Carnacki, Il Cacciatore di Fantasmi - Vol.I

Dunwich Edizioni
19
Free sample

William Hope Hodgson, scrittore britannico e maestro dell’horror, fu uno degli autori preferiti di H. P. Lovecraft, che si ispirò al suo capolavoro, La Casa sull’Abisso, per ideare il ciclo di Cthulhu. I racconti di Hodgson, qui ritradotti, sono incentrati sulla figura di Carnacki, cacciatore di fantasmi e indagatore del sovrannaturale. In ogni storia il protagonista vi trasporterà nelle atmosfere cupe e terrificanti che hanno segnato la storia della letteratura di genere. Attraverso l’uso di strumentazioni speciali da lui create, quali il celebre Pentacolo Elettrico, Carnacki riuscirà a risolvere i difficili casi di manifestazioni ultraterrene che è chiamato a indagare. 

L’ebook contiene:
 

- Il Portale del Mostro 

- La Casa tra i Lauri 

- La Camera che Fischiava







«Io ho letto e, nella lettura, ho sollevato il sipario dell’Impossibile che acceca la mente e ho guardato dentro l’Ignoto.» (William H. Hodgson)



 



Read more

Reviews

4.7
19 total
Loading...

Additional Information

Publisher
Dunwich Edizioni
Read more
Published on
May 27, 2014
Read more
Pages
82
Read more
ISBN
9788898361243
Read more
Language
Italian
Read more
Genres
Fiction / Horror
Read more
Content Protection
This content is DRM protected.
Read more
Read Aloud
Available on Android devices
Read more

Reading information

Smartphones and Tablets

Install the Google Play Books app for Android and iPad/iPhone. It syncs automatically with your account and allows you to read online or offline wherever you are.

Laptops and Computers

You can read books purchased on Google Play using your computer's web browser.

eReaders and other devices

To read on e-ink devices like the Sony eReader or Barnes & Noble Nook, you'll need to download a file and transfer it to your device. Please follow the detailed Help center instructions to transfer the files to supported eReaders.
William H. Hodgson
Un roman fantastique s'épanouissant dans un décor irlandais

"Rares sont les écrivains qui peuvent égaler Hodgson lorsqu’il ébauche le dessein des forces sans nom et de monstrueuses entités toutes proches, au moyen d’allusions fortuites et de détails sans importance, ou bien lorsqu’il communique le sentiment du surnaturel et de l’anormal qui pèse sur un paysage ou une demeure. C’est l’histoire d’une maison abandonnée et maudite en Irlande, qui est le point de concentration de hideuses forces souterraines et qui soutient le siège lancé par des monstres hybrides et blasphémateurs, issus d’abîmes insoupçonnables. L’esprit du narrateur qui voyage pendant d’interminables années-lumière à travers l’espace cosmique et les "Kalkpas" éternelles, assistant finalement à la désintégration du système solaire, constitue quelque chose d’assez unique dans la littérature. Partout se manifeste le don de l’auteur à suggérer des objets de terreur imprécis et embusqués dans un décor normal. "

La Maison au bord du Monde est sans doute le chef-d’œuvre de Hodgson.

EXTRAIT

Pendant bien des heures, j’ai médité sur l’histoire qu’on trouvera ci-après. Plus d’une fois, en ma qualité d’éditeur, j’ai été tenté de la rendre plus « littéraire » ; mais je crois que mon instinct ne m’a pas trompé quand il m’a conduit à la laisser telle qu’elle m’a été remise, dans toute sa simplicité.
Quant au manuscrit lui-même — vous devez essayer de me voir, la première fois qu’on me l’a confié, le retournant avec curiosité en tous sens, avant d’en faire un rapide examen, en le parcourant. C’est un petit livre ; mais il est serré et, à part les quelques dernières pages, il est rempli d’une écriture bizarre mais très lisible, en même temps que très serrée. Tandis que j’écris ces lignes, j’ai dans les narines la curieuse et fugace odeur du puits et mes doigts ont gardé l’impression que donnent ces pages collantes ayant séjourné longtemps dans l’humidité.
Il me suffit d’un léger effort pour me rappeler le sentiment premier que m’a donné le contenu de ce livre : des coups d’œil distraits et fragmentaires m’ont permis de dégager immédiatement une impression de fantastique.

Imaginez-moi confortablement assis pour passer quelques heures solitaires en compagnie de ce petit livre compact. Et le changement qui s’opère dans mes jugements ! L’apparition d’une demi-croyance. D’une apparente « fantaisie » se dégage, pour récompenser ma concentration impartiale, un ensemble cohérent d’idées qui accroche mon intérêt plus sûrement que la simple ossature du compte rendu ou de l’histoire, à volonté, bien que j’avoue ma préférence pour la première expression. J’ai trouvé une plus grande histoire dans la petite — et le paradoxe n’en est pas un.

A PROPOS DE L’AUTEUR

William Hope Hodgson (1877 – 1918) est né dans le Comté d'essex. Fils de pasteur, il quitte très jeune sa famille et naviguera pendant huit ans. Cette expérience très dure marquera sa vie personnelle mais également son travail d’écrivain. Lorsqu’éclate la Première Guerre mondiale, il vit en France. Il retourne alors en Angleterre pour s’engager dans l’armée et est tué au front. C’est en dix années d’écriture qu’il écrivit l’ensemble de ses ouvrages parmi lesquels on compte quelques-uns des textes les plus importants de la littérature fantastique : La Chose dans les algues, Les Canots du Glen Carrig ou encore La Maison au bord du Monde.
William H. Hodgson
Situé dans le futur — à des millions d’années de notre présent —, ce roman décrit la fin des temps, sur une Terre désolée à peine éclairée par un soleil agonisant.

Deux grandes pyramides de métal abritent encore l’humanité survivante, menacée à l’extérieur par d’indicibles forces maléfiques. Lorsque l’une de ces étranges oasis menace de disparaître, le narrateur du roman se lance, seul, à la recherche de survivants et notamment d’une femme avec laquelle il était en contact télépathique.

Une épopée qui présente la fin des temps de manière particulièrement originale

EXTRAIT

Ce fut l’allégresse du coucher du soleil qui nous incita à reprendre le dialogue. Je m’étais éloigné de ma demeure et je marchais en solitaire, m’arrêtant fréquemment pour regarder s’amonceler les murailles du soir et pour sentir le crépuscule recouvrir le monde d’une façon chère et étrange à la fois, tout autour de moi.
Lorsque je m’étais arrêté, je m’étais abandonné à la joie solennelle de la gloire de la nuit tombante, et peut-être avais-je ri un peu, en me tenant là, seul au centre du crépuscule qui envahissait le monde. Et soudain, on fit écho à mon bonheur depuis les arbres qui bordaient le côté droit de la route; et ce fut ainsi que quelqu’un s’exclama : « Vous aussi ! » d’une voix joyeuse, et que je ris encore comme si je n’avais pas véritablement cru qu’un humain venait de réagir, qu’il s’agissait plutôt de quelque esprit ou chimère ayant le même état d’âme que le mien.
Mais elle parlait et m’appelait par mon nom; et lorsque j’arrivai au bord de la route pour mieux la voir et découvrir si je la connaissais, je compris qu’il s’agissait très certainement de cette femme, qui, pour sa beauté, était connue dans tout ce charmant comté de Kent sous le nom de « la belle lady Mirdath ». Elle avait en outre pour moi un statut de voisine, car les propriétés de son tuteur jouxtaient les miennes.

CE QU’EN PENSE LA CRITIQUE

- "Le Pays de la Nuit (publié en 1912) est le récit de cette quête chevaleresque impossible où s’imbriquent amour courtois, combats épiques et sombres descriptions de terres inhospitalières sillonnées par des forces maléfiques. Dans toute l’histoire de la littérature, il est peu d’œuvres aussi intensément remarquables, aussi purement créatives, que Le Pays de la Nuit. [...] Cette épopée ne pouvait être conçue que par un grand poète."- Clark Ashton Smith

- "Le Pays de la Nuit est l’une des histoires les plus puissantes qu’ait jamais conçues l’imagination macabre." - H.P. Lovecraft

A PROPOS DE L’AUTEUR

Fils de pasteur, il quitte très jeune sa famille et naviguera pendant huit ans. Cette expérience très dure marquera sa vie personnelle mais également son travail d’écrivain. Lorsqu’éclate la Première Guerre mondiale, il vit en France. Il retourne alors en Angleterre pour s’engager dans l’armée et est tué au front. C’est en dix années d’écriture qu’il écrivit l’ensemble de ses ouvrages parmi lesquels on compte quelques-uns des textes les plus importants de la littérature fantastique : La Chose dans les algues, Les Canots du Glen Carrig ou encore La Maison au bord du Monde.
William H. Hodgson
Embarquez pour ce recueil de nouvelles d’Hodgson sur le thème de la mer

Voici un livre des plus étranges. Il est d’un auteur anglais, William Hope Hodgson, qui mourut trop jeune — tué sur le front en avril 1918 —, pour avoir pu donner toute sa mesure. Mais si son œuvre est courte, elle témoigne d’une rare originalité. Dès que l’on parle de littérature de la mer, les premiers noms qui viennent à l’esprit sont ceux de Joseph Conrad et d’Herman Melville. Pour eux, la mer n’est pas le décor d’une aventure plus ou moins tumultueuse, mais celui d’une tragédie. La mer est un destin. Mais ce sont les hommes qui jouent les rôles principaux et sont vaincus par leur propre fatalité. Pour W. H. Hodgson, c’est la mer elle-même qui est fatale. Elle est une force monstrueuse qui s’empare des corps et des âmes et les métamorphose à son gré. Elle dispose de tout un arsenal fantastique de faux-semblants, et recèle une faune et une flore qui ne pardonnent jamais aux navires perdus. Si l’on y échappe, c’est toujours à l’extrême limite et dans des conditions terribles.

Dans ce texte règnent la terreur et le délire. Et c’est avec un art admirable des détails insignifiants, une manière imperceptible de graduer l’effroi, que William H. Hodgson fait venir l’épouvante.

EXTRAIT

Comment t’avais fait pour m’en attraper un, Grandpa’ ? demanda Nebby.
Il avait posé cette question à tout moment au cours de la semaine, chaque fois que son massif grand-père, aux yeux d’un bleu de Guernesey, fredonnait la Ballade des Chevaux marins qu’il ne poursuivait jamais bien loin.
– Comme ça qu’il était un peu fatigué, p’tit Nebby, et je l’ai fameusement attrapé avec un coup d’hache, avant qu’il puisse déguerpir, expliqua son grand-père, tout plein de gravité et de satisfaction. Nebby descendit de son drôle de cheval de bois, tout simplement en le tirant par l’avant d’entre ses jambes. Il examina sa tête qui, bizarrement, ressemblait plus ou moins à celle d’une licorne, puis mit son doigt dans une sorte de meurtrissure dont on voyait la trace dans la peinture noire du nez.
– C’est là que tu l’as tapé, Grandpa’ ? demanda-t-il sérieusement.
– Dame, dit son grand-père Zacchy, s’emparant du drôle de cheval de bois pour examiner la peinture éraflée. Dame, c’est que je lui ai donné un furieux coup.
C’est-y qu’il est mort, Grandpa’ ? demanda l’enfant.
– Eh bien, dit le solide vieillard, tâtant le cheval de bois de partout avec ses gros doigts, c’est à peu près comme ci et comme ça.
Il ouvrit la mâchoire à charnière adroitement faite et considéra les dents en os dont il l’avait garnie, puis glissa un oeil avec le plus grand sérieux dans la gorge peinte en rouge.

CE QU’EN PENSE LA CRITIQUE

- « Le mystère habite littéralement ce singulier recueil de nouvelles, toutes consacrées à la mer. Il est dans chaque ligne, dans chaque détail, d’abord insignifiant, tout juste perceptible, une musique, une odeur, mais irréductible. Il résiste jusqu’au bout, quand s’apaise la tension, insaisissable mais terriblement présent. » - Télérama

A PROPOS DE L’AUTEUR

William Hope Hodgson (1877 – 1918) est né dans le Comté d'essex. Fils de pasteur, il quitte très jeune sa famille et naviguera pendant huit ans. Cette expérience très dure marquera sa vie personnelle mais également son travail d’écrivain. Lorsqu’éclate la Première Guerre mondiale, il vit en France. Il retourne alors en Angleterre pour s’engager dans l’armée et est tué au front. C’est en dix années d’écriture qu’il écrivit l’ensemble de ses ouvrages parmi lesquels on compte quelques-uns des textes les plus importants de la littérature fantastique : La Chose dans les algues, Les Canots du Glen Carrig ou encore La Maison au bord du Monde.
©2018 GoogleSite Terms of ServicePrivacyDevelopersArtistsAbout Google
By purchasing this item, you are transacting with Google Payments and agreeing to the Google Payments Terms of Service and Privacy Notice.