The Paradox of Love

Princeton University Press
1
Free sample

The sexual revolution is justly celebrated for the freedoms it brought--birth control, the decriminalization of abortion, the liberalization of divorce, greater equality between the sexes, women's massive entry into the workforce, and more tolerance of homosexuality. But as Pascal Bruckner, one of France's leading writers, argues in this lively and provocative reflection on the contradictions of modern love, our new freedoms have also brought new burdens and rules--without, however, wiping out the old rules, emotions, desires, and arrangements: the couple, marriage, jealousy, the demand for fidelity, the war between constancy and inconstancy. It is no wonder that love, sex, and relationships today are so confusing, so difficult, and so paradoxical.

Drawing on history, politics, psychology, literature, pop culture, and current events, this book--a best seller in France--exposes and dissects these paradoxes. With his customary brilliance and wit, Bruckner traces the roots of sexual liberation back to the Enlightenment in order to explain love's supreme paradox, epitomized by the 1960s oxymoron of "free love": the tension between freedom, which separates, and love, which attaches. Ashamed that our sex lives fail to live up to such liberated ideals, we have traded neuroses of repression for neuroses of inadequacy, and we overcompensate: "Our parents lied about their morality," Bruckner writes, but "we lie about our immorality.?

Mixing irony and optimism, Bruckner argues that, when it comes to love, we should side neither with the revolutionaries nor the reactionaries. Rather, taking love and ourselves as we are, we should realize that love makes no progress and that its messiness, surprises, and paradoxes are not merely the sources of its pain--but also of its pleasure and glory.

Read more

About the author

Pascal Bruckner is the award-winning author of many books of fiction and nonfiction, including the novel Bitter Moon, which was made into a film by Roman Polanski. Bruckner's nonfiction books include Perpetual Euphoria (Princeton) and The Tyranny of Guilt.
Read more

Reviews

5.0
1 total
Loading...

Additional Information

Publisher
Princeton University Press
Read more
Published on
Feb 13, 2012
Read more
Pages
272
Read more
ISBN
9781400841851
Read more
Language
English
Read more
Genres
Philosophy / Ethics & Moral Philosophy
Philosophy / Political
Philosophy / Social
Read more
Content Protection
This content is DRM protected.
Read more
Read Aloud
Available on Android devices
Read more
Eligible for Family Library

Reading information

Smartphones and Tablets

Install the Google Play Books app for Android and iPad/iPhone. It syncs automatically with your account and allows you to read online or offline wherever you are.

Laptops and Computers

You can read books purchased on Google Play using your computer's web browser.

eReaders and other devices

To read on e-ink devices like the Sony eReader or Barnes & Noble Nook, you'll need to download a file and transfer it to your device. Please follow the detailed Help center instructions to transfer the files to supported eReaders.
Pascal Bruckner
Today we like to think that marriage is a free choice based on love: that we freely choose whom to marry and that we do so, not so much for survival or social advantage, but for love. The invention of marriage for love inverted the old relationship between love and marriage. In the past, marriage was sacred, and love, if it existed at all, was a consequence of marriage; today, love is sacred and marriage is secondary. But now marriage appears to be becoming increasingly superfluous. For the past forty years or so, the number of weddings has been declining, the number of divorces exploding and the number of unmarried individuals and couples growing, while single-parent families are becoming more numerous. Love has triumphed over marriage but now it is destroying it from inside. So has the ideal of marriage for love failed, and has love finally been liberated from the shackles of marriage?

In this brilliant and provocative book Pascal Bruckner argues that the old tension between love and marriage has not been resolved in favour of love, it has simply been displaced onto other levels. Even if it seems more straightforward, the contemporary landscape of love is far from euphoric: as in the past, infidelity, loss and betrayal are central to the plots of modern love, and the disenchantment is all the greater because marriages are voluntary and not imposed. But the collapse of the ideal of marriage for love is not necessarily a cause for remorse, because it demonstrates that love retains its subversive power. Love is not a glue to be put in the service of the institution of marriage: it is an explosive that blows up in our faces, dynamite pure and simple.
Pascal Bruckner
Paris, week-end du 15 août, au service psychiatrique de l'Hôtel-Dieu. Un homme au visage dissimulé par un masque antipollution est admis aux urgences. Mathilde, une interne de vingt-cinq ans, jolie mais qui n'aime guère son métier, est intriguée par le cas de Benjamin. Il va lui faire une étrange confession, alors que vient la nuit... Un soir d'hiver, Benjamin et sa fiancée Hélène sont bloqués par la neige dans une maison du Jura. Jérôme Steiner, l'hôte courtois, séducteur à la crinière blanche, Francesca, sa femme, une matrone vénéneuse, et Raymond, le valet, forment le comité d'accueil. Peu à peu, s'enhardissant, Benjamin inspecte le chalet, du grenier à la cave, et par mégarde découvre le secret des lieux : un boyau humide et souterrain, d'où monte soudain un cri de détresse. Une main le saisit au col. Steiner, fulminant de rage, lui explique alors sa théorie. Ce barbe-bleu et ses complices enferment dans cette cave des êtres coupables d'un seul crime : la beauté. Horrifié, hésitant entre l'incrédulité et la panique, Benjamin se voit proposer un pacte. Contre la liberté d'Hélène, il doit revenir à Paris et livrer trois jeunes femmes aux monstres du Jura. Le piège s'est définitivement refermé sur lui. Farce macabre ou réalité ? Le Fanoir, où la beauté se dessèche comme les feuilles entre les pages d'un herbier, existe-t-il vraiment ? Mathilde subira-t-elle à son tour la fascination de ce mouroir de la jeunesse, où le temps se venge de la beauté trop passagère ?
Pascal Bruckner
Le soir de ses trente ans, Sébastien a une révélation : il comprend en un éclair qu'il a eu jusque là une vie réussie, mais que la réussite est une prison où il serait un condamné à perpétuité. Une femme jolie et ambitieuse, un trio d'enfants, une carrière sans surprises au Quai d'Orsay, une bande d'amis aussi soudés que s'ils formaient une société d'entraide, en bref une molle résignation au confort. Comment s'affranchir de cet esclavage du quotidien ? Comment renaître en homme neuf ? A la terrasse d'un café, une femme riche et ridée lui offre de l'argent pour passer une heure avec lui. Quel choc... C'est sans le vouloir que Sébastien devient un mois plus tard un prostitué mâle. Attiré par la perspective d'une vie parallèle, Sébastien s'établit en tapin clandestin dans le quartier du Marais, comme d'autres rejoignent une profession libérale. En bon Samaritain qui distribuerait sa semence à des créatures souvent disgracieuses, il copule avec ferveur et méthode, associant bientôt à son entreprise où le don de soi l'emporte sur le vice, une brune disciple : Dora. Juive et antillaise, sang-mêlée qu'obsèdent la chair et la religion, bigote et bimbo, mystique et lubrique, capable de cacher sous un livre de prière un vibromasseur, Dora va emmener Sébastien au-delà de ses limites. Le libertinage d'un bourgeois en rupture s'inverse en oeuvre pieuse : Dora se rêve en Christ femelle, cruxifiant son Saint-Sébastien sur la croix du plaisir. Le sublime glisse vers l'ordure. A la veille de ses quarante ans, Sébastien a tout perdu. La bouffonnerie des sens a fini en tragédie. Mais est-il bien sûr que Sébastien n'a pas d'autres ennemis que lui-même ? Qui voudrait réduire cet apôtre du désir à l'état d'une loque asexuée ? Depuis Lune de fiel, Pascal Bruckner n'était jamais allé aussi loin : c'est un roman charnel et moral, qui donne à l'amour tarifié l'intensité de scènes religieuses ou scabreuses, dans une volupté de détails dont l'auteur semble avoir le secret. A rebours du sexuellement correct d'aujourd'hui.
Pascal Bruckner
« Le monde entier nous hait et nous le méritons bien : telle est la conviction d'une majorité d'Européens, du moins à l'Ouest. Depuis 1945, en effet, notre continent est habité par les tourments du repentir. Ressassant ses abominations passées, les guerres incessantes, les persécutions religieuses, l'esclavage, l'impérialisme, le fascisme, le communisme, il ne voit dans sa longue histoire qu'une continuité de tueries, de pillages qui ont abouti à deux conflits mondiaux, c'est-à-dire à un suicide enthousiaste. A ce sentiment de culpabilité, toute une élite intellectuelle et politique donne ses lettres de noblesse, appointée à l'entretien du remords comme jadis les gardiens du feu. Dans cette rumination morose, les nations européennes oublient qu'elles, et elles seules, ont fait l'effort de surmonter leur barbarie pour la penser et se mettre à distance d'elle, construisant un monde de paix et de prospérité. L'Europe a sans doute enfanté des monstres, elle a du même coup enfanté les théories qui permettent de détruire les monstres. ?Curieusement nous vivons aujourd'hui une situation de repentir à sens unique : celui-ci n'est exigé que d'un seul camp, le nôtre, et jamais des autres cultures, des autres régimes qui se drapent dans leur pureté supposée pour mieux nous accuser. Mais l'Europe accepte trop volontiers le chantage à la faute ; si nous adorons nous flageller et nous couvrir la tête de cendres, n'est-ce pas que notre souhait secret est de sortir de l'Histoire, de nous abriter peinards, dans le cocon de la contrition, pour ne plus agir, échapper à nos respnsabilités ? La repentance n'est peut-être rien d'autre que le triomphe de l'esprit d'abdication. » ? P.B ? ?
Pascal Bruckner
Né en 1948, romancier et essayiste, Pascal Bruckner est, entre autres, l'auteur de La tentation de l'innocence ( Prix Médicis de l'essai en 1995) et Les Voleurs de Beauté (Prix Renaudot en 1997). Il a publié récemment chez Grasset, L'Euphorie perpétuelle (2000). « Dans nos pays développés, l'économie prétend de plus en plus régir les esprits et l'ensemble des activités humaines. 1989 devait marquer le triomphe sans partage de la démocratie et du doux commerce sur l'ensemble de la planète. Or depuis plus de dix ans, le capitalisme déçoit : non seulement il laisse des centaines de millions d'hommes au bord de la route mais, en Europe et en Amérique, malgré un enrichissement sans précédent, il ne cesse de creuser les inégalités et d'affaiblir les classes moyennes menacées par le spectre de la paupérisation. La solution serait-elle dans une remise en cause du système ? Ceux qui s'opposent à lui (les antimondialisations et leur discours à vide) partagent la même logique : voir dans le marché la source de tous les maux là où les libéraux célèbrent la source de tous les bienfaits. Dépréciée ou adulée, l'idole reste l'idole. Il faut donc s'affranchir de la fascination réciproque par le mode de production où communient les frères ennemis. Ce n'est pas du capitalisme qu'il faut sortir, c'est de l'économisme. La volonté du marché est de reconstruire la société sur son modèle, de périmer le politique, la culture, l'éducation ; d'imposer partout un seul type d'hommes, le consommateur-entrepreneur qui pense ses rapports au monde sous le seul angle du service et de la prestation. Il est grand temps de désacraliser le capitalisme, qu'on soit pour ou contre, et de réfléchir à une autre vie. » P.Bruckner
©2017 GoogleSite Terms of ServicePrivacyDevelopersArtistsAbout Google
By purchasing this item, you are transacting with Google Payments and agreeing to the Google Payments Terms of Service and Privacy Notice.