Pratiquer la comptabilité sur SAP: faire sans efforts sur SAP-ECC6 les écritures comptables de base

TYALGR
2
Free sample


Remerciements    3
Signalétique: explication des images utilisées    4
Table des matières    5
1    CHAPITRE 1 – L’OBJECTIF – SAP ECC6 – LE MODE OPERATOIRE    15
1.1    Objectif de l’ouvrage    16
1.2    La machine IDES – Minisap – Accès à distance    17
1.2.1    IDES    17
1.2.2    Minisap    17
1.2.3    Location d’accès à distance    17
1.3    Le mode opératoire de formation    18
1.3.1    Les interlocuteurs    18
1.3.2    Le mode d’organisation de l’entreprise RICE    19
1.3.3    La présentation des travaux comptables    20
2    CHAPITRE 02 – LA THEORIE COMPTABLE    21
2.1    La très longue histoire de la comptabilité    22
2.1.1    Une histoire qui commence avant l'invention de l'écriture    22
2.1.2    La Renaissance des techniques comptables    23
2.1.3    Luca Pacioli, père de la comptabilité ?    23
2.1.4    Vers la modernisation de la tenue comptable    24
2.2    Les principes de la comptabilité française    25
2.2.1    Présentation des principes    25
2.2.2    Explication    25
2.2.3    Principe de régularité    25
2.2.4    Principe de sincérité    25
2.2.5    Principe de permanence des méthodes    25
2.2.6    Principe de non-compensation    25
2.2.7    Principe d'intangibilité du bilan d'ouverture    25
2.2.8    Principe de prudence    25
2.2.9    Principe des coûts historiques    26
2.2.10    Principe de continuité d’exploitation    26
2.2.11    Principe d'indépendance des exercices    26
2.3    Le compte de résultat    26
2.3.1    Définition    26
2.3.2    Les annexes comptables    26
2.3.3    Le compte de résultat sous la forme d’un tableau    27
2.4    Le bilan    28
2.4.1    Définition    28
2.4.2    Finalités du bilan    28
2.4.3    Les classes de comptes du bilan    28
2.4.4    Classe    28
2.4.5    Description    28
2.4.6    La représentation du bilan sous la forme d’un tableau    29
2.5    Exemple de la facture de téléphone    30
2.5.1    Exemple visuel    30
2.5.2    Explication des actes comptables découlant de cette facture    31
2.6    La représentation sous la forme d’un journal    31
2.7    La représentation des comptes en T    33
2.8    Conclusion    34
3    CHAPITRE 03 - La connexion avec SAP- Les bases de son utilisation    35
3.1    L’installation du SAP GUI    36
3.2    L’utilisation de SAP    37
3.2.1    Les interfaces utilisateurs (Le GUI ou le WEB)    37
3.2.2    La notion de mandant, environnement de travail pour les utilisateurs    40
3.2.3    La notion d’arborescence    41
3.3    La gestion des favoris, des codes d’échappement    46
3.3.1    Les codes d’échappement    46
3.3.2    Les favoris    47
3.4    Le premier exercice    49
4    CHAPITRE 04 – les bases de la comptabilité dans SAP    51
4.1    Introduction    52
4.2    L’utilisation de SAP en présentant une écriture existante    54
4.2.1    FB03 – La présentation d’une écriture existante.    54
4.3    Le contexte de la société sous SAP (présentation de la société IDES 2200)    63
4.3.1    Présentation du paramétrage de la société 2200    63
4.4    La répartition des comptes comptables    67
4.4.1    Le plan comptable    67
4.4.2    Les catégories de compte comptable    69
4.4.3    Les comptes comptables associés au plan comptable.    70
4.5    Les types de documents comptables    72
4.6    Les tranches de numéros    78
4.7    Les clefs de comptabilisation    81
4.8    Le code CGS    83
4.9    Les périodes de comptabilisation    86
4.9.1    Définition    86
4.9.2    L’ouverture d’une période comptable    87
5    CHAPITRE 05 - La comptabilité analytique de base    89
5.1    Les concepts analytiques de base dans SAP    90
5.1.1    Les centres de coûts    90
5.1.2    Les centres de profit    92
5.1.3    Les ordres internes    93
5.2    L’imputation analytique dans ECC6    94
5.3    Démonstration : La gestion des centres de coûts    96
5.3.1    L’onglet ‘Donnée de base’ :    97
5.3.2    L’onglet ‘Pilotage’ :    100
5.3.3    L’onglet ‘Schéma-type’ :    100
5.3.4    L’onglet ‘Adresse’ :    101
5.3.5    L’onglet ‘Communication’ :    101
5.3.6    L’onglet ‘Historique’ :    102
5.4    Démonstration : La gestion des centres de profit.    102
5.4.1    L’onglet ‘Donnée de base’ :    104
5.4.2    L’onglet ‘Code’ :    107
5.4.3    L’onglet ‘Sociétés’ :    107
5.4.4    L’onglet ‘ Adresse’ :    108
5.4.5    L’onglet ‘Communication’ :    108
5.4.6    L’onglet ‘Historique’ :    109
5.5    Démonstration : La gestion des ordres internes    110
5.6    Conclusion : ce n’est pas tout (EOTP…)    117
5.7    Exercices complémentaires    118
5.7.1    Centres de coût    118
5.7.2    Centre de profit    118
5.7.3    Ordres internes    119
6    CHAPITRE 06 – Des écritures comptables quotidiennes    121
6.1    FB01 : Une écriture de caisse à créer    122
6.1.1    L’exemple    122
6.1.2    Le journal comptable    122
6.1.3    Les comptes en tés    122
6.1.4    La démonstration    123
6.1.5    Conclusion    127
6.2    FB02 : La modification d’écritures existantes    128
6.2.1    L’exemple    128
6.2.2    La démonstration    129
6.2.3    Conclusion    135
6.3    FV50 : Les écritures dites de « brouillards »    136
6.3.1    L’exemple    136
6.3.2    Le journal comptable    136
6.3.3    Les comptes en tés    136
6.3.4    La démonstration    137
6.3.5    Conclusion    144
6.4    FB50 : Une écriture de dépenses    145
6.4.1    L’exemple    145
6.4.2    Le journal comptable    145
6.4.3    Les comptes en tés    145
6.4.4    La démonstration    146
6.4.5    Conclusion    148
6.5    FB08 : La contre-passation d’écritures    149
6.5.1    L’exemple    149
6.5.2    Le journal comptable    149
6.5.3    Les comptes en tés    149
6.5.4    La démonstration    150
6.5.5    Conclusion    153
6.6    Une pièce comptable avec une imputation analytique multiple    154
6.6.1    L’exemple    154
6.6.2    Le journal comptable    156
6.6.3    Les comptes en tés    156
6.6.4    L’analyse par les objets analytiques    156
6.6.5    La démonstration    158
6.6.6    Conclusion    162
6.7    Explication du mode opératoire SAP sur la TVA    163
6.7.1    L’exemple    163
6.7.2    Le journal comptable    163
6.7.3    Les comptes en tés    163
6.7.4    La démonstration    164
6.7.5    Conclusion    168
7    CHAPITRE 07 – Les écritures Clients    169
7.1    FB70 : L’enregistrement d’une facture client    170
7.1.1    L’exemple    170
7.1.2    Le journal comptable    171
7.1.3    Les comptes en tés    171
7.1.4    La démonstration    171
7.2    F-02 : L’enregistrement d’une facture client    181
7.2.1    L’exemple    181
7.2.2    Le journal comptable    181
7.2.3    Les comptes en tés    182
7.2.4    F-02 : Une pièce comptable avec 3 écritures    182
7.3    F-28 : L’enregistrement de l’encaissement d’un client    188
7.3.1    L’exemple    188
7.3.2    Le journal comptable    188
7.3.3    Les comptes en tés    189
7.3.4    F-28 : un encaissement client    189
7.4    F-27 : L’enregistrement d’une note de crédit ou avoir client    197
7.4.1    L’exemple    197
7.4.2    Le journal comptable    197
7.4.3    Les comptes en tés    198
7.4.4    La démonstration    198
7.5    F-22 : Création d’une facture client en douteuse (gestion des codes CGS)    203
7.5.1    L’exemple    203
7.5.2    Le journal comptable    204
7.5.3    Les comptes en tés    204
7.5.4    La démonstration    204
7.6    F-32 : Le lettrage ou rapprochement des comptes clients    210
7.6.1    L’exemple    210
7.6.2    Démonstration    210
7.7    Exercices Comptabilité clients    216
7.7.1    Le journal comptable    216
7.7.2    Les comptes en tés    217
8    CHAPITRE 08 – Les écritures Fournisseurs    219
8.1    FB60 : L’enregistrement d’une facture fournisseur    220
8.1.1    Présentation de l’exemple    220
8.1.2    Les comptes en tés    220
8.1.3    Le journal comptable.    220
8.1.4    Démonstration    221
8.2    F-53 : Le règlement d’une facture fournisseur par un chèque manuel    230
8.2.1    Présentation de l’exemple    230
8.2.2    Schéma comptable concerné    230
8.2.3    Démonstration    231
8.3    FB65 : Avoir sur facture fournisseur    235
8.3.1    Présentation de l’exemple    235
8.3.2    Schéma comptable concerné    235
8.3.3    Démonstration    236
8.4    F-48 : Acompte sur facture fournisseur    240
8.4.1    Présentation de l’exemple    240
8.4.2    Schéma comptable concerné    240
8.4.3    Démonstration    241
8.5    F-44 : Les lettrages des comptes fournisseurs    245
8.5.1    Présentation de l’exemple    245
8.5.2    Démonstration    245
9    CHAPITRE 09 - La création des données de base    251
9.1    FD01 : La création des comptes clients    252
9.1.1    Introduction    252
9.1.2    Présentation de la création du compte client    253
9.1.3    Les données générales du client    254
9.1.4    Les données spécifiques à la société    258
9.2    FK01 : La création des comptes fournisseurs    262
9.2.1    Introduction    262
9.2.2    Présentation de la création du compte fournisseur    263
9.3    FS00 : La création des comptes généraux    270
9.3.1    Connaître le plan comptable de la société 2200, le retrouver par le SPRO    270
9.3.2    Présentation de la création d’un compte de Bilan    274
9.3.3    Présentation de la création d’un compte de Résultat    279
9.4    Conclusion : une seule règle, la réutilisation de l’existant    286
9.4.1    La création ex nihilo ou à partir de rien :    286
9.4.2    La création avec un modèle.    286
10    CHAPITRE 10  - Les états standards dans SAP    287
10.1    FD10N : La balance clients    288
10.2    FK10N : La balance fournisseurs    292
10.3    F.08 : Les soldes des comptes généraux    296
10.4    F.01 : Le bilan et le compte de résultat    298
10.5    FBV3 : Un état sur les écritures pré enregistrées.    302
10.6    S_ALR_87013611 : Un état sur les centres de coûts    304
10.7    S_ALR_87012993 : Un état sur les ordres internes    309
11    CHAPITRE 11 – La création d’une société    311
11.1    La création d’une société comptable    312
11.1.1    Création de la société S/L    312
11.1.2    La création de la société comptable    315
11.1.3    La gestion des périodes comptables    323
11.1.4    La gestion de la partie analytique    326
11.2    L’environnement technique SAP    330
11.2.1    Le paysage système SAP    330
11.2.2    La notion de mandant    331
12    CHAPITRE 12 – La convivialité    332
12.1    Les paramètres utilisateurs    334
12.1.1    La gestion des nombres, la langue de connexion    334
12.1.2    La gestion de constantes    337
12.2    La présentation des listes et des écrans    340
12.2.1    Les aides à la recherche    340
12.2.2    Gestion du résultat d’une liste    346
12.2.3    La gestion des variantes    349
12.2.4    Les écrans de sélection    351
12.2.5    La gestion des postes d’un écran liste    356
12.3    La gestion des messages d’erreur    357
12.3.1    Les messages d’erreurs    357
12.3.2    SE91 : Les classes de message    360
12.4    La compilation des programmes    363
13    Liste des transactions utilisées    364
14    Glossaire    368

Read more
Collapse

About the author

 
Read more
Collapse
5.0
2 total
Loading...

Additional Information

Publisher
TYALGR
Read more
Collapse
Published on
Dec 31, 2011
Read more
Collapse
Pages
372
Read more
Collapse
ISBN
9782953640816
Read more
Collapse
Read more
Collapse
Best For
Read more
Collapse
Language
French
Read more
Collapse
Content Protection
This content is DRM protected.
Read more
Collapse
Eligible for Family Library

Reading information

Smartphones and Tablets

Install the Google Play Books app for Android and iPad/iPhone. It syncs automatically with your account and allows you to read online or offline wherever you are.

Laptops and Computers

You can read books purchased on Google Play using your computer's web browser.

eReaders and other devices

To read on e-ink devices like the Sony eReader or Barnes & Noble Nook, you'll need to download a file and transfer it to your device. Please follow the detailed Help center instructions to transfer the files to supported eReaders.
Livre pédagogique pour apprendre l'application du SQL dans le langage ABAP.

Didactique, il convient parfaitement aux consultants techniques comme aux consultants fonctionnels.

Plus de 400 pages, format A4, en couleur.

 

Table des matières
Objectifs de l’ouvrage    3
Remerciements    4
Table des matières    5
Introduction    18
1    CHAPITRE 01 – La théorie entourant le SQL    21
1.1    Le S.Q.L.    22
1.1.1    Définition    22
1.1.2    La syntaxe du S.Q.L.    23
1.1.3    Utilisation du S.Q.L. dans les bases de données relationnelles    27
1.2    MERISE    28
1.3    Application du SQL en ABAP    30
1.3.1    Les contraintes propres au monde SAP    30
1.3.2    Les contraintes apportées par les bases de données    30
1.4    La méthode de formation    32
1.4.1    Les parties du livre    32
1.4.2    La présentation des exemples S.Q.L.    32
1.4.3    Les choix d’application des exemples S.Q.L.    33
1.4.4    La gestion des exemples    33
2    CHAPITRE 02 - La présentation de l'environnement de travail    35
2.1    SE80 : l’atelier de développement    36
2.1.1    Présentation de la SE80    36
2.1.2    Description des principaux boutons de commande    39
2.2    Une conduite de projet technique SAP    40
2.2.1    Une norme de développement    40
2.2.2    Une méthodologie de travail    41
2.2.3    Un programme modèle    41
2.3    Le langage ABAP    44
2.3.1    Généralités    44
2.3.2    Les instructions    44
2.4    La gestion de la base de données : le DDIC, les transactions SE11 et SE16N    46
2.4.1    Le DDIC    46
2.4.2    La transaction SE11    47
2.4.3    La transaction SE16N    49
2.5    L’architecture technique SAP : WAS, 3 tiers, Le serveur d’application    51
2.5.1    Le W.A.S.    51
2.5.2    Les caractéristiques SAP au niveau technique    53
2.5.3    Le serveur d’application    54
2.5.4    Le paysage système SAP    55
2.5.5    La notion de mandant    56
2.6    Conclusion    57
3    CHAPITRE 03 – L’instruction SELECT SINGLE    59
3.1    La théorie    60
3.1.1    La syntaxe    60
3.1.2    L’impact sur la base de données    60
3.2    La démonstration    61
3.2.1    Le contexte    61
3.2.2    Les tables utilisées    61
3.2.3    La requête à exécuter    62
3.3    Présentation du résultat    64
3.3.1    Ecran de sélection    64
3.3.2    Ecran de résultat    64
3.4    Analyse du résultat    65
3.4.1    CODE INSPECTOR    65
3.4.2    Analyse de la durée d’exécution    66
3.4.3    Trace SQL    67
3.5    Conclusion    68
4    CHAPITRE 04 – L’instruction UP TO 1 ROWS    69
4.1    La théorie    70
4.1.1    La syntaxe    70
4.1.2    L’impact sur la base de données    70
4.2    La démonstration    71
4.2.1    Le contexte    71
4.2.2    Les tables utilisées    73
4.2.3    La requête à exécuter    74
4.3    Présentation du résultat    75
4.3.1    Ecran de sélection    75
4.3.2    Ecran de liste    75
4.4    Analyse du résultat    76
4.4.1    CODE INSPECTOR    76
4.4.2    Analyse de la durée d’exécution    76
4.4.3    Trace SQL    77
4.5    Conclusion    78
4.5.1    Une gestion de boucle    78
4.5.2    Autre méthode de travail    78
5    CHAPITRE 05 – L’instruction INNER JOIN    79
5.1    La théorie    80
5.1.1    La syntaxe    80
5.1.2    L’impact sur la base de données    80
5.2    La démonstration    81
5.2.1    Le contexte    81
5.2.2    Les tables utilisées    82
5.2.3    La requête à exécuter    84
5.3    Présentation du résultat    86
5.3.1    Ecran de sélection    86
5.3.2    Ecran de liste    86
5.4    Analyse du résultat    87
5.4.1    CODE INSPECTOR    87
5.4.2    Analyse de la durée d’exécution    87
5.4.3    Trace SQL    88
5.5    Conclusion    88
6    CHAPITRE 06 – L’instruction OUTER JOIN    89
6.1    La théorie    90
6.1.1    La syntaxe    90
6.1.2    L’impact sur la base de données    90
6.2    La démonstration    91
6.2.1    Le contexte    91
6.2.2    Les tables utilisées    91
6.2.3    La requête à exécuter    93
6.3    Présentation du résultat    95
6.3.1    Ecran de sélection    95
6.3.2    Ecran de liste    95
6.4    Analyse du résultat    96
6.4.1    CODE INSPECTOR    96
6.4.2    Analyse de la durée d’exécution    96
6.4.3    Trace SQL    97
6.5    Conclusion    98
7    CHAPITRE 07 – L’instruction VIEW    99
7.1    La théorie    100
7.1.1    La syntaxe    100
7.1.2    L’impact sur la base de données    100
7.2    La démonstration    101
7.2.1    Le contexte    101
7.2.2    Les tables utilisées    101
7.2.3    Présentation de la relation entre les tables dans la vue V_EKKOPO    102
7.2.4    La requête à exécuter    105
7.3    Présentation du résultat    107
7.3.1    Ecran de sélection    107
7.3.2    Ecran de liste    107
7.4    Analyse du résultat    108
7.4.1    CODE INSPECTOR    108
7.4.2    Analyse de la durée d’exécution    108
7.4.3    Trace SQL    109
7.5    Conclusion    110
7.5.1    Avantages    110
7.5.2    Inconvénients    110
8    CHAPITRE 08 – L’instruction APPENDING    111
8.1    La théorie    112
8.1.1    La syntaxe    112
8.1.2    L’impact sur la base de données    112
8.2    La démonstration    113
8.2.1    Le contexte    113
8.2.2    La requête à exécuter    115
8.3    Présentation du résultat    118
8.3.1    Ecran de sélection    118
8.3.2    Ecran de liste    118
8.4    Analyse du résultat    119
8.4.1    CODE INSPECTOR    119
8.4.2    Analyse de la durée d’exécution    119
8.4.3    Trace SQL    120
8.5    Conclusion    121
9    CHAPITRE 09 – L’instruction FOR ALL ENTRIES    123
9.1    La théorie    124
9.1.1    La syntaxe    124
9.1.2    L’impact sur la base de données    124
9.2    La démonstration    125
9.2.1    Le contexte    125
9.2.2    Les tables utilisées    126
9.2.3    La requête à exécuter    128
9.3    Présentation du résultat    131
9.3.1    Ecran de sélection    131
9.3.2    Ecran de liste    131
9.4    Analyse du résultat    132
9.4.1    CODE INSPECTOR    132
9.4.2    Analyse de la durée d’exécution    132
9.4.3    Trace SQL    133
9.5    Conclusion    134
10    CHAPITRE 10 – L’instruction SELECT ENDSELECT    135
10.1    La théorie    136
10.1.1    La syntaxe    136
10.1.2    L’impact sur la base de données    136
10.2    La démonstration    137
10.2.1    Le contexte    137
10.2.2    Les tables utilisées    137
10.2.3    La requête à exécuter    138
10.3    Présentation du résultat    139
10.3.1    Ecran de sélection    139
10.3.2    Ecran de liste    139
10.4    Analyse du résultat    141
10.4.1    CODE INSPECTOR    141
10.4.2    Analyse de la durée d’exécution    141
10.4.3    Trace SQL    142
10.5    Conclusion    142
10.5.1    Avantages    142
10.5.2    Inconvénients    143
11    CHAPITRE 11 – L’instruction EXISTS    145
11.1    La théorie    146
11.1.1    La syntaxe    146
11.1.2    L’impact sur la base de données    146
11.2    La démonstration    147
11.2.1    Le contexte    147
11.2.2    Les tables utilisées    147
11.2.3    La requête à exécuter    149
11.3    Présentation du résultat    151
11.3.1    Ecran de sélection    151
11.3.2    Ecran de liste    151
11.4    Analyse du résultat    152
11.4.1    CODE INSPECTOR    152
11.4.2    Analyse de la durée d’exécution    152
11.4.3    Trace SQL    152
11.5    Conclusion    153
12    CHAPITRE 12 – L’instruction PACKAGE SIZE    155
12.1    La théorie    156
12.1.1    La syntaxe    156
12.1.2    L’impact sur la base de données    156
12.2    La démonstration    157
12.2.1    Le contexte    157
12.2.2    Les tables utilisées    157
12.2.3    La requête à exécuter    158
12.3    Présentation du résultat    160
12.3.1    Ecran de sélection    160
12.3.2    Ecran de liste    160
12.4    Analyse du résultat    161
12.4.1    CODE INSPECTOR    161
12.4.2    Analyse de la durée d’exécution    161
12.4.3    Trace SQL    163
12.5    Conclusion    164
13    CHAPITRE 13 – L’instruction INTO CORRESPONDING FIELDS    165
13.1    La théorie    166
13.1.1    La syntaxe    166
13.1.2    L’impact sur la base de données    166
13.2    La démonstration    167
13.2.1    Le contexte    167
13.2.2    Les tables utilisées    168
13.2.3    Les structures utilisées    168
13.2.4    La requête à exécuter    170
13.3    Présentation du résultat    173
13.3.1    Ecran de sélection    173
13.3.2    Ecran de liste    173
13.4    Analyse du résultat    174
13.4.1    CODE INSPECTOR    174
13.4.2    Analyse de la durée d’exécution    174
13.4.3    Trace SQL    175
13.5    Conclusion    176
14    CHAPITRE 14 – L’instruction CURSOR    177
14.1    La théorie    178
14.1.1    La syntaxe    178
14.1.2    L’impact sur la base de données    178
14.2    La démonstration    179
14.2.1    Le contexte    179
14.2.2    Les tables utilisées    179
14.2.3    La requête à exécuter    180
14.3    Présentation du résultat    182
14.3.1    Ecran de sélection    182
14.3.2    Ecran de liste    182
14.4    Analyse du résultat    183
14.4.1    CODE INSPECTOR    183
14.4.2    Analyse de la durée d’exécution    183
14.4.3    Trace SQL    184
14.5    Conclusion    184
15    CHAPITRE 15 – Le natif S.Q.L. (ou ce qu’il ne faut pas faire)    185
15.1    La théorie    186
15.1.1    La syntaxe    186
15.1.2    L’impact sur la base de données    187
15.2    La démonstration d’une requête simple en natif SQL    187
15.2.1    Le contexte    187
15.2.2    Les tables utilisées    187
15.2.3    L’exemple    188
15.3    La démonstration de l’appel d’une procédure stockée en natif SQL    188
15.3.1    Le contexte    188
15.3.2    Les tables utilisées    188
15.3.3    L’exemple    189
15.4    Conclusion    192
16    CHAPITRE 16 – L’instruction INSERT    193
16.1    La théorie    194
16.1.1    La syntaxe    194
16.1.2    L’impact sur la base de données    194
16.2    La démonstration    195
16.2.1    Le contexte    195
16.2.2    Les tables utilisées    196
16.2.3    La requête à exécuter    197
16.3    Présentation du résultat par insertion par occurrence    201
16.3.1    Ecran de sélection    201
16.3.2    Ecran de liste    201
16.4    Analyse du résultat    202
16.4.1    CODE INSPECTOR    202
16.4.2    Analyse de la durée d’exécution    202
16.4.3    Trace SQL    203
16.5    Conclusion    204
17    CHAPITRE 17 – Les instructions UPDATE / MODIFY    205
17.1    La théorie    206
17.1.1    La syntaxe    206
17.1.2    L’impact sur la base de données    206
17.2    La démonstration    207
17.2.1    Le contexte    207
17.2.2    Les tables utilisées    207
17.2.3    La requête à utiliser    208
17.3    Présentation du résultat    211
17.3.1    Ecran de sélection    211
17.3.2    Ecran de résultat    211
17.4    Analyse du résultat    212
17.4.1    Code inspector    212
17.4.2    Analyse de la durée d’exécution    212
17.4.3    Trace SQL    215
17.5    Conclusion    218
18    CHAPITRE 18 – Mise à jour d’une table spécifique    219
18.1    La théorie    220
18.1.1    La syntaxe    220
18.1.2    L’impact sur la base de données    220
18.2    La démonstration    221
18.2.1    Le contexte    221
18.2.2    Les tables utilisées    221
18.2.3    La requête à utiliser    222
18.3    Présentation du résultat    226
18.3.1    Ecran de sélection    226
18.3.2    Ecran de résultat    226
18.4    Analyse du résultat    227
18.4.1    Code inspector    227
18.4.2    Analyse de la durée d’exécution    227
18.4.3    Trace SQL    229
18.5    Conclusion    230
19    CHAPITRE 19 – LES BAPI : L’intégration de données dans SAP    231
19.1    Objectifs    232
19.2    Les moyens    233
19.2.1    Règles d’utilisation d’une BAPI dans un programme    233
19.2.2    La gestion du transactionnel avec une BAPI    233
19.3    La démonstration    236
19.3.1    Le contexte    236
19.3.2    Les données utilisées    236
19.3.3    Le programme à utiliser    237
19.4    Présentation du résultat    240
19.4.1    Ecran de sélection    240
19.4.2    Ecran de résultat    240
19.5    Analyse du résultat    240
19.5.1    Code inspector    240
19.5.2    Analyse de la durée d’exécution    241
19.5.3    Trace SQL    241
19.6    Conclusion    242
19.6.1    Avantages    242
19.6.2    Inconvénients    242
20    CHAPITRE 20 – LES BAPI : Le contrôle d’intégration    243
20.1    Objectifs    244
20.2    Les moyens    244
20.3    La démonstration    245
20.3.1    Le contexte    245
20.3.2    Les données utilisées    245
20.3.3    Le programme à utiliser    246
20.4    Présentation du résultat    250
20.4.1    Ecran de sélection    250
20.4.2    Ecran de résultat    250
20.5    Analyse du résultat    251
20.5.1    Code inspector    251
20.5.2    Analyse de la durée d’exécution    251
20.5.3    Trace SQL    252
20.6    Conclusion    252
21    CHAPITRE 21 – LES BAPIS : Les traitements de masse    253
21.1    Objectifs    254
21.2    Les moyens    254
21.3    La démonstration    254
21.3.1    Le contexte    254
21.3.2    Les données utilisées    254
21.3.3    Le programme à utiliser    256
21.4    Présentation du résultat    259
21.4.1    Ecran de sélection    259
21.4.2    Ecran de résultat    259
21.5    Analyse du résultat    260
21.5.1    Code inspector    260
21.5.2    Analyse de la durée d’exécution    260
21.5.3    Trace SQL    261
21.6    Conclusion    262
22    CHAPITRE 22 – Le CRM selon SAP    263
22.1    Préambule    264
22.2    Le CRM selon SAP    266
22.2.1    Présentation fonctionnelle    266
22.2.2    Présentation technique    271
22.3    Le CRM avant la programmation objet    273
22.3.1    Présentation de l’interface utilisateur (CRM5.0 et précédemment)    273
22.3.2    Présentation base de données et programmation procédurale, présentation des données    277
22.4    Le CRM après le WEB UI    283
22.4.1    Ce qui n’a pas changé    283
22.4.2    Les modifications dans l’interface utilisateur : internet explorer    283
22.5    Conclusion    290
23    CHAPITRE 23 – Le futur du SQL : le Business Object Layer (B.O.L.)    291
23.1    Objectif    292
23.2    Les bases de la réflexion    292
23.3    La réflexion orientée objet    294
23.4    La solution SAP    295
23.4.1    L’objet de recherche    295
23.4.2    L’objet de résultat    295
23.4.3    Concept générique correspondant à la programmation objet    295
23.4.4    Un nouveau modèle de données    297
23.5    La transaction GENIL_MODEL_BROWSER    297
23.6    La nouveauté avec le CRM EHP1    305
23.7    Conclusion (Avantages / inconvénients)    306
23.7.1    Avantages    306
23.7.2    Inconvénients    306
24    CHAPITRE 24 – La transaction GENIL_BOL_BROWSER    307
24.1    Objectif    308
24.2    Présentation de la transaction GENIL_BOL_BROWSER    308
24.2.1    1ère démonstration : Une requête générale    309
24.2.2    2ème démonstration : Une requête spécialisée    314
24.3    Conclusion    320
25    CHAPITRE 25 – Application du BOL dans le WEB UI    321
25.1    Le concept    322
25.2    La démonstration dans une application existante    322
25.2.1    Présentation de la vue BT108S_LEA/Result    326
25.2.2    Présentation de la gestion du nœud de contexte    326
25.3    L’utilisation dans la programmation des composants WEB UI    327
25.3.1    Le tableau des complexités dans le WEB UI.    327
25.3.2    Les exemples pratiques    328
25.4    Conclusion    332
26    CHAPITRE 26 – Application du BOL dans la SE80    333
26.1    Le concept    334
26.2    La démonstration par le module fonction    334
26.2.1    La première contrainte:    336
26.2.2    Deuxième contrainte: l’appel du module fonction    336
26.2.3    Troisième contrainte: la gestion des relations    337
26.3    La démonstration par les objets du BOL    338
26.4    Le débogage de la programmation par les objets du BOL    343
26.5    Le petit plus    351
26.6    Conclusion    352
27    ANNEXE A – La transaction ST05    353
27.1    Objectif    353
27.2    Le cas d’étude    353
27.3    La démonstration    353
27.4    Conclusion    362
28    ANNEXE B – La touche F1    363
28.1    Objectif    363
28.2    Le cas d’étude    363
28.3    La démonstration    363
28.4    Conclusion    365
29    ANNEXE C – Le code inspector et la transaction SE30    367
29.1    Objectif    367
29.2    Le cas d’étude    367
29.3    La démonstration    367
29.3.1    Le code inspector    367
29.3.2    La transaction SE30    370
29.4    Conclusion    372
30    ANNEXE D – Les exemples fournis par SAP    373
30.1    Objectif    373
30.2    Le cas d’étude    373
30.3    La démonstration    373
30.4    Conclusion    375
31    ANNEXE E – Les tables internes    377
31.1    Objectif    377
31.2    La théorie    377
31.3    La démonstration    378
31.3.1    Les tables standards    378
31.3.2    Les tables sorted    379
31.3.3    Les tables ashed    380
31.3.4    La gestion d’objets dans des tables internes    381
31.3.5    Les structures    382
31.3.6    Les types de tables    383
31.3.7    Les boucles (into et assigning)    385
31.3.8    La lecture unitaire    386
31.4    Conclusion    387
32    ANNEXE F – La BAPI    389
32.1    Objectif    389
32.2    Le cas d’étude    389
32.3    La démonstration    389
32.4    Conclusion    395
33    ANNEXE G – petit examen    397
33.1    Objectif    397
33.2    Description technique    397
33.3    Instructions    398
33.3.1    Ecran de sélection souhaité    398
33.3.2    Liste de résultat    398
33.3.3    Exemple de présentation    399
33.3.4    Interactivité (optionnel)    399
33.4    Conclusion    399
34    Liste des transactions utilisées    401
35    Glossaire    403


 

Table des matières
Introduction    12
1    CHAPITRE 01 - L'environnement SAP : le paysage système et l'architecture technique    14
1.1    Le paysage système    15
1.1.1    Description du paysage système SAP    15
1.1.2    Remarques    17
1.2    La mise en place d'un paysage système SAP    18
1.2.1    Les différentes étapes dans la création d'un paysage système SAP    18
1.2.2    L'utilisation des ordres de transport    19
1.2.3    Les modifications des programmes standards    19
1.2.4    Le cycle de développement    20
1.3    L'architecture technique    21
1.3.1    La portabilité    21
1.3.2    La capacité de montée en charge (ou scalabilité)    21
1.3.3    L'intégrité    21
1.4    L'architecture 3 tiers    22
1.5    Conclusion    23
2    CHAPITRE 02 - Les concepts d'utilisation de SAP    24
2.1    Une orientation multilingue dès l'origine    25
2.2    La description de l'écran Standard    27
2.3    L'arborescence de présentation des programmes    28
2.4    Les transactions, leur appel    29
2.5    Exemple    30
2.6    Exercice    31
3    CHAPITRE 03 – Comment apprendre l'ABAP    32
3.1    Minisap    33
3.2    Accès à une machine IDES    33
3.2.1    La location de connexions SAP    33
3.2.2    L’achat d’une solution virtualisée.    33
3.2.3    Remarques    33
3.3    Le cas d’étude    34
3.3.1    Les tables à créer    34
3.3.2    La description des tables    35
3.3.3    Les données à saisir dans les tables    38
4    CHAPITRE 04 - le dictionnaire de données    41
4.1    La portabilité à l'encontre des bases de données : les métadonnées    42
4.2    Le concept des mandants et sa gestion. Utilisation dans la clef primaire    43
4.2.1    La connexion    43
4.2.2    Les conséquences de l'utilisation du mandant    44
4.2.3    Remarques    44
4.2.4    Exemple    45
4.3    Les constituants d'une table : Les éléments de données, les domaines : concept de réutilisation et de traduction.    47
4.3.1    Définition    47
4.3.2    Exemple    49
4.4    Les différents types de tables de la base de données : paramétrage, standard, texte    53
4.4.1    Les tables de paramétrage    53
4.4.2    Les tables standards    54
4.4.3    Les tables de texte    54
4.5    Accès aux données via la SE16, sélection des données    56
4.5.1    Définition    56
4.5.2    Exemple    56
4.6    Création d'une vue de gestion et utilisation via la SM30    61
4.6.1    Définition    61
4.6.2    Exemple    62
4.7    Les bases de données logiques, les vues, les aides à la recherche    64
4.8    Exercice : création des tables de l'application    65
5    CHAPITRE 05 – La présentation du langage    81
5.1    L’atelier de développement : la transaction SE80    82
5.1.1    La barre de menu    83
5.1.2    Le type d’objet en cours de traitement    83
5.1.3    L’objet de programmation en cours    84
5.2    Le programme en question    85
5.3    La syntaxe ABAP    86
5.3.1    Le début d’un programme    87
5.3.2    Les fins d’instructions.    88
5.3.3    Les commentaires    88
5.3.4    La déclaration des données    89
5.3.5    Les types de données    89
5.3.6    Le transfert de valeurs entre variables    91
5.4    Les structures    92
5.4.1    Définition    92
5.4.2    La structure SY    92
5.5    Les tables internes    94
5.5.1    Définition    94
5.5.2    Exemple    94
5.5.3    Table interne avec entête.    95
5.6    Les commandes (conditionnelles, boucles,…) avec instruction WRITE    96
5.6.1    Les structures conditionnelles : IF et CASE    96
5.6.2    Les instructions itératives : DO et WHILE    98
5.7    L'accès aux tables de la base de données : le langage SQL sous SAP    100
5.7.1    Le langage SQL propre à SAP : Le OPEN SQL    100
5.7.2    La gestion des tables internes pour le résultat des requêtes SQL    101
5.8    Les text elements : les besoins de traduction et la réutilisation    102
5.8.1    Définition    102
5.8.2    Exemple:    102
5.9    Les classes de messages.    105
5.9.1    Définition    105
5.9.2    Exemple    106
5.9.3    Les différents types de message    106
5.10    Exercice : création d'un programme présentant des données d'une table du SGBD, utilisation d'une structure et d'une table interne, présentation avec WRITE.    107
5.10.1    Objectif    107
5.10.2    Création d’un programme    107
5.11    Se former à la programmation    111
6    CHAPITRE 06 – La programmation procédurale    113
6.1    Les routines    114
6.1.1    Définition    114
6.1.2    Démonstration    115
6.1.3    Exemple    116
6.2    Les fonctions    117
6.2.1    Définition    117
6.2.2    Exemple:    117
6.2.3    Démonstration    118
6.2.4    Le groupe de fonctions    124
6.2.5    Appel d’une fonction depuis un programme    126
6.3    Les includes    130
6.3.1    Définition    130
6.3.2    Exemple    130
6.3.3    Démonstration    133
6.4    Exercice    136
7    CHAPITRE 07 – La programmation événementielle    137
7.1    Les événements d’un programme    138
7.1.1    Définition    138
7.1.2    Démonstration    140
7.1.3    Séquence des événements : points d'arrêt dans le programme    141
7.2    L'écran de sélection : l'interactivité entre les critères du report et les utilisateurs    143
7.2.1    Définition de l'écran de sélection    143
7.2.2    Le parameter    144
7.2.3    Le select-option    147
7.2.4    Les autres objets de l'écran de sélection    151
7.3    Les variantes    153
7.3.1    Définition    153
7.3.2    Exemple    153
7.4    Exercice : Création d'un programme de présentation de données avec utilisation des événements, écran de sélection    155
8    CHAPITRE 08 – Le débogage en ABAP    156
8.1    Les différentes méthodes de débuguer    157
8.1.1    L'instruction BREAK-POINT    157
8.1.2    Le point d'arrêt    157
8.1.3    Le point de surveillance    161
8.1.4    L'instruction /h    164
8.1.5    Le raccourci de débogage    165
8.1.6    Remarques sur l'évolution du débogage    168
8.2    La mémoire SAP    169
8.2.1    Les instructions liées à l’instruction MEMORY    169
8.2.2    La table des variantes    171
8.2.3    Les PARAMETER au sein de la fiche utilisateur    172
8.3    Les traces SQL    174
8.3.1    Définition    174
8.3.2    Démonstration    174
8.4    Exercice : Création d'un programme avec écran de sélection, contenant un parameter ID, que l'on manipule depuis la fiche utilisateur    179
9    CHAPITRE 09 - Les écrans sous SAP    180
9.1    Les écrans : définition, constituants, démonstration.    181
9.1.1    Définition    181
9.1.2    Les constituants d'un écran    183
9.2    Les événements au sein d'un écran : PBO / PAI / autres    188
9.2.1    Définition du PBO / PAI    188
9.2.2    L'interaction entre 2 écrans    189
9.3    Démonstration    190
9.3.1    Le programme    190
9.3.2    L’écran    190
9.3.3    La programmation de l’écran    195
9.3.4    Remarques    196
9.3.5    Une barre de statut    197
9.4    Exercice : Création d'un programme de présentation des données d'une table, avec manipulation des données provenant d'une table interne    198
9.5    L’avenir des écrans (PERSONAS, FIORI)    199
10    CHAPITRE 10 – La Web dynpro for ABAP    200
10.1    L'objectif    201
10.2    Le concept    201
10.3    Le mode opératoire    201
10.4    La démonstration    202
10.4.1    Créer un composant web dynpro.    202
10.4.2    Création de la vue MAIN    203
10.4.3    Modification de la présentation graphique de la vue Main    204
10.4.4    Ajout d'un objet graphique de type TEXTVIEW    204
10.4.5    Modification des attributs de l'objet graphique    206
10.4.6    Activez votre WDA.    208
10.4.7    Création d'une application WDA afin d'utiliser le composant WDA    209
10.4.8    Exécutez votre application WDA    211
10.4.9    Le résultat attendu    211
10.5    La conclusion    213
11    CHAPITRE 11 – La présentation des données aux utilisateurs    214
11.1    La présentation des données    215
11.1.1    L'évolution des moyens de présentation    215
11.1.2    Les listes avec l'instruction WRITE    215
11.1.3    Utilisation d'un objet intelligent : l'ALV GRID    221
11.2    Les transactions    227
11.2.1    Définition    227
11.2.2    Exemple    227
11.2.3    Création des transactions.    227
11.2.4    Démonstration    228
11.3    L'aire de domaine    231
11.3.1    Définition    231
11.3.2    Création    231
11.3.3    Démonstration    231
11.4    Exercice    234
12    CHAPITRE 12 – Méthodologie de travail    235
12.1    La construction des programmes    236
12.1.1    La déclaration des objets internes au programme    236
12.1.2    Un programme structuré par un cartouche et les événements    237
12.1.3    Utiliser les routines et les includes    238
12.1.4    Optimiser la récupération des données depuis la base de données    239
12.2    L’intégration des données dans SAP    240
12.2.1    Définition    240
12.2.2    Simplifier la récupération des informations des écrans : la transaction SHDB et les écrans    241
12.3    Les packages    246
12.3.1    Définition    246
12.3.2    Démonstration    246
12.4    Les ordres de transport    250
12.4.1    Définition    250
12.4.2    Démonstration    251
12.5    Exercice    258
12.6    SAPLINK    258
13    CHAPITRE 13 – Les textes standards – Le sapscript    259
13.1    Généralités    260
13.2    Les textes standards    260
13.2.1    Définition    260
13.2.2    Démonstration    261
13.3    Le sapscript    264
13.3.1    Définition    264
13.3.2    Les constituants d'un sapscript    264
13.3.3    La programmation associée au sapscript    271
13.3.4    La création du sapscript    273
13.3.5    Démonstration    276
13.3.6    Avantages / inconvénients des sapscripts    288
13.4    Exercice : création d'un sapscript    288
14    CHAPITRE 14 – Les impressions par les smartforms    289
14.1    Définition    290
14.2    Les constituants d'un smartform    290
14.2.1    Les pages    290
14.2.2    Les fenêtres    290
14.2.3    La gestion des encadrements    290
14.2.4    Les objets de textes    291
14.2.5    Les objets de programmation    291
14.2.6    Les lectures de tables à éditer    291
14.2.7    Les alternatives    291
14.3    La création d’un style    291
14.4    La programmation associée au smartform    293
14.4.1    L'appel du smartform    293
14.4.2    Démonstration    293
14.5    Avantages / inconvénients    307
14.6    Exercice    307
14.6.1    Exercice 1: création d'un smarftorm    307
14.6.2    Exercice 2: fusion des 2 programmes    307
15    Annexe 1 – Création d’une transaction    308
15.1    Objectif    309
15.1.1    contexte    309
15.1.2    Définition de la table ZTACTIONS    309
15.2    La gestion des actions commerciales    313
15.2.1    Expression du besoin    313
15.2.2    Solution proposée    313
15.3    L’analyse des actions commerciales par un ALV    318
15.3.1    Expression du besoin    318
15.3.2    Solution proposée    318
15.4    L’interface d’intégration de données    321
15.4.1    Expression du besoin    321
15.4.2    Solution proposée    323
15.4.3    Logs applicatifs    324
15.5    Conclusion    327
16    Annexe 2 – Un traitement en arrière-plan    328
16.1    Le concept    328
16.2    Démonstration 1 : un programme lancé par un utilisateur    328
16.2.1    Exécution d’un programme    328
16.3    Démonstration 2 : La création d’un job    333
16.3.1    La création d’une variante    333
16.3.2    La transaction SM36    336
16.4    Conclusion    339
17    Annexe 3 – La programmation objet    340
17.1    Objectif    340
17.2    Les moyens    342
17.2.1    Utilisation d’un module fonction ou d’une classe    342
17.2.2    Analyse de la classe CL_GUI_FRONTEND_SERVICES    342
17.2.3    Analyse de la méthode FILE_OPEN_DIALOG    345
17.3    La démonstration    346
17.3.1    Introduction à l’écran de sélection    346
17.3.2    Introduction à l’événementiel    349
17.3.3    Construction du programme    350
17.3.4    Appel de la classe CL_GUI_FRONTEND_SERVICES    355
17.4    Conclusion    358
18    Annexe 4 – Les tranches de numéros et le GUID    359
18.1    Les tranches de numérotation    359
18.1.1    Définition    359
18.1.2    Démonstration    359
18.1.3    Exemple    362
18.2    Le guid    363
18.2.1    Définition    363
18.2.2    Exemple    363
18.3    Conclusion    363
19    Annexe 5 – Gestion des dumps    364
19.1    Une mauvaise utilisation des tables internes    364
19.1.1    Programme exemple 1    364
19.1.2    Utilisation de la transaction ST22    365
19.1.3    Recommandations    368
19.2    Une mauvaise utilisation des fields-symbols    368
19.2.1    Programme exemple 2    368
19.2.2    Utilisation de la transaction ST22    369
19.2.3    Recommandations    369
19.3    Un problème de typage de données    370
19.3.1    Programme exemple 3    370
19.3.2    Utilisation de la transaction ST22    371
19.3.3    Recommandations    371
19.4    Conclusion    371
20    Annexe 6- Les fields-symbols    372
20.1    Définition    372
20.2    La lecture d’une table interne    372
20.2.1    Le concept    372
20.2.2    L’exemple    372
20.2.3    Recommandations    373
20.3    Le casting dynamique    373
20.3.1    Le concept    373
20.3.2    L’exemple 1    374
20.3.3    L’exemple 2    375
20.4    L’utilisation en programmation abap objet    375
20.4.1    Le concept    375
20.4.2    L’exemple    375
20.4.3    Recommandations    376
20.5    Conclusion    377
21    Annexe 7- La création d’un compte utilisateur    378
21.1    Définition    378
21.2    Démonstration    378
21.2.1    Petit rappel technique    384
21.2.2    Connexion de l’utilisateur    385
21.2.3    Détection du problème d’autorisation.    386
21.3    Conclusion    386
22    Annexe 8- La création d’un rôle utilisateur    387
22.1    Définition    387
22.2    Démonstration    387
22.2.1    La petite histoire    387
22.2.2    Le schéma de travail    388
22.2.3    Utilisation du programme RSABAPSC    389
22.2.4    Utilisation de la transaction PFCG    390
22.3    Conclusion    408
22.3.1    Rappel des concepts    408
22.3.2    La gestion des droits dans un paysage système sap complexe    408
22.3.3    La gestion d’un objet d’autorisation dans un programme ABAP spécifique.    408
23    Annexe 9 – L’éditeur ECLIPSE    409
23.1    ECLIPSE    409
23.2    La connexion à une machine SAP    412
23.3    Création d’un programme    416
23.4    Création d’un domaine    419
23.5    Conclusion    422
24    Annexe 10 – HANA    423
24.1    Les changements dans les traitements de la base de données    423
24.2    Les changements dans les caractéristiques techniques des tables    423
24.3    Les changements dans l’OPEN SQL    424
25    Liste des transactions utilisées    426

 
©2018 GoogleSite Terms of ServicePrivacyDevelopersArtistsAbout Google|Location: United StatesLanguage: English (United States)
By purchasing this item, you are transacting with Google Payments and agreeing to the Google Payments Terms of Service and Privacy Notice.