Le bonheur d'être soi

Sold by Fayard
1
Free sample

À travers de nombreux témoignages, Moussa Nabati montre que le seul vrai obstacle empêchant l'adulte de goûter au bonheur provient de sa difficulté à oser être lui-même. La raison principale en est la présence en lui d'une dépression souvent inconsciente qui affecte son enfant intérieur. Il se vit de ce fait coupable et indigne d'être heureux.

Être soi, cela veut dire s'aimer, se respecter, en jouissant d'un psychisme autonome, différencié des autres mais relié à ses origines et à son passé. Cela permet de ressentir, de choisir, de désirer et de s'exprimer en son nom propre, pour son compte, à sa vraie place. Ainsi, l'énergie vitale parvient à circuler librement à travers le psychisme, tel un fleuve irriguant les plantes du jardin intérieur, préservé des extrêmes nocifs, l'excitation ou la dépression. Être soi, c'est le grain, et le bonheur, la paille. En cultivant le premier, quoiqu'il arrive, le second se manifestera de surcroît.

Dès lors, l'adulte n'a rien de particulier à « faire » - exercices, régimes ou « recettes » - pour trouver le bonheur ; seule la pacification avec sa propre histoire pourra l'en rapprocher.
Read more

About the author

Moussa Nabati est psychanalyste, thérapeute et chercheur. Docteur en psychologie, il est l'auteur de plusieurs ouvrages, parmi lesquels Le Père, à quoi ça sert ?, avec Simone Nabati (Jouvence, 1994) et, chez Fayard, La Dépression : une maladie ou une chance ? (2005), Le Bonheur d'être soi (2006) – prix Psychologies 2007 –, Guérir son enfant intérieur (2008).

Read more
5.0
1 total
Loading...

Additional Information

Publisher
Fayard
Read more
Published on
May 10, 2006
Read more
Pages
306
Read more
ISBN
9782213640389
Read more
Language
French
Read more
Genres
Self-Help / General
Read more
Content Protection
This content is DRM protected.
Read more
Read Aloud
Available on Android devices
Read more
Eligible for Family Library

Reading information

Smartphones and Tablets

Install the Google Play Books app for Android and iPad/iPhone. It syncs automatically with your account and allows you to read online or offline wherever you are.

Laptops and Computers

You can read books purchased on Google Play using your computer's web browser.

eReaders and other devices

To read on e-ink devices like the Sony eReader or Barnes & Noble Nook, you'll need to download a file and transfer it to your device. Please follow the detailed Help center instructions to transfer the files to supported eReaders.

Par l’auteur du Bonheur d’être soi, Prix Psychologies 2007
Tout être humain abrite en lui, telle une poupée russe, deux personnes, deux désirs, deux Moi, l’un adulte et l’autre enfantin. Le premier, soumis au principe de réalité, est capable de se comporter, au travail ou en amour, de façon lucide. Le second, en revanche, faute de réflexion et de recul, emporté par une émotionalité débordante, oscille entre la dramatisation anxieuse et l’excitation euphorique.
C’est en réalité l’enfant intérieur qui guide les pas de l’adulte. Il se conduit en ange gardien lorsque le sujet a pu vivre son enfance, aimé et sécurisé, dans la gratuité du désir. Mais il risque de se conduire en persécuteur, plaçant répétitivement l’adulte dans un contexte d’échec et de dépendance affective, s’il a été victime de maltraitances ou a dû assister en toute impuissance à la souffrance de ses parents. Ainsi, une enfance non vécue, avortée, blanche, se transforme en fantôme, hantant le sujet et l’empêchant d’être lui-même, confiant dans sa bonté et ses capacités.
Moussa Nabati montre, à travers de nombreux témoignages, que ce n’est jamais vraiment l’adulte qui souffre, mais le petit garçon ou la petite fille en lui, sous l’emprise du fantôme. Dès lors, pour se libérer du passé et trouver son équilibre, nul besoin de recourir à des solutions extérieures, aux conseils et recettes pratiques, à la consommation addictive, aux antidépresseurs et anxiolytiques. Le projet existentiel le plus précieux de chacun devrait consister à retrouver son enfant intérieur, à l’écouter et à faire la paix avec lui pour le guérir.


Moussa Nabati est psychanalyste, docteur en psychologie de l’université de Paris. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont La Dépression, une maladie ou une chance? (Fayard, 2005) et Le Bonheur d’être soi (Fayard, 2006, Prix Psychologies 2007).
La présence à soi et aux autres constitue la voie privilégiée permettant au sujet d’éprouver le sentiment d’exister dans la confiance et la paix. C’est seulement lorsqu’il est en lien avec ceux qui l’entourent, qu’il peut s’épanouir, se donner et recevoir. En revanche, s’il est physiquement là mais psychologiquement absent, ailleurs ou nulle part, prisonnier du passé ou aimanté par l’avenir, il s’éjecte du temps présent. L’absence à soi se manifeste aussi par l’instabilité, l’empressement, l’indécision et l’ambivalence. Dans cet ouvrage Moussa Nabati cherche à répondre, à travers trois témoignages archétypaux, à deux questions fondamentales : Quels sont le sens et l’origine de cette absence à soi ? Comment habiter son présent ? Pour lui, ce dysfonctionnement renvoie à l’existence d’une carence matricielle ancienne, en raison de l’indisponibilité psychologique de la mère : immature, dépressive ou rejetante. Cela crée, chez l’enfant, une DIP (Dépression Infantile Précoce), un vide responsable, à l’âge adulte, de l’absence du sujet à lui-même mais aussi à la vie. Il aura dès lors tendance à fuir les circonstances lui rappelant ce manque et à rechercher, de manière excessive, la chaleur et la fusion afin de combler son vide.
L’auteur propose ensuite, à travers son nouveau concept de « compréhension incarnée » des pistes d’évolution concrètes : réhabiliter ses parents intérieurs pour réussir à se comporter vis-à-vis de soi telle une mère aimante et comme un père protecteur, s’aimer en se fixant des limites, pour jouir sereinement du présent.
Comment renouer avec sa bonté profonde, cette source d’énergie, d’estime de soi et d’amour ? Comment réussir à se regarder avec bienveillance pour s’accepter sans se dénigrer ?
Moussa Nabati montre, à travers de nombreux témoignages, que ce n’est pas l’adulte qui souffre d’une image négative de lui-même, mais le petit garçon ou la petite fille qu’il a été.
Cet enfant intérieur, affecté par la Dépression Infantile Précoce (D.I.P.), suite à une carence matricielle, le pousse à se maltraiter, à se sacrifier. Il le contraint aussi à devenir irréprochable, parfait, dans le but d’attirer la reconnaissance et l’affection.
Ce combat n’aboutit évidemment qu’à l’épuiser, en accentuant son mal-être.
Renouer avec sa bonté profonde nécessite un pèlerinage dans son histoire personnelle et transgénérationnelle pour retrouver son enfant intérieur oublié et apprivoiser les fantômes du passé.
Ce cheminement rend le Moi moins dépendant des autres et de l’extérieur, plus centré donc sur son intériorité. Il l’aide surtout à s’assumer, sans crainte de déplaire ou d’être rejeté, avec ses forces et faiblesses, ses ombres et lumières.
« Le bien que tu feras à toi-même, c’est le mal que tu ne feras pas à autrui ! »

Moussa Nabati est psychanalyste, docteur en psychologie de l’Université de Paris. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont les best-sellers Le Bonheur d’être soi (Fayard, 2006, Prix Psychologies 2007) et Guérir son enfant intérieur (Fayard, 2008).
Contrairement aux idées reçues, la dépression, loin de constituer une maladie à éradiquer, représente une crise maturante, l’occasion privilégiée de guérir son enfant intérieur. A condition d’être accueillie et travaillée, elle aide la personne à faire le deuil de son passé, à devenir enfin elle-même, celle qu’elle a toujours été mais n’a jamais osé être, par peur de déranger, de déplaire.

A travers huit témoignages de femmes, histoires vécues et racontées par ses patientes au cours de leur psychothérapie, Moussa Nabati expose et développe les symptômes de la dépression, leur origine et leur signification. Toutes ces souffrances – les idées noires, les envies de mourir, l’anorexie, la boulimie, la frigidité, la fatigue, l’alcoolisme, l’extinction de tout désir – renvoient chez la femme déprimée à une culpabilité imaginaire, ancienne et inconsciente, se situant dans l’Ailleurs et Avant de son enfance. Cette culpabilité n’est liée à aucune mauvaise action, mais apparaît chez la petite fille lorsqu’elle a été le témoin impuissant ou la victime directe d’une maltraitance ou d’une violence (mésentente des parents, non-amour de l’un d’entre eux, abus sexuels...).

La compréhension des mécanismes de la dépression chez la femme permettra au lecteur de se familiariser avec les grands concepts de la psychanalyse moderne. Elle l’aidera surtout à faire plus ample connaissance avec le vaste continent de l’intériorité féminine, son « inquiétante étrangeté », à travers ses divers âges et visages : la petite fille, l’amie, la sœur, l’épouse, la mère, l’amante.
©2018 GoogleSite Terms of ServicePrivacyDevelopersArtistsAbout Google|Location: United StatesLanguage: English (United States)
By purchasing this item, you are transacting with Google Payments and agreeing to the Google Payments Terms of Service and Privacy Notice.