Programme Super l’Écureuil pour l’intervention auprès des enfants et des adolescents présentant des problèmes d’anxiété

Editions JFD
Free sample

 Le programme Super l’Écureuil s’adresse aux intervenants qui rencontrent des enfants et des adolescents présentant des problèmes d’anxiété. Il offre des outils concrets et des pratiques issues de la thérapie cognitivo-comportementale. Chaque module propose une stratégie d’intervention (entraînement à l’expression des émotions, relaxation, résolution de problèmes, restructuration cognitive, exposition, etc.). Des fiches visuelles et des feuilles d’exercices permettent aux jeunes de bien comprendre les stratégies proposées et de les mettre en application. 


Read more
Collapse

About the author

 

Lyse Turgeon

Lyse Turgeon, Ph.D., est professeure à l’École de psychoéducation de l’Université de Montréal et psychologue clinicienne. Elle enseigne l’évaluation et l’intervention auprès des enfants et des adolescents atteints de troubles anxieux, de même que les fondements et la pratique de la thérapie cognitivo-comportementale. Ses travaux de recherche portent sur l’évaluation, la prévention et le traitement des troubles anxieux chez les enfants et les adolescents. Elle a été chercheure pendant 15 ans au Centre de recherche Fernand-Seguin de l’Hôpital Louis-H. Lafontaine (maintenant connu sous le nom de Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal).

Lucie Brousseau

Lucie Brousseau, M.Ps., travaille maintenant dans le secteur privé. Elle a travaillé pendant plus de 20 ans comme coordonnatrice de recherche, consultante et psychologue clinicienne. Au Centre de recherche Fernand-Seguin de l’Hôpital Louis-H. Lafontaine, elle a coordonné plusieurs projets de recherche clinique portant sur les troubles anxieux. Elle a entre autres mis sur pied le programme Super l’Écureuil. Elle a également travaillé comme psychologue clinicienne à la Clinique d’intervention auprès des jeunes ayant des troubles anxieux (CITA) de l’Hôpital Rivière-des-Prairies.

Read more
Collapse
Loading...

Additional Information

Publisher
Editions JFD
Read more
Collapse
Published on
Dec 13, 2018
Read more
Collapse
Pages
203
Read more
Collapse
ISBN
9782924651841
Read more
Collapse
Read more
Collapse
Read more
Collapse
Language
French
Read more
Collapse
Genres
Psychology / Psychopathology / General
Read more
Collapse
Content Protection
This content is DRM protected.
Read more
Collapse
Read Aloud
Available on Android devices
Read more
Collapse
Eligible for Family Library

Reading information

Smartphones and Tablets

Install the Google Play Books app for Android and iPad/iPhone. It syncs automatically with your account and allows you to read online or offline wherever you are.

Laptops and Computers

You can read books purchased on Google Play using your computer's web browser.

eReaders and other devices

To read on e-ink devices like the Sony eReader or Barnes & Noble Nook, you'll need to download a file and transfer it to your device. Please follow the detailed Help center instructions to transfer the files to supported eReaders.
Ce guide d'intervention cognitivo-comportementale, l'un des seuls existant en langue française, veut favoriser une meilleure formation et une meilleure pratique professionnelle chez les intervenants oeuvrant auprès des enfants et des adolescents, tant au Québec qu'en Europe francophone. Comme plusieurs recherches l'ont démontré, l'intervention cognitivo-comportementale constitue l'une des formes d'intervention qui donne les meilleurs résultats chez ces populations. Chaque chapitre, écrit par des cliniciens et chercheurs-cliniciens choisis pour leur expertise en la matière, porte sur une thématique précise. Ce second tome rassemble les textes sur des troubles d'adaptation de nature plus extériorisée: le trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité, les comportements antisociaux graves, les tics et le syndrome Gilles de la Tourette, ainsi que les troubles du spectre autistique. Le premier tome porte, quant à lui, sur des troubles de nature plus intériorisée, tels les troubles anxieux, les troubles des conduites alimentaires, la dépression ou, encore, les troubles de sommeil. La même structure prévaut dans les deux ouvrages. Chaque chapitre présente un cas réel qui illustre le trouble en question, ses manifestations cliniques, sa prévalence, son évaluation. Les principales techniques de thérapie cognitivo-comportementale et la façon de les appliquer sont ensuite exposées en détail. Des outils, comme des grilles d'observation ou des exercices pratiques, accompagnent également la présentation des stratégies d'intervention. Enfin, des recommandations sont proposées, tant sur le plan clinique que pour le développement de la recherche clinique.
Sur les traces de tueurs en série, de prédateurs sexuels, de maîtres chanteurs et autres terroristes les plus tristement célèbres
Dans un langage clair, simple, accessible à tous, à la lumière de récits dramatiques et d’expériences vécues par les plus grands profileurs, cet ouvrage vous invite à suivre, voire à mener, l’enquête. Aux côtés d’experts chargés de les traquer, vous allez découvrir qui sont ces prédateurs, comment ils agissent et ce qui motive des hommes, des femmes et même des enfants, apparemment comme vous et moi, à commettre les meurtres les plus abominables et les plus inimaginables.

Enfin, ce travail, outre ses intérêts historique, judiciaire, psychologique, humain, tord encore le cou au mythe du crime sans mobile et met à l’épreuve la croyance populaire qui veut que tous les tueurs soient fous.

Une galerie de récits qui révèlent une nature humaine violente et inimaginable


CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE :
« Paul Roland a écrit un livre qui fera date... Une approche unique du sujet, une lecture fascinante. Je le recommande vivement. » - Roy Hazelwood, ancien profileur du FBI.
A PROPOS DE L'AUTEUR :
Paul Roland est né en Angleterre en 1959, il est l’auteur d’une trentaine de livres sur le mysticisme, l’occulte et le crime. Ses livres ont été traduits dans plus de quinze langues.
EXTRAIT :
À la fin du XIXe siècle, avant le développement du relevé d’empreintes digitales et de la balistique, les vrais détectives en Europe, en Asie et en Amérique faisaient honte à Sherlock Holmes, avec pour seuls outils une loupe et leur curiosité intellectuelle. Au même moment, des pionniers en psychiatrie tels que Richard von Krafft-Ebbing effectuaient les premières incursions dans les tréfonds de la psyché pour essayer de comprendre les troubles mentaux et sexuels anormaux. Mais toutes les tentatives d’explorer l’esprit criminel afin de prévoir ses comportements étaient faussées par des préjugés et des suppositions.

L’enquêteur français Alphonse Bertillon (1853-1914) et le criminologue italien Cesare Lombrosso (1836-1909), par exemple, soutenaient que la criminalité était soit héritée, soit déterminée par les caractéristiques physiques d’un individu. Ce n’est que lorsque le premier tueur en série de l’époque contemporaine rendit les policiers fous qu’ils tentèrent sérieusement de comprendre la personnalité criminelle dans le but d’identifier et d’appréhender un criminel.
Cet ouvrage lève le voile sur les terribles forces qui hantent les profondeurs de l’esprit humain.

Le cannibalisme ! Un terme dont la simple évocation entraîne, chez nous, un frisson de dégoût, un sentiment d’écœurement, tant cette notion nous semble horrible, tant elle nous paraît abjecte... en même temps qu’elle nous fascine.
Sans aucune censure, cependant, ce livre déconcertant traite, avec un luxe inouï de détails et d’anecdotes, mais aussi avec le plus grand sérieux, d’un sujet qui s’intéresse à l’un des interdits les plus fondamentaux pour l’espèce humaine : celui de manger son semblable.

L’auteur étudie le phénomène sous une multitude de facettes. Il examine le cannibalisme culturel et religieux, considéré comme normal, nécessaire, et faisant partie de la vie de certaines sociétés traditionnelles. Il évoque le cannibalisme lié à des conditions exceptionnelles, lorsque des malheureux furent obligés de manger leurs compagnons parce qu’ils n’avaient d’autre espoir de survivre. Il nous entraîne encore dans des affaires criminelles tristement célèbres et tellement perturbantes pour notre entendement. Car, comment admettre, en effet, que, dans nos sociétés contemporaines, d’incroyables pulsions animales puissent pousser certains à consommer de la chair humaine.

Cet ouvrage nous présente une série de situations et de récits qui bouleverseront à jamais notre perception de l’Homme.
Un livre d’Histoire et d’histoires vraies à vous donner froid dans le dos...


EXTRAIT :
Nourrir les dieux et pratiquer la magie
Lorsque Cortés et son armée atteignirent Mexico au début du XVIe siècle, ils découvrirent une culture basée sur le cannibalisme et le sacrifice humain à grande échelle. Les fondateurs aztèques de cette culture n’étaient installés que depuis quelques siècles et leur religion remarquablement élaborée s’était créée petit à petit durant cette période. Ils empruntèrent des dieux aux autres tribus, les ajoutant à leur propre panthéon, et en créèrent de nouveau pour combler certains manques évidents. Au moment où Cortès arriva, ils avaient « tellement de dieux que même les peuples voisins n’étaient pas capables de les énumérer ». (cf. Tannahill)

Les Aztèques voulaient garder les dieux de leur côté, et ce à n’importe quel prix. Cela devait finir par poser problème. Les Aztèques étaient déjà à leur cinquième monde et étaient déterminés à ce qu’il ne finisse pas comme les quatre précédents. Ils se battraient de toutes leurs forces pour que le soleil continue sa course et que les monstres de l’aube restent à distance. Le soleil avait été créé par le sacrifice d’un dieu (il s’était jeté dans un brasier) et mis en mouvement par le sang et les cœurs d’autres dieux. Il semblait donc juste, pour ne pas dire logique, que les humains pratiquent leurs propres sacrifices pour que le monde continue à fonctionner. Et puisque les hommes peuvent devenir nerveux quand leurs chefs commencent à les tuer en grand nombre, les cœurs et le sang devaient en grande partie provenir d’étrangers. Pour permettre cela, les Aztèques entretenaient un état plus ou moins permanent de guerre, durant lequel il était mieux vu de faire des prisonniers que de tuer les ennemis. Pendant 200 ans, les armées aztèques ont parcouru l’Amérique centrale à la recherche de victimes étrangères.
©2019 GoogleSite Terms of ServicePrivacyDevelopersArtistsAbout Google|Location: United StatesLanguage: English (United States)
By purchasing this item, you are transacting with Google Payments and agreeing to the Google Payments Terms of Service and Privacy Notice.