Les "Favelas" de Rio de Janeiro - "inconvénient social" ou "nostalgie brésilienne"?

GRIN Verlag
Free sample

Thèse de Bachelor de l’année 2006 dans le domaine Art - Architecture / Histoire de l'architecture, Entretien des monuments, note: 2,0, Ecole nationale supérieure d'architecture de montpellier, langue: Français, résumé: « Nous avons perdu la signification propre du verbe « bauen » (bâtir) à savoir habiter » Il paraît qu’aujourd’hui la signification du mot habiter n’est plus la même: l’Architecture- n’est –ce pas grâce au premier besoin d’habitation que l’architecture s’est développée ? Quel rapport existe-t-il aujourd’hui entre l’habitation et l’architecture? Le texte suivant veut analyser ce rapport en se servant d’un exemple d’auto-construction, plus précisément, des favelas (bidonvilles) qui incorporent des constructions primitives de l’habitat ; une architecture sans architectes. 1.Qu’est-ce qu’ une habitation? « Habiter » représente un des instincts primordiaux pour l’homme. Pour mieux décrire cet « instinct » de créer une habitation, servons nous d’ une image familière, d’un jeu auquel tout le monde a déjà joué : L’image est quelconque et peut être déplacée á n’importe quel endroit, n’importe quel moment : Deux enfants jouent dans le jardin, dans la cour, dans la forêt ou dans la maison, ils ne possèdent aucun outil particulier, ni de jouets, ni de règles pour ce jeu, seulement leur propre imagination et créativité. Après une première décision spontanée, les deux enfants vont chercher des « matériaux » afin de réaliser leur jeu , le jeu de créer une petite habitation . Un parapluie sous une couverture peut être suffisant pour un premier abri, les enfants vont se cacher, « s’abriter », se retirer dans cet endroit où, avec un peu d’imagination, ils vont inventer leur propre monde, un monde qui n’a plus rien à voir avec le monde qui les entoure. Dans un premier temps, les enfants n’ont peut-être pas l’intention de construire une habitation au sens premier car ils sont déjà logés, ils possèdent déjà le domicile parental. Le jeu peut être considéré alors comme un jeu de « délimitation »: En créant leur propre « monde », les enfants se bornent, se retirent dans leur nouvel espace et s’approprient ce dernier, l’espace qui n’est plus celui de leur parents mais le leur. Cet espace personnel peut être considéré comme une délimitation entre l’extérieur et l’intérieur, il est essentiel. Cet instinct de créer un propre espace, une habitation propre, peut également être décrit comme faisant partie de la« pensée sauvage » des premiers hommes primitifs. Une pensée qui a été formulée pour la première fois par Lévi-Strauss au milieu du 20ième siècle.
Read more
Collapse
Loading...

Additional Information

Publisher
GRIN Verlag
Read more
Collapse
Published on
Mar 1, 2010
Read more
Collapse
Pages
18
Read more
Collapse
ISBN
9783640548460
Read more
Collapse
Read more
Collapse
Read more
Collapse
Language
French
Read more
Collapse
Genres
Architecture / General
Read more
Collapse
Content Protection
This content is DRM protected.
Read more
Collapse
Read Aloud
Available on Android devices
Read more
Collapse
Eligible for Family Library

Reading information

Smartphones and Tablets

Install the Google Play Books app for Android and iPad/iPhone. It syncs automatically with your account and allows you to read online or offline wherever you are.

Laptops and Computers

You can read books purchased on Google Play using your computer's web browser.

eReaders and other devices

To read on e-ink devices like the Sony eReader or Barnes & Noble Nook, you'll need to download a file and transfer it to your device. Please follow the detailed Help center instructions to transfer the files to supported eReaders.
Thèse de Bachelor de l’année 2006 dans le domaine Etudes des langues romanes - Français - Linguistique, note: 1,7, Universität Bayreuth (Romanische und Allgemeine Linguistik), 20 sources bibliographiques, langue: Français, résumé: « Si l’on considère que la parole reste la dernière richesse des démunis, la tchatche de banlieue demeure alors la seule fortune des enfants des cités dortoirs. » 1 Les mots et expressions du parler jeune se banalisent aujourd’hui de plus en plus. Ils entrent dans le domaine du langage courant car l’écart entre le français standard et le jeune est en train de se dissoudre. Ce processus est favorisé par la grande médiatisation que le parler des jeunes connaît dès le début des années 1980. Dès lors, les magazines et les journaux découvrent le trésor langagier qui se cache dans cette façon de parler. Régulièrement, ils publient par exemple des listes de mots du vocabulaire jeune. En outre, c’est la publicité qui utilise ces expressions branchées pour obtenir un maximum d’attention. A côté de cette popularité dans la population, les chercheurs, eux aussi, s’intéressent à la spécificité de ce parler. Mais dès le début des années 1990 quand l’attention du public et des chercheurs se dirige vers les banlieues, il y a souvent une confusion dans la dénomination et la différenciation entre le parler jeune et le langage des cités ce qui sera traité au chapitre 2. La banlieue qui est de plus en plus désignée par le terme cité 2 , la vie de ses habitants, les circonstances sociales et le parler des cités sont désormais un sujet préféré des sociolinguistes. Ils essaient d’analyser le langage des banlieues sous des perspectives différentes, ce que je veux montrer au chapitre 3 : il sera question des centres d’intérêt (chapitre 3.1), de l’étude qui n’examine que le lexique (chapitre 3.2) et de la recherche approfondie qui prend aussi en considération la phonologie et la morphosyntaxe (chapitre 3.3). Malgré la médiatisation et l’intérêt des chercheurs au langage des cités, la majorité de la population s’en méfie encore et habituellement, on entend des stéréotypes, tels que les jeunes dans les cités, ils ne parlent pas français, on ne sait plus parler français dans les banlieues et il n’y a que des mots grossiers dans ces parler 3 . Le dernier reproche - un taux de mots grossiers très élevé dans le parler des cités - sera un des sujets dans le chapitre 4 où il sera question des conditions de vie dans les banlieues (chapitre 4.1), des fonctions du parler des cités (chapitre 4.2) et de la culture de l’éloquence (chapitre 4.3). [...]



Voici un guide méthodique tout en couleur destiné à tout public, avec des exemples pour vous aider à sélectionner l’emplacement, à développer le plan et à mettre des couleurs et des matériaux qui sont compatibles avec vous ou votre client. Mme Mainini a fait un travail exemplaire pour garder ce sujet très compliqué clair et concis pour les profanes.
Avec son livre, Feng Shui pour l’architecture, Simona Mainini a enfin comblé une lacune. Elle a pris le sujet plutôt complexe du Feng Shui, tel qu’il s’applique à l’architecture et elle a su développer un guide permettant de comprendre étape par étape les mystères de cet art ancien. Ce livre est un guide d’utilisation de l’ancienne science et de la philosophie Feng Shui dans le but de concevoir, construire, rénover et décorer nos maisons avec succès. Les informations sont présentées dans un manuel facile à utiliser et peuvent être utilisées par les propriétaires, les constructeurs, les concepteurs et les architectes.
Si vous le souhaitez, vous pouvez lire ce livre une première fois, puis l’utiliser comme un guide de référence pour la conception d’une maison ou d’un bureau et de son ameublement. Si vous êtes en train de construire ou d’acheter, vous pouvez l’utiliser comme une liste de contrôle pour les différents aspects que vous pourriez envisager. Si vous êtes dans le domaine de l’architecture, de la conception ou de la construction, vous pouvez aussi considérer cela comme une aide d’étude formelle, digérez le contenu de chaque chapitre, et ensuite utilisez le livre dans votre travail quotidien.
Beaucoup d’architectes et de designers qui ont introduit les principes du Feng Shui ont par la suite découvert une nouvelle prise de conscience et de perception de l’architecture et de l’environnement qui entoure la construction. Que vous ayez lu d’autres livres sur des sujets similaires ou si c’est la première fois, vous serez susceptible de découvrir un point de vue assez différent
©2019 GoogleSite Terms of ServicePrivacyDevelopersArtistsAbout Google|Location: United StatesLanguage: English (United States)
By purchasing this item, you are transacting with Google Payments and agreeing to the Google Payments Terms of Service and Privacy Notice.