.