Les Oeuvres de Cicéron de la Traduction de Monsieur Du Ryer, &c

Par la Compagnie des Libraires Associez au Privilege
Loading...

Additional Information

Publisher
Par la Compagnie des Libraires Associez au Privilege
Read more
Published on
Dec 31, 1670
Read more
Pages
439
Read more
Read more
Best For
Read more
Language
French
Read more
Content Protection
This content is DRM free.
Read more

Reading information

Smartphones and Tablets

Install the Google Play Books app for Android and iPad/iPhone. It syncs automatically with your account and allows you to read online or offline wherever you are.

Laptops and Computers

You can read books purchased on Google Play using your computer's web browser.

eReaders and other devices

To read on e-ink devices like the Sony eReader or Barnes & Noble Nook, you'll need to download a file and transfer it to your device. Please follow the detailed Help center instructions to transfer the files to supported eReaders.
Le Traité des devoirs (De Officiis) a été écrit en 44 avant J.-C., juste après la mort de César. Testament philosophique et politique adressé à son fils Marcus, qui étudiait alors la philosophie grecque à Athènes, il est le dernier ouvrage de Cicéron (106-43 avant J.-C.). Ce dernier s’inspire notamment du Traité sur le devoir de Panétius de Rhodes, philosophe stoïcien qui cherchait à concilier le stoïcisme et la philosophie de Platon. Impressionné par sa tentative de synthèse, Cicéron décide d’aller encore plus loin dans cette voie, que l’on peut qualifier d’éclectisme philosophique. Il propose à Marcus l’examen des principales théories morales contemporaines (stoïciens, épicuriens, sceptiques, platoniciens, etc.). Comme souvent chez cet auteur, son ouvrage est en réalité plus pratique que théorique : il s’agit de préceptes pour bien agir en toutes circonstances et d’une méthode. Cet essai de philosophie morale et politique se divise en trois livres. La première partie traite de l’honestum (le bien, le juste) et du decorum (principes éthiques grâce auxquels un homme peut, dans les diverses facettes de la vie civile, distinguer ce qu'il doit faire de ce qu'il ne doit pas faire) ; la seconde traite de l’utile (de la manière dont les hommes peuvent bénéficier du consensus et de la gloria dès qu'ils s’accordent avec l’honestum) ; la troisième traite de l’opposition toujours possible entre l’honnête et l’utile, il développe l’idée d’une opposition entre l’intérêt particulier et l’intérêt collectif, en précurseur de Rousseau. Traduction du latin par Henri Joly.
©2018 GoogleSite Terms of ServicePrivacyDevelopersArtistsAbout Google
By purchasing this item, you are transacting with Google Payments and agreeing to the Google Payments Terms of Service and Privacy Notice.