Journal du camp de Vittel

Calmann-Lévy

Le 14 août 1942, Hannah, l’épouse d’Yitzhak Katzenelson, et leurs deux plus jeunes garçons, Ben Zion et Benjamin sont convoyés vers Treblinka depuis le ghetto de Varsovie. Katzenelson et son fils aîné, Zvi, en réchappent et travaillent alors quelques mois dans un atelier allemand situé dans les décombres du ghetto. Sans illusion sur le sort réservé à sa femme et ses enfants, celui qui est l’un des plus grands poètes juifs du xxe siècle cesse alors d’écrire.
Grâce à la Résistance juive qui cherche à le protéger, il obtient des faux papiers de l’État du Honduras qui lui permettent de quitter la Pologne. Le 22 mai 1943 Katzenelson et son fils sont envoyés au camp de Vittel, en France, un camp pour « personnalités », c’est-à-dire des ressortissants de pays alliés ou neutres détenus comme d’éventuelles monnaies d’échanges.
Miné par une terrible dépression, craignant de basculer dans la folie, Katzenelson écrit quelques lignes dans son journal puis s’emmure dans le silence. Ce n’est qu’à la veille de l’anniversaire de la liquidation du ghetto de Varsovie, qu’il commence à tenir véritablement son Journal. Bien qu’il ne coure que sur deux mois seulement, il s’agit là d’un document exceptionnel d’une rare intensité.
À l’amie de Vittel qui le presse d’écrire, il répond : « Je ne peux pas écrire. Il n’existe pas de mots pour (...) décrire [ces horreurs] ; ils n’ont pas encore été créés. » Mais c’est aussi le même homme qui lui déclare un autre jour : « Non ! Non ! Cela doit être écrit. Le monde entier doit savoir ce qui est arrivé. (...) Tout doit être raconté. »
C’est le témoignage d’un homme brisé qui survit dans un entre-deux de la mort. Dans un cri poignant, le poète mentionne déjà l’extermination par balles, les déportations et les chambres à gaz. Mais surtout, avec une terrible préscience, il avance dès 1943 le chiffre de six millions de Juifs assassinés.
Read more

About the author

Né en 1886 à Karelits près de Minsk, en Biélorussie, Yitzhak Katzenelson est l’auteur du Chant du peuple juif assassiné, également rédigé dans le camp de Vittel. Arrêtés à nouveau par les Allemands en mars 1944, son fils et lui sont transférés à Drancy, puisconvoyés le 29 avril 1944 à Auschwitz pour y être assassinés.

Read more

Reviews

Loading...

Additional Information

Publisher
Calmann-Lévy
Read more
Published on
Sep 14, 2016
Read more
Pages
240
Read more
ISBN
9782702153376
Read more
Language
French
Read more
Genres
History / General
Read more
Content Protection
This content is DRM protected.
Read more
Read Aloud
Available on Android devices
Read more

Reading information

Smartphones and Tablets

Install the Google Play Books app for Android and iPad/iPhone. It syncs automatically with your account and allows you to read online or offline wherever you are.

Laptops and Computers

You can read books purchased on Google Play using your computer's web browser.

eReaders and other devices

To read on e-ink devices like the Sony eReader or Barnes & Noble Nook, you'll need to download a file and transfer it to your device. Please follow the detailed Help center instructions to transfer the files to supported eReaders.
Yitzhak Katzenelson
Le 14 août 1942, Hannah, l’épouse d’Yitzhak Katzenelson, et leurs deux plus jeunes garçons, Ben Zion et Benjamin sont convoyés vers Treblinka depuis le ghetto de Varsovie. Katzenelson et son fils aîné, Zvi, en réchappent et travaillent alors quelques mois dans un atelier allemand situé dans les décombres du ghetto. Sans illusion sur le sort réservé à sa femme et ses enfants, celui qui est l’un des plus grands poètes juifs du xxe siècle cesse alors d’écrire.
Grâce à la Résistance juive qui cherche à le protéger, il obtient des faux papiers de l’État du Honduras qui lui permettent de quitter la Pologne. Le 22 mai 1943 Katzenelson et son fils sont envoyés au camp de Vittel, en France, un camp pour « personnalités », c’est-à-dire des ressortissants de pays alliés ou neutres détenus comme d’éventuelles monnaies d’échanges.
Miné par une terrible dépression, craignant de basculer dans la folie, Katzenelson écrit quelques lignes dans son journal puis s’emmure dans le silence. Ce n’est qu’à la veille de l’anniversaire de la liquidation du ghetto de Varsovie, qu’il commence à tenir véritablement son Journal. Bien qu’il ne coure que sur deux mois seulement, il s’agit là d’un document exceptionnel d’une rare intensité.
À l’amie de Vittel qui le presse d’écrire, il répond : « Je ne peux pas écrire. Il n’existe pas de mots pour (...) décrire [ces horreurs] ; ils n’ont pas encore été créés. » Mais c’est aussi le même homme qui lui déclare un autre jour : « Non ! Non ! Cela doit être écrit. Le monde entier doit savoir ce qui est arrivé. (...) Tout doit être raconté. »
C’est le témoignage d’un homme brisé qui survit dans un entre-deux de la mort. Dans un cri poignant, le poète mentionne déjà l’extermination par balles, les déportations et les chambres à gaz. Mais surtout, avec une terrible préscience, il avance dès 1943 le chiffre de six millions de Juifs assassinés.
©2017 GoogleSite Terms of ServicePrivacyDevelopersArtistsAbout Google
By purchasing this item, you are transacting with Google Payments and agreeing to the Google Payments Terms of Service and Privacy Notice.