Rien que Rubens

RMN - Grand Palais
Free sample

Philippe Forest va à la rencontre de Rubens, il l’interroge, l’observe, essaie de le comprendre à travers des toiles où l’autobiographie et l’allégorie se mêlent et où s’expriment les peines que l’artiste a éprouvées comme les joies qu’il a connues. Il en résulte un texte personnel qui a tout à la fois valeur de portrait et d’autoportrait et à la faveur duquel le romancier retrouve les sujets qui lui sont chers : la disparition, le deuil et ce qui leur survit.


Cartels. Dans un musée, placé sur le mur tout près d'une œuvre d'art, un cartel vient dire qui a peint, sculpté, fait naître cette œuvre d'art. Ses dimensions, aussi, sa provenance, sa matière... Un cartel explique. La collection "Cartels", elle, fait davantage qu'expliquer : elle donne à vivre l'œuvre d'art, sa genèse, l'univers dans lequel elle prend sa source, les histoires qu'elle porte ou suscite, grâce au regard d'un écrivain. Confrontée à ce regard, jamais innocent, toujours étonnant elle se livre ou résiste, défie son imaginaire ou se laisse porter par lui, ses obsessions, ses rêveries, donne matière à fiction. Cartels, ou quand les mots des écrivains se mettent à l'œuvre.


La Réunion des musées nationaux - Grand Palais propose pour la première fois dans son histoire éditoriale une collection de littérature.

Des rencontres inédites entre des grands auteurs de fiction du XXIème siècle et des artistes majeurs de l’histoire de la peinture. 

Read more

About the author

Né à Paris en 1962, diplômé de l’Institut d’études politiques, docteur ès Lettres, Philippe Forest a enseigné la littérature française dans les universités anglaises. Professeur de littérature comparée à l’Université de Nantes, il poursuit son chemin littéraire en publiant essais et romans à un rythme soutenu. Son œuvre est marquée par une expérience unique et douloureuse : celle de la perte de sa fille, morte à quatre ans d’un cancer.

Ce thème apparait dès son premier roman L’enfant éternel et court tout au long de son œuvre : Le roman infanticide évoque le deuil et la perte de l’enfant à travers la lecture de grands écrivains mais aussi Sarinagara comment survivre aux douleurs de l’existence - ou dans Le Siècle des nuages qui retrace la vie romancée de son père, pilote à Air France.

Ses essais sont consacrés à la littérature et à l’histoire des courants d’avant-garde.

Il collabore à la revue Art Press en tant que critique.

 

Read more
Loading...

Additional Information

Publisher
RMN - Grand Palais
Read more
Published on
Sep 27, 2017
Read more
Pages
80
Read more
ISBN
9782711870479
Read more
Language
French
Read more
Genres
Fiction / Biographical
Fiction / General
Fiction / Historical
Read more
Content Protection
This content is DRM protected.
Read more
Read Aloud
Available on Android devices
Read more
Eligible for Family Library

Reading information

Smartphones and Tablets

Install the Google Play Books app for Android and iPad/iPhone. It syncs automatically with your account and allows you to read online or offline wherever you are.

Laptops and Computers

You can read books purchased on Google Play using your computer's web browser.

eReaders and other devices

To read on e-ink devices like the Sony eReader or Barnes & Noble Nook, you'll need to download a file and transfer it to your device. Please follow the detailed Help center instructions to transfer the files to supported eReaders.
Le Frisson de la Victoire est une histoire vraie : Rita et Marcel se rencontrent en 1936 sur les bancs de l'université de Bruxelles et partagent les mêmes valeurs éthiques et morales, et donc un rejet très profond de l'idéologie nazie, destructrice et dominante. Ils entrent tous deux en Résistance dès le début de la guerre. Était-ce le bon choix ? Était-ce un acte libre, réfléchi ou, au contraire, les deux jeunes gens étaient-ils mus par un sentiment puissant, obligatoire, de vouloir agir, à leur mesure, sur leur temps ? Était-ce le sentiment amoureux qui les avait poussés à s'engager ensemble, « pour le meilleur et pour le pire » ?

Le récit se construit sur l'alternance du passé et du présent : Rita, 60 ans après les événements, raconte leur parcours à tous deux à l'étudiante de 20 ans, qui la rencontre pour étoffer son travail de recherche sur l'engagement. L'enchaînement inévitable des événements qui conduiront Rita et Marcel au bout de leur destin, est recréé progressivement au travers des récits rapportés à la jeune historienne, qui les comprend à l'éclairage de sa génération.

Récit très sobre, écriture juste, précise, très complète, qui épouse très bien les émotions et situations vécues par ce couple hors du commun ; mais pas de dérive larmoyante ou sentimentale, c'est la relation des faits, certains très heureux, d'autres cruels, toujours avec la même note de fond, comme une basse continue qui entretiendrait le souffle de chaque phrase. A découvrir et lire avec le plus grand respect, mais aussi avec la passion de la vérité !
Un roman qui met en lumière l'action de l'un des trois guerriers unificateurs du Japon.

Depuis cent ans, ce pays est livré aux luttes intestines, aux appétits féroces de chefs de clan qui tous ne font que s’entre-détruire. Regarde le Japon ! C’est un immense champ de bataille où chaque victoire est suivie par une défaite au moins aussi provisoire. Au final, à part des milliers de morts sur les champs de bataille, la situation est toujours aussi chaotique. Le shôgun n’a presque plus de pouvoir. L’empereur l’a perdu à jamais. Ce sont des bandes de guerriers assoiffés de sang qui détruisent nos villes, nos monastères, nos villages et appauvrissent un peu plus chaque jour cette terre. Il faut quelqu’un pour arrêter cela, pour stopper enfin ce gâchis. Et ce quelqu’un, ce sera moi.

Vous apprécierez ce récit épique qui vous fera découvrir tout un pan de l'histoire japonaise !

EXTRAIT

Nobunaga se prit à penser à tout ce qu’il aurait pu finir, si le destin lui en avait laissé le temps. La conquête du Japon était en voie de réalisation. Il aurait pu arracher la paix à ce pays et arrêter les combats. Il aurait pu en faire un pays uni et fort, sous son commandement. Il aurait pu tout changer et rassembler les guerriers sous une bannière unique et les obliger à cesser leurs guerres meurtrières. Oui, c’est vrai, il aurait pu. Mais n’était-ce pas ces guerres et la conquête du pouvoir qui lui avaient tant plu ? N’étaient-ce pas le bruit des batailles et la soumission des autres qui l’avaient motivé durant tant d’années ? Une fois tout cela terminé, quel intérêt aurait-il trouvé à la vie civile ? Était-il vraiment fait pour la paix ? « Non, pas vraiment », pensa-t-il. Juste pour la conquête et les batailles. Le reste, il le laissait aux autres.

CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE

À la lecture, il se dégage des pages de ce livre un grand réalisme dû à l'expertise de l'auteur sur le Japon médiéval. Le livre mêle vision romancée et reconstitution historique précise des événements. - Glesker - Babelio

À PROPOS DE L'AUTEUR

Charles-Pierre Serain se consacre depuis 30 ans à l’étude du Japon médiéval. Il a créé en 2001 le premier site internet français consacré aux Samouraïs, et un autre site sur le Japon traditionnel récompensés par plusieurs prix.
Il a publié en 2012 un ouvrage sur les grands guerriers du monde, dont une partie est consacrée aux Samouraïs Japonais.
L’histoire pas trop sérieuse d’un antihéros.

Jacques Bartel est complètement étouffé par son amour immodéré de Proust. Roman d’apprentissage plein d’humour et de références culturelles, Chercher Proust n’est pas réservé aux « fous » de Proust. Michaël Uras moque le monde de ses spécialistes, théoriciens de son œuvre, qui vivent enfermés dans leurs « laboratoires ». Chercher Proust est un roman dans lequel la littérature envahit la vie d’un jeune homme pour mieux l’en libérer. Chercher Proust est avant tout un livre sur la passion en général.

Finaliste du Prix de l’Inaperçu 2013.

EXTRAIT

J’ai toujours eu un problème avec Proust. Dès le départ, j’ai su qu’il me ferait mal. Au-dessus de mon lit d’adolescent, à côté du poster de mon footballeur préféré, Marcel trônait, fier, sûr de lui, la tête inclinée sur ma droite, reposant contre sa main. Il me fixait. Quand je regardais trop mon idole sportive, j’avais l’impression que... Proust me rappelait à l’ordre : « Jacques Bartel, cessez de scruter cet idiot, je suis là, moi, seul être valable dans cette chambre. Vous n’êtes plus un enfant et bientôt, vous pourrez vous targuer d’avoir une aussi belle moustache que moi. » J’ai donc grandi sous le regard de mon maître. Quelquefois, en pénétrant dans mon antre, j’essayais de l’esquiver, projetant mes yeux sur le mur blanc qui faisait face à l’écrivain. Je maintenais cette volonté surhumaine de dépassement deux à trois minutes, puis Proust reprenait naturellement le dessus. Il écrasait mon footballeur, lui mettait une gifle pleine d’arrogance. « Eh oui, jeune homme, voyez comment un vieil écrivain juif peut vous mater d’un simple regard. » Marcel avait raison, mon esprit n’échappait pas à cette règle, rien ne lui résistait.

CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE

- « Merveilleux et délicieux ! » (Patricia Martin, Le masque et la plume, France Inter)

- « Un petit bonheur. » (Michel Dufranne, Tout le monde y passe, RTBF)

A PROPOS DE L’AUTEUR

Michaël Uras est né en 1977. Son père a fui la Sardaigne et sa misère pour s’installer en France. Il est très influencé par ses origines méditerranéennes. Il a grandi en Saône-et-Loire avant de suivre ses parents en Franche-Comté. Il a débuté des études de Lettres modernes à Besançon, et les a terminées à la Sorbonne. Aujourd’hui, Michaël est professeur de lettres modernes près de Montbéliard. Depuis toujours, il est passionné par la littérature et l’art en général. Chercher Proust est son premier roman.
©2018 GoogleSite Terms of ServicePrivacyDevelopersArtistsAbout Google|Location: United StatesLanguage: English (United States)
By purchasing this item, you are transacting with Google Payments and agreeing to the Google Payments Terms of Service and Privacy Notice.