Jacques Attali

Jacques Attali is a French economist, writer and senior civil servant.
Former adviser to President François Mitterrand and first president of the European Bank for Reconstruction and Development, he founded the non-profit organization PlaNet Finance and was nominated President of the Commission for the Liberation of French Economic Growth. He is also Founder and President of A&A, a consultancy firm. He published more than fifty books, including essays and novels.
He belongs to the top 100 public intellectuals in the world, according to the Foreign Policy Magazine
Read more
Collapse
L’HOMME NOMADE

Dans cette vaste fresque historique et prospective, Jacques Attali retrace l’histoire de l’humanité comme jamais on ne l’a fait jusqu’à présent.

Pour lui, l’homme est nomade depuis ses origines, il y a quelques millions d’années ; il n’a été que très brièvement sédentaire, et il est en train de redevenir, à travers la mondialisation, un nomade d’un nouveau genre.

C’est en tant que nomade qu’il a inventé les éléments clés de toutes les civilisations : le feu, les langues, les religions, l’équitation, l’agriculture, l’élevage, la métallurgie, la navigation, la roue, la démocratie, le marché, la musique, les arts, ne laissant aux sédentaires que l’invention des forteresses, de l’Etat et de l’impôt.

Loin d’avoir été des Barbares venus détruire des civilisations existantes, les hommes du voyage furent les véritables forces d’innovation et de création à la source de tous les empires, de la Chine à Rome, de l’Egypte à l’empire américain d’aujourd’hui. Quand elles se ferment aux nomades, aux itinérants, aux étrangers, aux mouvements de toutes sortes, les sociétés déclinent et périclitent.

Aujourd’hui, disparaissent les derniers peuples nomades sous les coups de la « globalisation » ; s’ouvrent, avec les nouvelles technologies du voyage, réel et/ou virtuel, des perspectives radicalement neuves pour l’humanité ; s’achève l’hégémonie du dernier empire sédentaire, les Etats-Unis, et commence une formidable lutte entre les trois forces nomades qui aspirent à le remplacer – le marché, la démocratie, la foi –, éclairant d’un jour inédit les enjeux éthiques, culturels, militaires et politiques de notre temps.


L'Union européenne (UE) est devenue une forteresse ultralibérale. D'élargissement en élargissement, de guerre économique en ouverture des marchés, le piège de la construction européenne s'est refermé sur les peuples, priés d'accepter cet eurolibéralisme à marche forcée. Devant le mécontentement grandissant des citoyens, certains partis appellent à réformer « l'Europe » de l'intérieur, sans jamais dire comment y parvenir. Rien de surprenant, puisque les institutions furent verrouillées pour, justement, interdire tout changement d'orientation. Des gouvernements traînent parfois des pieds, et retardent la transcription de directive quitte à se faire tirer l'oreille. Mais ils finissent toujours par se plier aux exigences libérales du droit communautaire. Pour rompre avec cette Europe du capitalisme, il faut assumer une autre position : celle de la désobéissance européenne. Mettre en place des politiques sociales et environnementales nécessitera souvent de construire un droit national en rupture avec le droit européen. Il faudra inverser la hiérarchie des normes pour que ce droit national prime à nouveau sur le droit communautaire. Tout le monde le sait, mais personne ne le dit. C'est la raison pour laquelle les programmes politiques de nombreux partis progressistes sont totalement incohérents et conduisent à l'échec électoral. Face au plus grand tabou politique de notre époque, ce livre met les pieds dans le plat : des États courageux, à commencer par la France, doivent provoquer une crise institutionnelle salutaire en désobéissant à l'UE.
©2019 GoogleSite Terms of ServicePrivacyDevelopersArtistsAbout Google|Location: United StatesLanguage: English (United States)
By purchasing this item, you are transacting with Google Payments and agreeing to the Google Payments Terms of Service and Privacy Notice.